Pacers 113 – 110 Thunder – Match #48

Retour à la maison pour OKC pour affronter les Indiana Pacers après un gros comeback perdu au finish sur le parquet des Bulls lors de la dernière rencontre. Le Thunder reste sur 6 défaites consécutives et souhaite reprendre le chemin du succès face à une des déceptions de la saison, qui reste sur 3 revers de rang et s’éloigne significativement de la course au play-in tournament.

Favors est blessé, Poku et Roby sont en G-League et pour une fois, Daigneault n’a pas annoncé son starting five à l’avance. Le suspens reste donc entier jusqu’à l’annonce des joueurs par le speaker du Paycom Center … Tre Mann (!) débute pour la troisième fois de sa jeune carrière un match NBA aux côtés de Giddey – SGA – Dort – JRE. Le coach d’OKC a donc décidé de répondre au problème Sabonis en jouant small-ball, hâte de voir si ce pari va payer. Car oui, Sabonis fait son retour sur ce match et ré-intègre le 5 majeur des Pacers, accompagné de LeVert – Duarte – Holiday – Craig, Rick Carlisle devant toujours compenser avec de nombreuses absences (Brogdon, McConnell, Warren, Turner).

Fil du match

Dès l’entame de match, la stratégie des Pacers est claire : punir le small-ball d’OKC avec Sabonis à l’intérieur et shooter de loin. La 1ère partie de ce plan de jeu commence bien, avec un Domantas qui punit JRE dès qu’il a la balle au poste. Sinon, le Thunder défend plutôt bien, en coupant le plus possible les lignes de passe adverses. Malgré une attaque en difficulté au tir, OKC est toujours au contact grâce à ses mains actives (6 interceptions dans le 1er quart). Mann prend de bons tirs mais ne les rentre pas et c’est Lu Dort qui débloque le compteur des locaux, notamment via un bel euro-step. Les Pacers prennent 6 points d’avance mais Tre Mann sanctionne de loin grâce à son step-back fétiche, JRE produit au rebond offensif (5 prises dont 2 dans la raquette adverse) et OKC conclut un beau run pour prendre l’avantage sur une passe magique de Giddey pour SGA en transition.

Grâce à sa défense et des contre-attaques bien négociées, le Thunder garde son avance malgré un SGA très discret en attaque (mais présent de l’autre côté du terrain). Stephenson fait une bonne entrée via 2 tirs rentrés, Sabonis produit la majorité des attaques d’Indiana (6 points, 7 rebonds et 4 passes, mais 3 turnovers) mais OKC peut compter sur un excellent Luguentz Dort, déjà à 9 points à 4/5. Shai dunk, Bazley met un eurostep en transition et Muscala plante du parking ; le Thunder finit ce premier quart-temps avec un avantage de 30-29. La partie est plaisante malgré un manque de réussite de loin (3/11).

Le début de la bataille des bancs est difficile, surtout offensivement. La défense est plutôt en place, mais rien ne rentre en attaque hormis des dunks de Diakite sur de bons services de Maledon et Jerome. Seulement 4 points inscrits en 5 minutes, Indiana reprend logiquement le lead, mais Maledon trouve Bazley qui cut au cercle, puis ce dernier vient sanctionner à 3 points pour ramener son équipe à égalité. Soit dit en passant, Theo, pour son retour dans la rotation, n’est pas en réussite mais a tout de même un apport intéressant via ses prises d’initiatives et ses bonnes prises de décision à la création. Jerome redonne par la suite l’avantage au Thunder sur un tir mi-distance, puis Bazley rentre de nouveau un tir de loin. Décidement, Darius est à l’aise en sortie de banc et fait du bien malgré un Sabonis toujours aussi productif, notamment en création (4 passes) et déjà proche du triple-double. L’attaque s’adapte de mieux en mieux à la défense de zone mise en place par les Pacers, Shai trouve Dort sur un cut, puis Giddey rentre un spin-move. SGA va ensuite faire parler son footwork près du cercle et Dort va batailler au rebond offensif pour permettre à Giddey de donner un caviar à JRE. A la mi-temps, OKC mène 54-51 avec un SGA qui se réveille en attaque, une défense bien concentrée malgré la production de Sabonis et une prestation propre offensivement avec seulement 4 pertes de balle.

