RÉCAP DE LA SEMAINE #5 – Un retour à la maison difficile

Après le road trip plutôt convaincant des derniers jours, le Thunder revenait au Paycom Center pour 3 matchs avant de se déplacer dans le Texas pour affronter les Rockets. Nous attendions une équipe qui continue sur sa lancée, le bilan est au final plutôt mitigé.

Retour sur la semaine :

  • Thunder 119 – 129 Knicks
  • Thunder 126 – 131(OT) Nuggets
  • Thunder 123 – 119(OT) Bulls
  • Rockets 118 – 105 Thunder

La semaine commence dès le lundi avec un match face aux Knicks, victimes de l’une des plus grosses performances offensives de l’histoire du Thunder lors du premier match au MSG. Sur ce match retour, on ne peut pas en dire autant.

Le Thunder a mal débuté son match (ce n’est pas la première ni la dernière fois), ce qui nous a coûté un retard de 10 points pendant quasiment tout le match. Avec une défense portée disparue (129 points encaissés) et une raquette dominée, OKC n’aura pas su trouver les ingrédients pour remonter au score malgré un plutôt bon match du trio Giddey-Shai-Dort. À noter la belle valise que nous a plantée Jalen Brunson (34 pts), ingérable toute la rencontre.

48h plus tard, c’est le MVP en titre qui était de passage à Oklahoma City avec sa bande des Nuggets, abandonné par ses compères Murray et MPJ.

Le Thunder s’est mis une nouvelle fois des bâtons dans les roues dès le premier quart-temps (38-21) avec une attaque/défense niveau R3 face à une attaque mode Warriors 2016. Heureusement, emmené par un Isaiah Joe des grands soirs (21 pts à 7/10 de loin), OKC se rattrape au deuxième et surtout troisième quart-temps (1er de la ligue dans les 3e QT) pour prendre une avance allant jusqu’à 15 points.

Un match qui s’apparente à un ascenseur, car OKC va encore s’effondrer dans le 4e quart-temps et laisser les Nuggets faire eux aussi leur come-back pour arracher la prolongation. Une prolongation et un match qui vont malheureusement être perdus avec un Shai qui malgré un gros match (31-7-11), a été absent dans le clutch.

Une défaite en OT frustrante après avoir mené de 15 points avec une très bonne adresse générale, mais une défense encore absente, une raquette écrasée avec 79 points du duo Jokic-Gordon et beaucoup trop de fautes concédées.

SI vous n’aimez pas les prolongations, accrochez-vous, car la réception des Bulls nous a offerts pour la seconde fois consécutive un match en OT.

Avec un énième mauvais début de match, le Thunder va finalement réussir grâce à une défense retrouvée à revenir dans le match et à prendre l’avantage. À l’image du match précédent face aux Nuggets, OKC ne va pas se mettre à l’abri et va laisser Derozan et Cie revenir au score dans le quatrième quart-temps pour aller en prolongations.

Mais cette fois-ci, porté par un Giddey exceptionnel en OT, le Thunder va s’imposer 123-119 et se rassurer un peu après 3 défaites de suite. À noter les bons matchs de Bazley avec 17 points (season high), de JRE avec 10 points et de Kenny Hustle avec… du hustle.

Pour clôturer la semaine, le Thunder se rendait au Toyota Center pour un affrontement face aux Rockets vu comme un véritable événement par les fanbases des deux franchises.

Malheureusement, match il n’y a pas eu à l’inverse des blagues en tout genre sur les joueurs du Thunder. OKC a livré l’une des pires performances de la saison avec une envie inexistante du début à la fin, en attaque comme en défense.

Résultat, une bonne raclée dans le contenu, car le score final donne seulement 13 points de retard après en avoir eu 27 pendant le match. Seul SGA a fait son match avec 32 points à 12/21, le reste (à part Wiggins), c’était zéro. Un match à jeter à la poubelle.

Une semaine en 1-3 tout en spectacle avec 2 matchs en OT, mais une semaine qui n’est pas du tout encourageante pour la suite. Malgré un éclair face aux Bulls qui comme de par hasard est notre seule victoire, la défense est toujours absente et doit absolument être retrouvée. Qui a volé notre ADN défensif ?

