RÉCAP DE LA SEMAINE #10 – La bûche de Noël a du mal à passer

Après une belle semaine dernière à domicile, OKC s’avançait en cette fin d’année avec un calendrier plus abordable. Deux rencontres face à des équipes de bas de tableau, avant de fêter la nouvelle année face aux Sixers (une équipe plus coriace), le programme promettait de bons résultats mais le bilan s’est avéré décevant.

Retour sur la semaine :

  • Thunder 130 – 114 Spurs
  • Hornets 121 – 113 Thunder
  • Thunder 96 – 115 Sixers

Mercredi contre San Antonio, le Thunder jouait son dernier match à domicile, le dernier du Home Stand le plus long de son histoire. Sur ce stretch, OKC était à 3-3 au moment de cette rencontre contre les Spurs et comptait bien sur une victoire pour finir cette série de matchs à domicile avec un bilan positif.

Mais très vite, le scénario de notre victoire n’a pas semblé très évident. Si le Thunder a, une fois n’est pas coutume, bien commencé son match un vrai miracle, une mauvaise nouvelle arrive très vite… Aleksej Pokusevski tente de prendre un rebond offensif suite à un raté de Giddey, et après un choc avec le défenseur et une mauvaise réception, se blesse violemment à la jambe gauche… Le joueur se rend vite compte que sa blessure est sérieuse, il ne reviendra pas du match, et pas pour les prochaines semaines non plus d’ailleurs (on en a fait un article ici).

La rotation à l’intérieur était déjà très serrée et c’était donc à Mike Muscala de sauver les meubles pour une bonne partie des 46 minutes restantes. Et le moins que l’on puisse dire c’est que Moose a parfaitement rempli ce rôle. Sur 21 minutes, notre vétéran a compilé 19 points à 5 sur 8, 6 rebonds et de la bonne défense. Cet impact nous a permis de ne pas sombrer face à l’intensité des Spurs et même d’être devant à chaque quart-temps en première mi-temps (38-33 dans le 11er et 32-27 dans le 2ème).

Le troisième quart a été plus difficile, les Spurs nous outscorant de 8 points (33-25). Menés par un Vassell toujours autant en feu à distance (20 points à 8 sur 15 dont 4 sur 6 de loin), un Keldon Johnson (19 points) qui nous fait tout le temps mal et le rookie Sochan qui nous aura embêté sur énormément d’aspects (en plus d’être le joueur que pense être Bazley), San Antonio se voyait revenir dans le match malgré les efforts d’un Shai et d’un J-Dub toujours autant efficaces.

Mais une autre anomalie est arrivée… Le Thunder a très bien géré son 4ème quart et a su conclure le match avant le clutch ! Grâce notamment à un excellent banc qui aura scoré 68 points (2ème meilleure marque de notre histoire), Mann (17 points), Kenrich (7 points), Wiggins (12 points) et bien sûr Muscala nous ont permis de compter 14 points d’avance à 5 minutes de la fin ! Shai n’aura pas besoin de forcer et restera avec un honnête total de 28 points tout en efficacité. Même son de cloche chez Jalen Williams qui finit avec 15 points, 9 rebonds et 3 assists, pour ponctuer cette belle win collective malgré la mauvaise nouvelle de début de rencontre.

Vendredi, c’était notre premier match à l’extérieur depuis un moment. On était inquiets pour les joueurs qui auraient vite pu être perdus et stressés. Heureusement, ce n’était que les Hornets en face le Thunder a fait de la charité je vous promets. L’équipe sans aucun pivot valide ou avec le niveau NBA face à l’autre équipe avec la raquette la plus faible de NBA : cela ressemble à un duel de titans.

Blague à part, le match commence de manière DE-GUEU-LAS-SE pour nous. 7-0 après une minute de jeu ! On arrivera tout de même à scorer mais le premier quart sera très moche autant offensivement que défensivement et on accusera un retard de 6 points (36-30). Un exemple de ce mauvais début de match est tout simplement Jaylin Williams ! Pour sa première titularisation en l’absence de JRE et Poku ET DES CHOIX FOIREUX DE DAIGNEAULT #FREEBAZLEY, le pivot rookie aura vécu un match plus que compliqué : 0 points (0 sur 5), 2 turnovers, de la défense douteuse et 5 fautes en 24 minutes (quand même 10 rebonds). Même s’il aura joué la moitié du match et que c’était bien trop malheureusement, Daigneault a vite été obligé de faire rentrer Muscala ou Omoruyi lol pour nous faire revenir dans la rencontre. Mais notre shooter du Minnesota était moins en réussite que contre les Spurs en témoignent son seul 3 point marqué malgré 5 tentatives.

