Le mois de février du Thunder : Giddey en mode triple-double, le reste importe peu

On s’était quittés sur un mois de janvier assez catastrophique en termes de résultats, avec seulement 2 victoires pour 12 défaites. En plus de cela, SGA (1 mois) et JRE (6-8 semaines) s’étaient blessés, de quoi bien déprimer pour la suite. Cependant, vous allez voir que le mois de février a été assez intéressant et on ne parle pas du All-Star Weekend, malgré la présence de notre acteur de teen movie préféré.

Résultats collectifs et news

Bilan : 4-8 (mois précédent : 2-12)
Offensive Rating : 103.6 (30ème (=)) / Defensive Rating : 110.8 (12ème (-1 place))

OKC débute bien son mois en poursuivant sur sa lancée de la victoire fin janvier face aux Blazers de McCollum en gagnant en overtime à Dallas puis … chez les Blazers de … Josh Hart, la trade deadline a fait des dégâts chez certains. De belles prestations dans des matchs serrés qui seront suivies d’une série de 5 revers consécutifs. Hormis la défaite face aux Raptors, le Thunder est resté au contact dans tous les autres matchs, aucune honte à avoir donc de perdre comme ça, surtout avec le nombre de joueurs forfaits. Juste avant le All-Star break, OKC va gagner en overtime à New York (voir plus bas) puis s’incliner de peu face aux Spurs, mais surtout enregistrer de nouvelles pertes avec les blessures de Dort et Kenrich notamment. La poisse donc mais on peut souffler en voyant Giddey faire le Rising Stars et des ateliers pour enfants en courant autour de plots dans le ridicule Skills Challenge de ce All-Star Week-end loin d’être mémorable. Après la reprise, Shai est de retour dans un effectif tellement décimé que Vit Krejci a régulièrement des minutes et nous régale avec 3 matchs à plus de 30 points pour un bilan de 1 victoire (à Indianapolis) et 2 défaites (Suns & Kings).

Qui dit mois de février dit trade deadline et même si le Thunder s’est montré discret, quelques moves ont eu lieu. Diakite n’a pas vu son contrat de 10 jours être reconduit, ce qui a permis au Heat de dégraisser le contrat d’Okpala en l’échange d’un meilleur choix de draft. Okpala sera coupé immédiatement par le Thunder qui va (enfin) donner un contrat garanti à Aaron Wiggins. 6.4M sur 4 ans. Un contrat à la Lu Dort pour l’ancien de Maryland qui a convaincu dans l’Oklahoma et prend le 15ème spot. En plus de cela, Paul Watson a été coupé pour le plus grand bonheur des fans de basketball, ce qui signifie que les deux places en two-way contract étaient disponibles. Les heureux élus sont donc Lindy Waters III, arrière shooteur, et Olivier Sarr, pivot FRANÇAIS. Niort est en liesse, la Marseillaise retentit et les plus chauvins (et tarés) d’entre nous diront que c’est une suite logique des choses car les couleurs d’OKC sont les mêmes que celles du drapeau français.

Au final, les résultats du Thunder sont meilleurs que le mois dernier, pas compliqué vous me direz. 33% de victoires, c’est pas mal au vu des absences, surtout qu’il y a eu assez peu de blowouts. La défense est toujours impliquée peu importe qui est sur le terrain, ce qui aide pour rester au contact dans quasiment tous les matchs malgré une attaque toujours aussi mauvaise. On attend impatiemment la draft pour récupérer du shoot, du shoot et aussi un peu de shoot, comme en témoigne le faible mais non surprenant 31.7% de loin d’OKC sur le mois de février. Les performances de Josh Giddey sont aussi les bienvenues, lui qui rafle tous les trophées de Rookie du mois à l’Ouest.

Le match : 127-123 (OT) vs Knicks (14 février)

Malgré la belle victoire en prolongations à Dallas, sûrement la plus inattendue au vu de la qualité de l’adversaire et des difficultés que le Thunder rencontre habituellement face aux Mavs, le choix était assez simple à faire. Évidemment que la victoire au Madison Square Garden, là aussi en overtime, est le match référence d’OKC lorsqu’on évoque le mois de février.

Sans SGA, Dort ou encore JRE, OKC se déplaçait chez une équipe en cruel besoin de victoire pour ne pas lâcher la course au play-in à l’Est. Malgré la domination de Mitchell Robinson face à Roby dans la raquette et un Evan Fournier en feu, le Thunder va chercher une grosse victoire en climatisant la salle la plus iconique des États-Unis. Dans une rencontre serrée tout du long, New York va prendre quelques points d’avance dans le dernier quart-temps, mais le Thunder va faire parler le mental pour revenir et arracher l’overtime grâce à une iso de Bazley sur Robinson. Le duo Giddey – Mann va porter le Thunder durant cette prolongation après avoir déjà fourni une prestation énorme. 28 points, 11 rebonds, 12 passes pour l’australien et 30 points avec des finitions surréalistes au cercle pour le numéro 23, bien aidés par les apports de Bazley (23pts), Williams ou encore Favors.