Mark Daigneault fait le choix de remplacer JRE par Muscala pour démarrer cette seconde mi-temps, afin d’opposer plus de résistance physique à Sabonis notamment. Une entame qui est d’ailleurs parfaite de la part d’OKC. Shai va sur la ligne, Moose sanctionne de loin et les pertes de balle d’Indiana s’enchaînent, le Thunder inflige un 8-0 d’entrée aux joueurs d’Indianapolis et mènent rapidement de 11 points. Le rebond est mieux sécurisé et les tirs rentrent, que demander de plus. Malheureusement, tout allait trop bien et SGA se tord la cheville sur un drive et sort (remplacé par Maledon) après avoir raté ses deux lancers, il ne reviendra pas de la soirée et on espère rien de grave pour notre franchise player canadien. Cependant, OKC va poursuivre son run jusqu’au 12-0 via des drives de Dort et Maledon et il faudra un tir de loin de Duarte pour arrêter cette série noire des Pacers, plus de 5 minutes sans marquer. Giddey marque même de loin, Daigneault challenge avec succès une faute sifflée et le Thunder mène de 15 points en dominant clairement son adversaire du soir, trop dépendant d’un Sabonis mieux contenu (1/5 au tir) et subissant un match totalement infame de Caris LeVert (qui finira la rencontre à 10 points à 3/19 au tir). Cependant, les joueurs se relâchent et Indiana revient progressivement dans le match. Beaucoup trop de fautes et de rebonds concédés par OKC qui voit son avance fondre à 5 points, 72-67. Kenrich met un dunk qui relance une attaque du Thunder en panne d’adresse et d’inspiration, Sabonis met un and-one, Jerome sanctionne de loin mais Lamb remet un and-one, les deux équipes se rendent coup pour coup dans cette fin de quart-temps. Jerome, qui fait une bonne entrée, va offrir un tir de loin à Kenny sur un plateau et une défense étouffante de Dort sur LeVert permettent tout de même à OKC de mener de 7 points à l’entame du dernier quart-temps malgré ce trou d’air.

Les 12 dernières minutes de la partie commencent mal pour OKC. Indiana, avec Brissett et Holiday, rentre ses tirs, le Thunder non et Sabonis redonne l’avantage aux visiteurs sur un put-back. Jerome va scorer 5 points de suite pour relancer l’attaque d’OKC, Bazley est combatif en défense et Dort continue sa bonne prestation des deux côtés du terrain, mais le duo Craig-Holiday maintient les Pacers au contact. LeVert va enfin mettre un tir à 3 points, Giddey sert Dort, puis Mann met un gros step-back de loin. Le match est tendu et OKC compte sur un Lu Dort monstrueux tant qu’il ne shoote pas de loin pour contrer un Holiday en feu et un Sabonis toujours aussi dominant. Giddey score après un rebond offensif, LeVert répond mais Dort va chercher des lancers. LeVert perd ensuite un ballon sur une passe foirée et Bazley chope un rebond offensif important. Le Thunder fait des plays importants et semble avoir le momentum, tandis que Duarte doit sortir pour s’être lui aussi tordu la cheville, décidement les joueurs ne sont pas vernis ce soir. Malheureusement, le clutch est mal négocié. Sabonis obtient sa 10ème passe et son triple-double en servant Holiday qui finit au cercle, Giddey perd un ballon et Sabonis égalise après un rebond offensif : 100-100. La dernière offensive sera pour les Pacers mais Dort est intraitable sur LeVert et le pousse à envoyer une brique, OKC va donc disputer sa 1ère prolongation de la saison !