Seul Tre Mann a surnagé chez les joueurs du banc. L’ex-Gator, malgré un manque d’adresse à 3 points (1 sur 9), a su être impactant et nous aider à scorer pour tenter de revenir. De par son impulsion puis celle de nos starters, le Thunder est revenu au score et est même passé devant à la mi-temps (60-57). On pouvait se dire qu’Oklahoma City allait gérer ce match grâce à son momentum retrouvé mais que nenni !

OKC n’aura jamais mis la tête de son adversaire sous l’eau. Et pourtant, nos starters étaient bons et notre trio principal était à plus de 70 points (Dort à 22 points à 7 sur 13, Giddey à 21 points à 7 sur 15 et SGA à 28 points à 11 sur 23) ! La faute à un secteur intérieur totalement désert et à la performance parfaite des pivots adverses (Plumlee avec 14 points à 6/7 et Williams avec 17 points à 7/7). Si vous rajoutez un Lamelo en quasi triple-double avec 27 points, 10 rebonds et 9 passes et un P.J Washington à 25 points, vous avez une mauvaise prestation défensive de notre part et spoiler : une défaite à la clé !

Alors que les deux équipes étaient dos-à-dos à 4 minutes 20 de la fin (103 partout), les hommes de Steve Clifford auront été plus clutchs et disciplinés pour s’imposer à domicile 121-113 et remporter une victoire qui les éloigne de la course à Victor (dont on ne fait toujours pas partie coucou Trashtalk). Une défaite rageante car notre équipe était meilleure sur le papier mais l’absence de pivot a été plus que préjudiciable. Heureusement, aucun gros défi au poste de pivot ne nous attendait sur le prochain match…

Dernier match de la semaine et de l’année (ou premier match de l’année comme vous voulez mais vu le match…bref) contre le Philadelphia 76ers de Joel Embiid. Le défi s’annonçait grand pour notre équipe priv… bon ça a été une boucherie !

Si Joel Embiid ne nous a pas collé 50 points, c’est parce que toute notre équipe, nos supporters, nos préparateurs physiques et les gars de la buvette, ont empêché le Franco-Américano-Chialeur-Camerounais de scorer. Et ça a bien marché ! Car Embiid ne finit qu’à 16 points à 6 sur 17 au tir. Mais qu’est-ce qui explique la boucherie du coup ? Peut-être le fait que ce même Joel compile 13 rebonds et 10 assists et que ces dernières viennent de l’adresse insolente de ses coéquipiers ? Ce ne sont que des suppositions.

Sur ce match, le trio Harris-Milton-Melton finit à 58 points et la majorité de ceux-ci sont venus lors de la première mi-temps. Sur ce premier acte, on aura été horribles, laissant Philadelphie nous mettre 69 points mdr le nombre et nous, pauvres diables, n’avons pu inscrire que 43 pauvres points. Notre attaque a été totalement inoffensive. Seuls Jalen Williams et Josh Giddey ont semblé être motivés offensivement. J-Dub a compilé 9 points à 4 sur 6 et de la bonne défense sur cette première mi-temps là où Giddey aura été autant magique offensivement (14 points à 6 sur 9) que tragique défensivement (un vrai plot des fois).

Pour la 2ème mi-temps, le Thunder va essayer de se relancer et d’effacer le retard de 26 points qu’il avait à l’entame de ce 2ème acte. Bien aidée par Philly qui ne voulait plus mettre un shoot, l’équipe de Daigneault est revenue à 18 points des joueurs de Pennsylvanie mais jamais elle n’aura su passer en-dessous de ce gros écart. Le Thunder s’inclinera de 19 points et c’est très gentil en comparaison de l’impression visuelle DE-GUEU-LAS-SE que nous aura fourni OKC. Jaylin se sera fait martyriser en 18 minutes par Embiid, n’aura toujours pas marqué un panier et aura pris 3 fautes, Muscala, Waters et Mann auront combiné un vilain 3 sur 21 au tir et Shai aura sûrement rendu sa pire copie de l’année ! A 4 sur 15 au shoot, seulement 5 sur 8 aux lancers et 5 passes, notre Franchise Player, qui ne nous a pas habitué à ce genre de performances cette année, a vécu une soirée très difficile et frustrante pour finir l’année 2022.

