Draft 2022 : quel joueur pour le Thunder avec le pick 2 ?

  • Paolo Banchero (PF, 19 ans, 210cm, 106kg, 215cm d’envergure, Duke Blue Devils)

Stats 2021-22 : 39 matchs, 33.0 minutes de moyenne
17.2 points, 7.8 rebonds, 3.2 passes, 1.1 interceptions, 0.9 contres, 2.4 turnovers
47.8% au tir (6.3 FG / 13.2 FGA), 33.8% à 3pts (1.1 3P / 3.3 3PA), 72.9% aux lancers (3.5 FT / 4.8 FTA)

Au tour du joueur qui fait partie du top 3 (voire 4) qui semble se détacher du reste de la draft, mais dont on parle le moins pour OKC avec le choix 2 : Paolo Banchero.

Le jeune italien, qui a évolué avec les Blue Devils de Duke cette saison, était déjà annoncé comme un joueur potentiellement top 3 de draft avant la saison qui s’est écoulée. Il a réussi à se maintenir dans les boards grâce à une année où il a su montrer tout son potentiel et confirmer qu’il faisait partie des tout meilleurs joueurs de cette cuvée.

Commençons d’abord par son histoire. Paolo “Napoléon” Banchero fait partie de ces joueurs avec des gênes de sportifs : sa mère est une ancienne pro au basket et a notamment évolué à l’Université de Washington, elle est d’ailleurs la première Huskies draftée en WNBA et a détenu le record all-time au scoring de cette fac pendant 9 ans. Paolo a aussi eu un très bon niveau au foot américain, il évoluait au poste de QB et a fait partie du top 50 national au foot américain ET au basket, avant de décider de se consacrer entièrement au basket. 

Parlons maintenant du bonhomme : c’est un monstre physique très polyvalent. Mesuré il y a peu de temps à quasiment 2m10 sans chaussures et pesant plus de 105kg, il est cependant très mobile et possède des facultés de joueurs bien plus petits. Ce genre de combinaison entre mensurations et capacités techniques est très rare et le rend tout de suite intéressant en NBA. Malgré sa taille, il est capable de quasiment tout faire en attaque. Scorer, passer, porter le ballon, poser un écran, prendre des rebonds, se projeter comme un guard sur contre-attaque ou même faire un coast to coast rapide balle en main sur transition. Il est le meilleur talent offensif de cette draft.

Au scoring, il est capable de créer son propre tir notamment avec son fameux jab step qu’il adore utiliser et son spin avant de tirer à mi-distance qui lui permet de créer de l’espace avec son défenseur. Grâce à sa combinaison taille/puissance/skill, il est capable de scorer à quasiment tous les niveaux et face à de nombreux joueurs. Son pull-up à mi-distance est déjà excellent mais il est en plus de ça capable de scorer près du cercle grâce à sa puissance et son footwork, il sait parfaitement utiliser son corps pour finir au contact comme être très intelligent sous le cercle et finir en finesse grâce à sa technicité et son toucher. Il est aussi très bon sur le drive et sait utiliser son avantage de vitesse face à d’autres bigs ou son avantage de puissance face à des joueurs plus petits, il adore utiliser des spin moves pour se débarrasser de son défenseur et c’est déjà un go-to move pour lui. On a notamment pu le voir bumper un certain Chet Holmgren (dont on parlera juste après) après un drive pour finir tranquillement au cercle dans une victoire de Duke face à Gonzaga en tout début de saison. Bref, c’est un joueur redoutable près du cercle et à mi-distance.

Qu’en est-il de sa création pour les autres ? Élite pour son poste. C’est un excellent passeur avec une bonne vision de jeu – ses années en tant que quarterback ont pu aider – qui sait parfaitement lire le jeu et faire la bonne passe pour trouver un coéquipier ouvert. Il pourrait avoir un rôle de créateur secondaire en NBA tant sa capacité à la passe est intéressante et tant ses capacités au scoring lui permettent d’attirer les défenses. Il est d’ailleurs capable d’être des deux côtés du pick n’ roll : en tant que poseur ou en tant que porteur de balle, et est un bon passeur dans ce genre de situations. Sa capacité à rester conscient de ce qui se passe autour de lui quand il drive lui permet de faire des kick-out pour ses coéquipiers mais aussi de faire l’extra pass quand il se retrouve dans une situation compliquée.

Malheureusement tout n’est pas parfait chez Paolo et il y a notamment deux secteurs de son jeu où il devra absolument progresser pour montrer qu’il valait le coup d’être l’un des premiers noms appelés à la draft. Malgré une certaine idée collective qui circule depuis quelques semaines concernant sa défense, non, Paolo n’est pas un mauvais défenseur. On peut relever d’énormes soucis d’implication et de régularité défensive, le joueur n’est pas tout le temps concerné en défense et n’apporte pas l’impact que l’on pourrait attendre d’un tel monstre physique. Malgré tout, il faut rester mesurés sur ce point car – comme répété à plusieurs reprises – Duke n’est pas une fac qui met assez bien en avant ses prospects défensivement, et Paolo n’est pas le seul joueur de Duke à en avoir souffert. Il a su montrer qu’il était capable de défendre plus que convenablement et d’élever son niveau dans des matchs à enjeu où sa défense était nécessaire pour gagner – comme à la March Madness – en se mettant en mission défensive sur son joueur, et a montré des flashs notamment sur sa défense en aide à plusieurs reprises cette saison. On notera cependant des vrais soucis en défense sur des séquences off-ball où il est complètement à la rue, il a aussi eu beaucoup de mal à défendre sur les closeouts – encore une fois à cause de son manque d’intensité et d’envie – en ne faisant pas l’effort pour contester le tir.

Pour conclure, son plus gros problème reste cependant son tir extérieur. Malgré des périodes où il a été capable d’être régulier de loin et notamment une fin de saison où il a été beaucoup mieux sur ce secteur, il est loin d’être un shooter fiable derrière l’arc. Le principal problème étant qu’il a tendance à refuser beaucoup de tirs ouverts dans des situations de catch and shoot et qu’il a aussi une sélection de tir parfois compliquée, avec des tirs forcés et des fadeaways peu rentables. C’est globalement un joueur capable de scorer de loin mais qui devra travailler son tir pour trouver de la régularité et devenir une vraie menace extérieure. Il devra aussi prendre confiance en son tir et prendre ses tirs ouverts.

Quel rôle avec le Thunder ?

Le potentiel de scoreur de Banchero pourrait être un énorme ajout à une attaque du Thunder plus que moyenne. Sa capacité à scorer à plusieurs niveaux et ses talents de passeur seraient une vraie valeur ajoutée à l’équipe, en plus de son potentiel défensif qui pourrait faire de lui au moins un défenseur moyen+ en NBA. Il a aussi montré – notamment à la March Madness – qu’il était capable de jouer sans ballon et de s’effacer, dans des séquences où il était plus utile off-ball, pour faire gagner son équipe, et c’est aussi un aspect à prendre en compte pour son arrivée en NBA. Le prendre avec ce pick 2 si Chet n’est plus disponible, voire même s’il l’est encore, serait une très bonne chose pour l’équipe car il pourrait être l’un des gros scoreurs de l’équipe mais aussi le genre de joueur à qui on peut donner la balle en fin de match pour la win.

Sa place dans les mocks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s