Daigneault met donc un starting five Giddey – Dort – Williams – Bazley – Muscala pour entamer cet overtime. Plus de taille pour contrer Sabonis, mais le lituanien n’en a que faire et score au poste. Giddey répond à mi-distance, la défense d’OKC continue de faire galérer les Pacers, puis Dort va prendre les choses en main.

Deux bombes de loin qui donnent 6 points d’avance au Thunder, Lu Dort se prend pour Steph Curry et fait kiffer les fans du Paycom Center. Cependant, Lamb score 5 points consécutifs et le match reste tendu entre deux équipes qui ne lâchent rien. Bazley est propre sur la ligne, Sabonis continue son chantier au rebond offensif (8 en tout) et finit au cercle, puis Dort perd un ballon important qui donne un lay-up facile à Holiday. Indiana a repris l’avantage sur une action clutch du frère de Jrue. Par la suite, Mann rate son floater, mais OKC presse tout terrain. Mann gratte l’interception mais Bazley tergiverse malgré un panier qui semble facile et fait la passe sous le cercle à Mann qui ne peut scorer. Holiday va donc sur la ligne augmenter sa marque à 22 points sur ce match et OKC a 6.5 secondes pour égaliser. En sortie de temps-mort, l’équipe de Carlisle fait une faute intelligente sur Muscala. 1er lancer raté pour Moose, il rate le second volontairement pour prendre le rebond et tenter un tir à 3 points mais Indiana sécurise au boxout. Les visiteurs repartent donc avec la victoire au bout du suspens, 110-113.

MVP

Il n’y a eu aucun débat pour déterminer le meilleur joueur de la rencontre du côté d’OKC. En effet, malgré la bonne prestation d’ensemble, notamment de Giddey, Jerome ou encore Bazley, Luguentz Dort a porté l’équipe, notamment après la blessure de SGA. 27 points, 8 rebonds et 4 passes à 10/16 au tir dont 3/8 de loin, sa ligne de stats est excellente, mais pas que. Ses 2 tirs de loin dans le clutch ont failli donner la victoire au Thunder et une telle justesse en attaque de sa part n’avait pas été vue depuis quelques temps déjà. Surtout, il a été énorme en défense, en coupant les lignes de passe et en harcelant constamment le pauvre Caris LeVert qui a vécu un enfer (3/19 au tir, 3 pertes de balle). Une performance majuscule donc pour le meilleur canadien de la partie cette nuit.

Débrief

Le Thunder perd donc pour la 7ème fois consécutive, mais dans un match intéressant et âprement disputé. La victoire aurait fait du bien dans cette rencontre plutôt bonne sous différents aspects.

Aucune solution trouvée face à Sabonis …

La nouvelle de la soirée était le retour de Sabonis aux affaires, ce qui n’allait pas faciliter la tâche des hommes de Mark Daigneault. N’ayant pas Favors de disponible, le coach d’OKC a décidé d’assumer son manque de gabarits intérieurs en jouant small-ball avec la titularisation de Tre Mann.

Domantas Sabonis a donc dominé. 24 points, 18 rebonds et 10 passes, il a été de loin le contributeur principal à la victoire des Pacers et n’a pas fait de quartiers dans la raquette du Thunder. Daigneault a pourtant tout essayé. JRE est trop petit, Diakite n’est pas assez discipliné (5 fautes en 11 minutes), Bazley non plus n’a pu empêcher l’intérieur lituanien de se régaler. En overtime, Muscala a lui aussi tenté de freiner le double All-Star, sans succès. 8 rebonds offensifs pour Sabonis qui ont fait beaucoup de mal, notamment 3 dans la prolongation et une domination impressionnante pour un joueur en reprise après 10 jours sans jouer. Sa supériorité au rebond s’est faite ressentir sur les stats globales, avec un 60-43 dans le domaine pour Indiana, tandis que toute l’attaque des visiteurs reposait sur lui, ce qu’il a assumé avec brio avec ses 10 passes décisives. Il n’y avait rien à faire cette nuit pour OKC face à un joueur aussi en forme que lui.