Voilà pourquoi on doit parler de ce match comme le dernier de l’année et pas le premier de 2023, à moins que vous soyez un amateur de masochisme, dans ce cas, bravo à vous. On espère que les prochains matchs seront plus agréables et que le Thunder retrouvera toute sa combativité, celle qui lui a permis d’être une équipe embêtante pour les autres équipes de la Ligue.

MVP de la semaine :

Et comme chaque semaine, le trophée de MVP de la semaine revient à Shai Gilgeous-Alexan… NON ! Ayant réalisé le pire match de sa saison face aux Sixers ainsi qu’une semaine que l’on peut qualifier de décevante, SGA s’est fait voler le trophée par son pote J-Dub. Avec 2 matchs à 15 points et un à 17, le rookie n’a certes pas sorti de perf extravagante mais s’est montré très régulier sur l’ensemble des 3 matchs. Des pourcentages parfaits (même à 3 points), une activité au rebond très intéressante (5.7), un apport dans tous les aspects du jeu notamment en défense où son rôle devient de plus en plus important. Avec la première ou seconde unit, Williams a toujours apporté notamment face aux Spurs où au début du 4e quart-temps sans SGA et les autres titulaires, il s’est occupé de couler les Texans avec 9 points, 3 passes et du hustle. Il a même réussi à se démarquer et faire des siennes dans le marasme qu’était le match face aux 76ers. On se devait de féliciter J-Dub pour sa bonne semaine, s’il continue comme ça (surtout sur son % à 3 pts), indispensable il sera…

Performance de la semaine :

Un recap sans rubrique félicitant Shai ne serait pas un recap. Malgré sa semaine compliquée, SGA a tout de même envoyé une très bonne perf face aux Spurs avec 28 points à 9/14, 6 rebonds, 8 passes, 4 contres, 3 interceptions. On peut dire que l’homme le plus stylé de la planète (d’après GQ) a participé à toutes les tâches, car il était presque sur les bases d’un quintuple-double. Dans un match maîtrisé, le Canadien a su guider les siens en mode all-star pour l’emporter.

Action de la semaine :

BABABABABOUM ! Nous n’avons pas Ja Morant dans l’effectif donc les posters se font très très rares dans l’état de l’Oklahoma. Ainsi, quand cela arrive, on se lève, on crie et on savoure. Face aux Hornets, c’est Tre Mann qui nous a offert ce plaisir. Son passage en G-League lui a peut-être mis de la dynamite dans les chaussures, mais en tout cas, il s’est permis de monter sur Jalen McDaniels pour lui dunker sur la truffe. Que vous l’ayez déjà vu ou non, regardez ce bijou…

Top / Flops :

  • Josh Giddey

Le Basketteur préféré de ton Surfeur ou Skateur préféré est encore dans les Tops ! Même si la semaine s’est très mal finie collectivement pour le Thunder, Giddey aura été très constant et plutôt impactant pour notre équipe. Sur ces 3 matchs, l’Australien tourne à 16 points, presque 9 rebonds et 4.3 passes. Alors oui la moyenne de passes est un peu basse quand on connaît le magicien qu’il est mais il ne perd que 2 ballons par match, ce qui fait un très bon ratio assist/turnover.

Pour les pourcentages, c’est aussi correct : 46% au tir, 100% aux lancers sur 2.3 tentatives, ça compense bien les 29% à 3 points qu’on avait plus vu de sa part depuis belle lurette. L’Australien est efficace et cela fait plaisir et est rassurant. Il semble très à l’aise en attaque, fait les bons choix et ne doute presque plus. Cet aspect arrière-scoreur n’était pas évident mais est sympathique à voir, même si on apprécierait revoir Giddey offrir 10 caviars dans un match.

Petit bémol le concernant : la défense ! Sur ces 3 matchs, Giddey aura été mauvais en défense et son body language de ce côté du terrain était très frustrant. Contre les Sixers, il ne défendait même pas sur Pick&Roll et ne levait même pas les bras pour contester sous le cercle ou en close-out à 3 points. Josh était sûrement trop important pour être benché mais ce serait bien qu’il reprenne un peu de rigueur défensive, tout comme le reste de l’équipe.