MVP de la semaine :

Oh mais quelle surprise ! Shai Gilgeous-Alexander MVP de la semaine ! J’en tombe des nues ! Plus sérieusement, Shai nous a encore sorti de belles performances et glane ce titre officieux sans trembler.

Une nouvelle semaine à plus de 30 points de moyenne pour notre franchise player canadien qui a fait preuve d’une extrême régularité au scoring : 30, 31, 30 et 32 points sur ses 4 derniers matchs, les défenses ont beau essayer de le stopper, SGA trouve toujours un moyen de scorer. Cette fois ci, les tirs rentraient moins, avec 3 des 4 rencontres terminées aux alentours des 40% de réussite au tir, mais Shai est allé chercher ses points sur la ligne. 49 lancers provoqués cette semaine, pour un seul raté, c’est la marque des grands scoreurs de provoquer les coups de sifflet.

Autre point important à noter : encore 7 passes de moyenne, avec une pointe à 11 passes face aux Nuggets. SGA nourrit les copains et ce en ayant peu de déchet (AST/TO ratio supérieur à 3). OKC n’a pas forcément été au top cette semaine, mais Shai a lui fait son boulot et assumé son statut de star.

Performance de la semaine :

Non, vous ne rêvez pas, Shai n’est pas dans cette rubrique. On aurait pourtant pu mettre en valeur un de ses matchs de la semaine mais on a privilégié l’effet de surprise avec le match d’Isaiah Joe face aux Nuggets.

21 points à 7/10 de loin pour l’ancien arrière des 76ers, qui nous a montré qu’il était par moments un fou de la gâchette difficile à stopper. 21 minutes sur le parquet bien rentabilisées par Joe, qui a foutu le feu dans la défense de Denver à coups de 3 points plus ou moins ouverts.  

Action de la semaine :

En plus de mettre 30 points dans la bouche de tout le monde, Shai Gilgeous-Alexander ne s’est pas fait prier pour faire le show. Sa victime du soir ? Davon Reed, joueur de banc des Nuggets qui sortait déjà un match à montrer dans toutes les écoles de BTP. SGA n’a eu aucune pitié en lui brisant les chevilles sur un cross-over assassin. Plongeon de Reed et panier de Shai, le public apprécie le spectacle.

Top / Flops :

  • Luguentz Dort

Dort confirme son progressif regain de forme en attaque, avec une semaine satisfaisante de ce point de vue. 14.3 points de moyenne à 42% de loin (4.8 tentatives par match), ça va mieux pour un joueur qui enchaînait les briques en début de saison. Il s’est certes foiré contre Houston (comme la majorité des joueurs), mais Dort a été excellent en attaque contre New York (24 points, 8 rebonds, 3 passes à 9/14 au tir dont 3/4 de loin) et pertinent contre Denver (18 points, 7 rebonds à 3/7 de loin), avant de mettre 12 points à 7/8 aux lancers contre Chicago. De plus, il a fait du bon boulot défensif sur DeRozan pour le limiter malgré ses 30 points. Dort n’a, en effet, pas été au top pour défendre sur Jalen Brunson ou Jalen Green, mais dans l’ensemble, sa semaine est intéressante.

  • Aleksej Pokusevski

Même s’il possède le pire +/- de la semaine (-11.3) et l’un des pires Net Ratings (-10.1), Poku continue sur son stretch (mais est-ce vraiment seulement un stretch ?) où il fait les bons choix en attaque et est adroit. 48% au tir, 38% à 3 points, c’est moins bon que la semaine dernière mais ça reste des pourcentages de très grande qualité. Visuellement, on a l’impression que Poku est souvent au bon endroit, autant en attaque qu’en défense, même si son physique le limite encore dans cet aspect. Dans les stats, c’est plus compliqué. L’attaque n’est, semble-t-il pas bonne avec lui et la défense mauvaise, comme d’habitude, peu importe le supporting cast. Mais restons sur ces impressions visuelles en espérant que, la semaine prochaine, les stats parleront toutes en faveur d’Aleksej Pokusevski.