… mais une bonne intensité mise des deux côtés du terrain

Cependant, le Thunder a livré une bonne prestation malgré ce Sabonis injouable. Et ce, des deux côtés du terrain.

En défense, on a déjà parlé du traitement particulier que Dort a réservé à LeVert, mais Duarte a aussi vécu un match compliqué. Surtout, tout le monde était impliqué, notamment à perturber le mouvement de balle d’Indiana en coupant les lignes de passe. 19 pertes de balle ont été provoquées, symbole de cette implication constante en défense de tous les joueurs.

En attaque, on a vu une circulation de balle intéressante. Giddey, Shai et Dort ont bien sûr été présent de ce point de vue, mais la volonté des joueurs de banc de faire bouger la balle, avec Maledon, Williams et surtout Jerome en 2nde mi-temps faisait plaisir à voir et permettait de trouver des tirs ouverts. La réussite de loin est par ailleurs assez honnête, avec un 33% à 3 points malgré un nombre important de 43 tentatives.

Une bonne réaction suite à la blessure de Shai

La blessure de Shai a aussi été un tournant de cette rencontre. Tout devient plus compliqué pour son équipe lorsque son franchise player sort et malgré le manque évident qu’il a présenté durant la 2nde mi-temps et la prolongation, OKC n’a pas sombré et a continué de rester dans la partie jusqu’au bout.

Dort a évidemment été primordial en sortant une grosse performance et en mettant des tirs importants. Mais à l’image d’un excellent Ty Jerome en 2nde mi-temps, le Thunder n’a rien lâché et il s’en est fallu de peu pour qu’OKC reparte avec la victoire.

Le money time raté

Pour finir, il faut parler de ce qui a principalement pêché, le money time. Enfin plutôt, LES money time. En effet, OKC menait de 4 points en fin de temps règlementaire, avant de se faire égaliser après des paniers de Holiday et Sabonis, tout en ayant perdu un ballon important.

Mais l’action qui fait le plus parler est celle du panier facile raté à 110-111 à moins de 20 secondes de la fin de la partie, qui coûte sûrement le match.

Bazley doit évidemment monter au cercle, l’action semblait évidente à conclure, mais si sur les réseaux des gens vont dire qu’OKC pilote son tank de main de maître (ils n’ont probablement pas vu le match, soyons sérieux), il faut tempérer ce propos. Si cette action existe, c’est aussi parce qu’OKC défend bien et agressivement. Une grosse pression tout terrain sur Lamb de Giddey et Muscala pour écouler les 8 secondes, l’arrière des Pacers doit balancer devant et Tre Mann surgit pour faire l’interception. Le service de Giddey est bon mais Bazley panique et décide de servir Mann qui ne s’y attendait pas, panier raté. Daigneault a probablement vu juste en déclarant que Bazley avait « voulu trop bien faire ». Les joueurs n’ont évidemment pas saboté le match volontairement, mais rappelons que le Thunder est une équipe jeune, qui se retrouve à -1 dans une fin de prolongation. Cette équipe doit donc apprendre à gérer ces moments (surtout en l’absence de Shai) et on espère que cette occasion manquée cette nuit servira à mieux négocier les prochaines, afin de lâcher moins de matchs dans le clutch que cette année.

En bref

Highlights

Box-score

OKC perd encore, mais cette prestation est dans la lignée de la seconde mi-temps à Chicago. Après plusieurs rencontres décevantes, le Thunder montre un meilleur visage et on espère recevoir de bonnes nouvelles au sujet de la cheville de Shai Gilgeous-Alexander pour que cette équipe puisse mettre fin à cette série de défaites. On vous donne rendez-vous mardi à 2h pour la réception des Portland Trail Blazers.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s