MVP : Josh Giddey

Stats de Rookie du mois (10 matchs) :
16.3 points, 8.7 rebonds, 7.7 passes, 0.9 interceptions, 0.1 contres, 4.1 turnovers
46.6% au tir (14.6 tentatives), 27.8% à 3pts (3.6 tentatives), 77.3% aux lancers (2.2 tentatives) en 33.4 minutes de moyenne

En l’absence de Shai Gilgeous-Alexander, on attendait un step-up de Giddey à la création et de Dort au scoring pour essayer de maintenir l’équipe à flot. Dort a d’ailleurs fait un très bon boulot en marquant 23.3 points de moyenne à 37% de loin (pour quasiment 10 tentatives à 3pts par match !) mais s’est blessé à l’épaule et n’a pu jouer que 6 rencontres. À ce moment-là, l’australien a aussi récupéré beaucoup de responsabilités au scoring malgré l’aide de Mann et a répondu présent. Giddey a produit des stats Ben Simmonsesque et glané sans surprise son 4ème trophée de Rookie du mois de la conférence Ouest sur 4 possibles.

Avec un seul match sous les 10 points et même si les pourcentages au tir restent globalement discutables, Giddey a eu un impact monstrueux offensivement. Suprême à la création malgré une hausse des pertes de balle, il a assumé ce rôle de leader en envoyant notamment une série de 3 triple-doubles consécutifs, dont une masterpiece à New York (28-11-12). Giddey a évidemment continué d’impliquer et de faire briller ses coéquipiers, mais a aussi montré de vrais efforts en défense en étant moins passif.

Face à Phoenix, match marquant le retour de Shai, on a vu une réelle envie de Mark Daigneault de travailler la complémentarité entre son rookie australien et son futur All-Star canadien. Giddey était le premier créateur d’OKC tandis que SGA était plus utilisé off-ball, donnant des séquences plus intéressantes entre les deux que le « à toi, à moi » qu’on remarquait habituellement. Malheureusement, Giddey s’est blessé à la hanche et ratera plusieurs semaines de compétition, un coup dur pour l’australien qui était sur une superbe dynamique.

La satisfaction : Aleksej Pokusevski

Stats du mois : 9 matchs à 24 minutes de moyenne
11 points, 5.9 rebonds, 1.9 passes, 0.8 interceptions, 1.1 contres, 1.3 turnovers
48.8% au tir (9.3 tentatives), 38.2% à 3pts (3.8 tentatives), 80% aux lancers (0.6 tentatives)

On commence avec les mentions habituelles, en évoquant Darius Bazley et Tre Mann, responsabilisés offensivement et qui ont montré un contenu globalement prometteur. Theo Maledon a aussi fait quelques bons matchs mais reste bien trop juste pour aller chercher la Pokumania.

Le serbe était la déception du mois de décembre, envoyé en G-League au mois de janvier pour des performances insuffisantes, il a séduit sur ce mois de février à la surprise générale ! Poku prend confiance des deux côtés du terrain et a un impact non négligeable en sortie de banc sur les performances de son équipe.

Offensivement, il a apporté un vrai plus au tir. 38% de loin pour le joueur en 2D qui dégaine en catch&shoot sans hésiter, comme on l’a vu face aux Raptors notamment. Plus généralement, ses choix sont bien meilleurs, que ce soit son placement off-ball mais aussi en menant des transitions, lui qui profite de mieux en mieux de son combo handle – taille pour finir en coast-to-coast après un stop défensif.

La défense, parlons-en car c’est peut-être là que Pokusevski brille vraiment. Il fait de bonnes lectures et se retrouve souvent au bon endroit pour contester un drive ou une passe. Le serbe apprivoise de plus en plus son corps tout bizarre et profite de sa taille et de sa mobilité pour apporter un vrai bonus à une défense d’OKC déjà bonne. Même lorsqu’il galère au tir, il sait se rendre utile via son hustle (4/12 face aux Kings mais 8 rebonds, 2 interceptions et 2 contres), c’est un point très encourageant pour la suite de Pokumon en NBA.