  • Tre Mann

De retour de blessure après 3 matchs sans jouer, on ne peut pas dire que le 12e pick de draft 2021 ait été flamboyant. Il a même été mauvais. 4 matchs truffés d’entrées en jeu décevantes avec un faible apport offensif, ce qui est pourtant censé être sa force. En 17 minutes, Tre Mann tourne à 3.5 pts, 2.8 rbd et 1.3 ast de moyenne sur la semaine, le tout avec des pourcentages épouvantables à 24% au tir, dont 11.8% de loin ! La disasterclass qui illustre le marasme offensif du sophomore est son match face au Rockets, 2 pts à 0/9 à 3 pts !!! Mann, quand tu vois que tes step-backs à 3 points ne rentrent pas, il faut penser à faire autre chose comme attaquer la raquette pour finir en floater ou près du cercle (domaine dans lequel il a progressé). Cette semaine a été un cauchemar pour Tre et on peut en dire autant pour son début de saison qui est bien en dessous des attentes. Maintenant pas de panique, il aura de nouvelles opportunités de s’exprimer et on garde espoir qu’il va trouver son rythme offensivement.

  • Eugene Omoruyi

C’est probablement un peu sévère vu qu’il n’a joué que 2 matchs, mais les entrées d’Omoruyi n’ont pas été convaincantes cette semaine. 14 minutes face aux Knicks pour 2 points à 1/3, puis 12 minutes contre Denver pour 2 points à 1/4 et des choix très discutables. Rien d’inquiétant pour Eugene, envers qui nous n’avons aucune attente spécifique, mais c’est dommage qu’il n’ait pas réussi à saisir sa chance lorsque Daigneault lui a donnée.

Le Daigneault show :

C’est l’heure du Daigneault Show, la rubrique où on parle brièvement de notre coach et de ses décisions. Pas de systèmes gagnants cette semaine mais des choix tranchés qui ont eu un certain impact sur l’équipe.

Face à la raquette imposante et athlétique des Knicks, Mark Daigneault a décidé d’être à contre-courant et de d’aligner Kenrich Williams et Jeremiah Robinson-Earl à l’intérieur. Un choix qui n’a pas trop payé dans les premières minutes tant on s’est fait violentés par les Knicks à l’intérieur (-11 en première mi-temps). En seconde mi-temps, l’utilisation de Bazley a permis d’ajouter un peu de verticalité dans notre défense et de limiter les dégâts. Même si offensivement, il reste inconstant, Daigneault a compris que son apport défensif était très précieux face à des raquettes physiques.

Contre Denver et pour tenter de contrer le double MVP en titre Nikola Jokic (spoiler : on n’a pas réussi), notre coach a opté pour un frontcourt Dort-Poku-JRE. Ces deux derniers ont fait du mieux qu’ils ont pu et ne semblaient pas largués face au MVP serbe mais cela n’a pas empêché Jokic et Denver de prendre le large dans le premier quart (+17 pour eux). La panne d’adresse dans les 2ème et 3ème quarts nous ont permis de revenir mais un choix tactique douteux a permis à Denver de nous passer devant en fin de match. Ce choix était de doubler Jokic à chaque fois qu’il touchait le ballon, lui laissant l’occasion de kick-out pour un Gordon qui drive ou un shooter dans le corner. Résultat ? 31 points pour Gordon et 9 passes pour le Serbe. Ce choix de Daigneault a pu frustrer de nombreuses personnes et c’est compréhensible, même si Jokic était en feu avec 39 points à 73% au tir.

Contre ces mêmes Nuggets, un choix presque gagnant était d’utiliser le shoot d’Isaiah Joe pour porter notre attaque. Et ça a fonctionné ! 21 minutes de jeu, 21 points à 7 sur 10 à longue distance, Joe a eu ce rôle de joker offensif et entre son tir et son hustle, il nous a presque fait gagner ce match !

Contre les Bulls, peu de choses à dire mis-à-part que Daigneault aura tout essayé pour stopper un DeMar DeRozan des grands soirs. Du Kenrich, du J-Dub, du Dort et du Bazley entre autres. C’est avec ces deux-là que l’ancien Raptor a eu le plus de mal. Il a été gêné par la physicalité de Dort et par la verticalité de Bazley. Ce dernier a même contré un pull-up de DeRozan qui n’a presque plus tiré du match après ce contre, quand Bazley était en défense sur lui. En prolongations, une défense bien en place avec des individualité concentrées ont permis d’arrêter DeRozan et compagnie et d’arracher ce match aux lancers.