  • Tre Mann

Mann qui se retrouve dans la rubrique Top, il faut en profiter comme du foie gras à Noël ! Malgré sa mauvaise performance (au même titre que la perf collective) face à Philly, le sophomore a réellement montré de belles choses lors des 2 autres matchs. 17 points à chaque fois, 45% au tir face aux Spurs, 42% face aux Hornets. On sent que la G-League a fait du bien à certains. Certes, les pourcentages peuvent être bien meilleurs mais cette semaine, Tre a enfin apporté ce qu’on lui demande depuis le début de la saison, donner un coup de boost à l’attaque en sortie de banc. Il a continué à prendre sa bonne fournée habituelle de 3 points mais il s’est enfin décider à driver d’avantage au cercle, et comme de par hasard, son impact a tout de suite été beaucoup plus important. En défense, il a fait de réels progrès et il continue de les montrer ce qui est bon pour la suite. Si Mann continue dans cette lancée, il pourra enfin avoir du temps de jeu et s’épanouir en tant que 6e homme scoreur…

  • Jaylin Williams

Aïe, aïe, aïe c’est difficile pour Jaylin Williams… Premières titularisations en NBA pour l’ex-Razorback et première titularisation dans les Flops de la semaine ! On pourrait même aller plus loin pour dire qu’il est le MVP des Flops de la semaine et que ce sera difficile de faire pareille semaine.

Alors que le pivot Vietnamo-Americain s’amusait en G-League avec notamment un très beau triple-double, la blessure de Poku sur le long terme a bouleversé le peu de rotation que l’on avait au poste 5. Rappelé de G-League pour le match contre Charlotte, il va même starter ! Face à Plumlee et Mark Williams, le Rookie choisi en 34ème position avait sûrement la meilleure opposition de NBA pour se montrer et le résultat était catastrophique : 0 points, 0 sur 5 au tir, 10 rebonds tout de même mais 5 fautes en 24 rebonds. Surtout, chaque intérieur des Hornets ressemblait à Wilt Chamberlain et au premier abord Plumlee c’est pas son sosie tellement sa défense était mauvaise. Le joueur était trop lent, maladroit ou simplement en retard et ça en été presque gênant. Il n’a pas non plus su créer de décalages offensivement (1 passe décisive quand même) ou faire de jolies passes, bref une soirée ratée.

Et sa deuxième titularisation était du même acabit. Cette fois-ci face à Joel Embiid (paie ton opposition), Jaylin n’aura joué que 18 minutes mais le constat était le même : il ne semble pas pouvoir jouer en NBA pour le moment. 0 sur 2 au tir, aucun dans la raquette par peur de se faire contrer, 4 rebonds, 1 passe et 3 fautes. Embiid s’est totalement amusé avec lui et Daigneault a vite été obligé de sortir Jaylin, même si au final la défaite était là.

En bref, des premières difficiles pour Jaylin qui va sûrement beaucoup moins jouer ces prochains matchs et peut-être qu’avec un rôle plus réduit, il arrivera plus facilement à peser dans notre jeu et à reprendre confiance en son jeu. C’est tout ce qu’on lui souhaite !

  • Darius Bazley

Avec la blessure de Poku, on imaginait que Bazley allait en profiter pour enfin se montrer cette saison et gratter beaucoup de minutes. Et bien pas du tout, bien au contraire. Pas vraiment responsabilisé par son coach (dont nous parlerons tout à l’heure), Bazley n’a joué que 36 minutes en 2 matchs, ayant même un DNP face aux Hornets, pour un résultat décevant. 6.5 points à 50% au tir dont un 2/3 de loin, c’est à peu près le seul point positif que l’on peut dégager de la semaine de Bazley. Sinon ? Un affreux 3/8 aux lancers, 2 pertes de balle par rencontre et des choix offensifs encore plus discutables que d’habitude (arrête de poser un dribble Darius !), ses lacunes offensives n’étant pas compensées par son impact défensif, pas aussi fort qu’à l’accoutumée. Au final, Bazley finit avec un plus-minus de -28 sur la semaine qui symbolise bien sa semaine : fantomatique. À lui de se ressaisir pour ne pas se faire passer dans la rotation par Jaylin Williams, ce serait terrible surtout pour négocier son contrat cet été.

Le Daigneault show :

Parlons maintenant de Mark Daigneault qui a dû faire face à un problème de taille cette semaine : la blessure de Pokusevski. Devant déjà composer sans Chet (snif) et JRE, quels choix a-t-il effectué pour pallier à ce problème ? Ont-ils été concluants ?