Match référence : 09/02 vs Raptors (défaite 98-117)
18 points, 4 rebonds, 1 passe, 4 interceptions, 2 contres, 1 turnover
7/9 au tir, 4/5 de loin en 30 minutes

La déception : Ty Jerome

Stats du mois : 8 matchs à 21.5 minutes de moyenne
7.5 points, 2.4 rebonds, 4.3 passes, 0.6 interceptions, 0.1 contres, 0.8 turnovers
31.8% au tir (8.3 tentatives), 26.8% à 3pts (5.1 tentatives), 77.8% aux lancers (1.1 tentatives)

Tout n’est pas tout rose à OKC et des joueurs ont aussi sous-performé. Aaron Wiggins galère depuis son retour de blessure et s’est même re-blessé à la même cheville, un mois compliqué pour lui, tandis que Vit Krejci a du mal à saisir sa chance. Mais le joueur le plus décevant est pour moi Ty Jerome sur ce mois de février.

Si l’ancien joueur des Suns a su apporter de la création en sortie de banc, sa propension à croquer et à mal défendre rendent ses entrées souvent contre-productives pour OKC. Il tente 5 tirs de loin par match alors qu’il n’est déjà même pas à 30% sur la saison et son match à 12 (!) tirs de loin tentés (à 25% de réussite) face à Toronto m’a achevé. Ty Jerome a tendance à se prendre pour un joueur qu’il n’est pas et gagnerait à se concentrer sur un rôle de floor general qui implique les autres en faisant circuler le ballon. Seulement, en est-il capable ?

De l’autre côté du terrain, difficile de voir quel peut être l’apport bénéfique de Jerome qui n’est pas terrible. Le plus dur pour lui est que Maledon, son concurrent à son poste, va mieux tandis qu’il est out pour une blessure à la hanche. À son retour, la question se posera vraiment sur sa réintégration dans la rotation tant le français est plus jeune (donc plus de potentiel à exploiter) et semble plus utile sur le terrain.

Le choix de coaching : Tre Mann titulaire

Avec la blessure de SGA, on s’attendait à ce qu’un scoreur intègre le 5 majeur pour essayer de compenser son absence le plus possible. En cela, la titularisation de Tre Mann sur 11 de ses 12 rencontres n’a rien de surprenant. Il était le plus à même d’apporter offensivement, que ce soit en auto-création ou en catch&shoot.

Le bilan est plutôt bon pour l’ancien de Florida. 14.6 points, 2.9 rebonds et 2.7 passes à 35.5% de loin pour Mann qui a toujours certaines difficultés pour scorer près du cercle (40% à 2pts). Pour le reste, le rookie a convaincu en étant une vraie menace la plupart du temps. 4 matchs à plus de 20 points dont une marque à 30 points à New York, Mann s’en est donné à cœur joie en régalant via ses step-backs et des finitions acrobatiques de plus en plus efficaces. Pas toujours régulier (25% au tir sur la série de 5 défaites), il a tout de même réussi à s’adapter au fur et à mesure en contribuant dans les autres secteurs du jeu lorsque les tirs ne rentraient pas. Face aux Suns, il tire à 1/6 à 3pts mais finit avec 6 passes et 4 interceptions pour une prestation correcte.

Il est aussi bon de dire que Tre Mann devrait garder cette place de starter un certain temps malgré le retour de Shai Gilgeous-Alexander, étant donné que Josh Giddey est maintenant absent et ne reviendra pas tout de suite. C’est une bonne opportunité pour le rookie au numéro 23 de continuer d’avoir régulièrement beaucoup de temps de jeu.

Les changements attendus

Je vais être assez rapide ici en souhaitant surtout avoir des joueurs valides pour finir la saison. Le Thunder fait face à trop d’absences en ce moment, ce qui restreint les possibilités pour Daigneault et son staff. Shai est de retour, on espère que la hanche de Giddey se rétablira bien, ainsi que l’épaule de Dort ou le pied de JRE. Nos kinés ont du boulot, on espère voir un Thunder moins handicapé par les blessures pour éviter de finir la saison avec en partie un effectif de G-League, c’est toujours mieux pour l’apprentissage des jeunes.

Et puis, dans la lignée de ces retours de l’infirmerie, j’aimerais que Theo Maledon garde sa place dans la rotation devant Ty Jerome. Déjà, ce dernier me tape sur les nerfs, mais surtout le français a seulement 20 ans et montre un meilleur rendement. Il a clairement gagné en confiance depuis son passage au Blue et mérite qu’on le laisse s’exprimer un petit quart d’heure à chaque rencontre, afin d’avoir l’opportunité de montrer s’il est capable d’être consistant régulièrement dans un effectif NBA.

Les résultats sont meilleurs sur ce mois de février mais l’infirmerie est aussi fournie que le cast de stars à la mi-temps du Super Bowl. Giddey a brillé, Shai s’est reposé et la 4ème place d’avant-lottery est toujours d’actualité. Espérons un retour des blessés pour vivre une fin de saison intéressante dans le jeu, surtout que SGA a l’air de vouloir montrer qui est le meilleur canadien de NBA.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s