Enfin, pour le dernier match face aux Rockets, le coaching était tout sauf gagnant. On a eu le droit à des line-ups avec le revenant Dieng, Bazley et Giddey, soit trois non-shooters qui n’ont pas le respect des attaquants. Puis nous avons eu des line-ups avec SGA et 4 joueurs pouvant shooter. Résultat ? Aucun line-up n’a su redresser la corde et nous faire revenir dans le match. Un soir sans pour le Thunder, qui nous a valu pas mal de honte de perdre contre le pire bilan de la ligue et et de se faire vanner sur Twitter par la fanbase de Houston.

Mais aussi…

  • L’association entre Giddey et SGA semble toujours aussi peu évidente. Si Shai continue à être injouable en attaque, il le fait bien souvent en solo, seulement un de ses paniers sur cinq est assisté. Giddey, lui, peine toujours autant en attaque (mis-à-part la prolongation contre les Bulls) et les minutes où il est avec Shai ou sans lui ne sont pas bonnes. Sur la saison, Giddey, avec Shai sur le banc, c’est -6 de Net Rating. Quand les deux sont sur le terrain, c’est encore pire avec un -11. Et pour confirmer cette tendance, quand Shai est sur le terrain et Giddey sur le banc, notre Net Rating est largement positif : 14.2 ! SGA joue à un niveau MVP et Giddey est frustrant, particulièrement cette semaine, on attend donc du meilleurs ces prochaines semaines !
  • Ces mêmes Giddey et SGA ont d’ailleurs passé une mauvaise semaine au shoot à longue distance : 12.5% pour le premier et 16.7% pour le deuxième. Pour Giddey, son pourcentage est horrible mais son choix de tirs aussi. Quand il tire dans le corner, seulement 0.5 tir par match (soit un quart de ses threes cette semaine), l’Australien tourne à 50%. Dans l’axe, alors que cela représente trois-quarts de ses threes sur la semaine, Giddey n’a mis aucun shoot. Une sélection problématique et très frustrante. Pour SGA, alors que plus de la moitié de ses shoots à 3 points (1.8 sur 3 tentatives au total) étaient en Catch&Shoot, notre FP Canadien n’en a mis aucun. Une difficulté au shoot flagrante sur la semaine, mais au moins, Shai a eu des tirs ouverts et ça n’arrive pas très souvent.
  • Avec 14 matchs à 30 points ou plus cette saison, Shai Gilgeous-Alexander est tout simplement le seul de la ligue à réaliser une telle performance. Même Luka Dončić ne fait pas mieux.
  • SGA a d’ailleurs atteint face aux Rockets la barre des 5000 points en carrière à l’âge de 24 ans.
  • Ousmane Dieng était de retour dans la rotation lors du match à Houston : ce fût compliqué avec peu d’impact et un 0/4 de loin.
  • Pas de Jaylin Williams par contre, seul joueur du roster a ne pas avoir joué avec le Thunder cette semaine.
  • Après 5 matchs sans jouer à cause d’un bobo à la cheville, Darius Bazley a fait son retour cette semaine et a été plutôt convaincant notamment face aux Knicks et aux Bulls où il fait son meilleur match cette saison avec 17 points.
  • Mise à part 8 petites minutes face à New York, le papi de la troupe Mike Muscala n’a pas joué de la semaine et ne rejouera pas avant deux semaines à cause d’une fracture de l’auriculaire.

Pour la semaine prochaine…

OKC finit donc la semaine avec un bilan de 1 victoire pour 3 défaites, avec 2 matchs intéressants conclus en prolongations, au milieu de 2 autres rencontres moins bien négociées. La suite s’annonce rude sur les 3 prochaines rencontres, avec un déplacement à NOLA face à Zion et sa bande, puis un retour dans l’Oklahoma pour affronter les Spurs, avant de finir dans le Minnesota pour la 3ème rencontre de la saison face aux Wolves.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s