On commence par la rencontre contre les Spurs, durant laquelle Poku se blesse au bout de moins de 3 minutes. Gros coup dur pour OKC et le serbe, mais la suite se passe plutôt bien avec des minutes données à Bazley et Muscala. Si Bazley n’a clairement pas rentabilisé ses 22 minutes sur le parquet, Muscala quant à lui a totalement pris feu pour sortir sa meilleure performance de la saison : 19 points, 6 rebonds à 5/8 au tir, 3/5 de loin et 6/6 aux lancers, avec même quelques séquences défensives intéressantes, le tout en 21 minutes. Il est un des grands artisans de la victoire du Thunder et a permis à Daigneault de ne pas trop devoir se reposer sur du small ball avec Kenrich en 5.

Par la suite, OKC se déplaçait chez les Hornets, détenteurs d’une raquette Mason Plumlee – Mark Williams (et un peu JT Thor). On se dit que l’adversaire est parfait compte tenu de nos manques. Malheureusement, c’est là que Daigneault vrille. Jaylin Williams (sorti d’un triple-double en G-League) est titularisé pour un résultat catastrophique : il se fait démolir par Plumlee et Mark Williams, tout en n’apportant rien offensivement. La réponse du coach face à ce problème : 19 minutes de Muscala, qui ne rentre rien … et 4 minutes d’Omoruyi, pour un résultat tout aussi mauvais. Pas de Darius Bazley à la surprise générale, cloué en survêt sur le banc pour tout le match, l’incompréhension est totale et le Thunder s’incline logiquement face à une des pires équipes de la ligue.

La suite ? Un nouvel an fêté à domicile face aux Sixers d’un certain Joel Embiid. Jaylin Williams est de nouveau titularisé, se fait de nouveau déboîter et Daigneault doit encore sortir du Muscala du banc, qui lui aussi se fait massacrer. Cette fois, Bazley va jouer 14 minutes pour un résultat décevant, cette fois-ci Daigneault n’a pas été aidé par le Giannis de Wish. Lourde défaite au final et un choix de titulariser J-Will qui ne passe pas vraiment.

Au final, on pensait que Daigneault allait enfin titulariser Bazley (surtout que le seul match que Darius a débuté, face au Heat de Bam Adebayo, avait été plutôt satisfaisant) mais pas du tout : il a préféré tenter Jaylin Williams, rookie ayant joué 7 matchs en NBA avant celui contre Charlotte, dont le rôle dans un collectif est encore à définir. Je suis personnellement très frustré de ce choix de Daigneault, qui envoie J-Will droit dans le mur et qui envoie un message catastrophique à Bazley sur son avenir au sein du projet. En espérant que notre coach change son fusil d’épaule et teste autre chose en attendant le retour de blessure de JRE (qui ne semble pas pour tout de suite).

On peut ajouter à cela le choix de totalement réintégrer Tre Mann à la rotation (25 minutes de moyenne), ce qui se fait en partie au détriment d’Isaiah Joe (15 minutes de moyenne), ce dernier restant tout de même intéressant sur ses entrées. Malgré des pourcentages encore faibles, Mann rend plutôt bien la confiance à son coach avec de l’impact en sortie de banc, un peu de création et de défense, et surtout de bien meilleurs choix qu’en début de saison.

Mais aussi…

  • Comme évoqué dans notre article disponible juste ici, Poku sera absent 6 à 8 semaines. Une vraie tuile quand on voit notre rotation à l’intérieur.
  • Toujours blessé à la cheville, JRE ne va quant à lui pas retrouver les parquets tout de suite car il est listé en week-to-week sans date de retour.
  • Dans la victoire face aux Spurs, le banc du Thunder a inscrit 68 points. C’est le deuxième plus grand total sur un match de l’histoire de la franchise.
  • OKC a marqué moins de 100 points face à Philly. Cela faisait presque 2 mois que ce n’était pas arrivé au Thunder (défaite face aux Bucks 108-94), signe de la débandade offensive du nouvel an.
  • Le Thunder a aussi pêché défensivement, avec 3 rencontres terminées à plus de 110 points encaissés.

Pour la semaine prochaine…

Pour commencer 2023, OKC va recevoir les Boston Celtics, en espérant que les joueurs aient décuvé pour ne pas se prendre une branlée. Par la suite, il faudra bien négocier un déplacement à Orlando avant d’accueillir des Wizards en forme au Paycom Center. Un nouveau game winner de Shai ? On ne dit pas non.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s