Thunder 87 – 94 Cavaliers – Match #46

Dernier match du road trip d’OKC avec un déplacement dans l’Ohio pour affronter les Cleveland Cavaliers. Après une défaite dans le clutch la semaine dernière, le Thunder avait à cœur de prendre sa revanche face à une équipe qui se maintient dans les playoffables à l’Est et reste sur 7 victoires lors de leurs 10 derniers matchs. OKC se doit d’ailleurs de montrer un meilleur visage après deux sorties décevantes contre les Spurs et les Hornets, soldées par des défaites de plus de 20 points.

Mark Daigneault peut compter sur toute sa rotation classique (Maledon, Poku et Roby sont en G-League) et décide de remettre Bazley dans le 5 majeur, aux côtés des habituels Giddey – SGA – Dort – JRE. Côté locaux, Bickerstaff doit composer avec l’absence de Rondo, en plus de celles de Rubio et Sexton, et aligne sans surprise un starting five Garland – Okoro – Markkanen – Mobley – Allen.

Fil du match

Dès le début de la partie, Cleveland cherche à punir dans la raquette en profitant de leur supériorité en termes de taille. Le duo Mobley-Allen domine face à un JRE trop petit, mais les loupés permettent à OKC de rester au contact via de la transition. Dort ouvre le compteur d’OKC, Bazley cale un superbe spin-move sur Markkanen et SGA score de loin en catch&shoot, le premier temps-mort arrive sur le score de 10-12. Bazley qui est d’ailleurs très actif, avec 6 rebonds dans ce premier quart-temps et une énorme tentative de poster sur Jarrett Allen qui fait la faute (2/2 aux lancers). Cependant, l’activité de Darius ne suffit pas à arrêter les « Twin Towers 2.0 » de l’Ohio et l’attaque du Thunder commence à se déliter. L’équipe se contente de faire des drive & kick pour des shooteurs qui n’en sont pas et SGA est totalement à l’envers sur son entame de match avec déjà 3 pertes de balle. Cleveland prend 7 points d’avance, domine sans surprise au rebond et on espère un apport du banc pour rééquilibrer les débats. Ce sera chose faite avec un 7-0 run amené par l’énergie de Wiggins, agressif au cercle comme à son habitude, le spacing de Tre Mann, la création de Jerome et surtout le hustle de Kenrich. Kenny est partout, score, prend du rebond, provoque un passage en force de Mobley et vend même les hot dogs dans les tribunes. Le Thunder arrive avec seulement 2 points d’écart à la fin du premier quart-temps de manière assez miraculeuse et on attend bien mieux offensivement du duo Giddey – SGA.

Daigneault décide d’utiliser Diakite comme back-up pivot au lieu de Favors ou Muscala (pourtant annoncés aptes à jouer), ce qui peut surprendre, mais le Thunder débute bien son second quart. Kenrich Williams, via son implication et sa présence dans tous les bons coups, est en train de remettre le mulet à la mode et le duo Wiggins – Mann apporte un spacing nécessaire aux joueurs d’OKC. L’avantage est repris sur un step-back à 3 points de Mann pendant que les Cavs ne rentrent aucun tir de loin. La défense s’est durcie et même si Cleveland peut compter sur Markkanen pour enfin mettre un tir, Dort fait un gros travail sur Garland pour l’empêcher de scorer. Le futur meneur All-Star a beau être actif à la création (7 passes à la mi-temps), il éprouve de vraies difficultés au scoring qui limitent son impact (2/9 au tir). Cependant, Mann prend déjà sa 4ème faute (oui, en 6 minutes) et doit sortir, ce qui annihile tout spacing dans l’attaque d’OKC. Dort n’est pas en réussite, JRE a des moufles et n’attrape aucun ballon ni ne rentre un tir, heureusement que SGA est en train de se mettre en route pour scorer. La marque est toujours serrée lorsque la cheville de Markkanen va salement tourner, on ne lui souhaite rien de grave bien évidemment, mais cela n’arrête pas les Cavs qui vont reprendre un peu d’avance sur un and-one d’Okoro. JRE énerve par sa capacité à ne rien réussir de ce qu’il entreprend malgré beaucoup de bonnes lectures, l’écart grandit dans le mauvais sens, mais Kenny Hustle ne porte pas ce surnom pour rien.

Kenrich Williams est partout, tout le temps et son énergie maintient quasiment à elle seule le Thunder dans le match. Puis SGA va envoyer un cross dévastateur sur Garland pour scorer de loin ; OKC finit bien sa mi-temps sur un 8-0 et ne se retrouve mené que 45-47, une bonne opération au vu du jeu proposé.

Le début de seconde mi-temps voit Dean Wade remplacer Markkanen dans le 5 de départ et surtout mal débuter pour les fans de basketball. Des tirs ratés et des pertes de balles, Cleveland mène 4-0 au bout de plus de 2 minutes dans ce 3ème quart, mais SGA score 4 points de suite pour ramener le Thunder au contact. JRE fait preuve d’une bonne activité en défense, mais Bazley shoote trop et rate tout en attaque, tandis que Dort est passé de lockdown defender à victime de Darius Garland. Cleveland inflige un 7-0 run sur un 3+1 du meneur de l’Ohio, Dort fait une faute bête sur un Evan Mobley pourtant bien trappé, tandis que Shai prend sa 4ème faute. -10 et un franchise player en foul trouble, la partie tourne mal et Cleveland continue d’imposer sa domination athlétique à une équipe du Thunder en perdition en attaque, malgré beaucoup de déchets (pertes de balle, lancers). Kenrich Williams rentre et continue d’apporter un vrai plus à cette équipe, mais Garland est chaud (13 points à 5/6) et Jarrett Allen se permet même de scorer en tête de raquette. SGA, malgré ses problèmes de fautes, jouera tout le 3ème quart-temps et va limiter la casse en se comportant en leader (9 points et 4 passes durant ces 12 minutes) et son isolation à 3 points réussie va permettre à OKC d’entamer la dernière période du match avec seulement un retard de 10 points malgré un jeu proposé de plus en plus pauvre.

Le banc débute bien ce dernier quart-temps, avec un and-one de Wiggins (où est la flagrante pour Stevens ?) et une bonne défense de Diakite sur Mobley (WTF !?). Shai est toujours là et continue de scorer, OKC n’est plus qu’à 5 points grâce à 10-0 run face à des Cavs qui n’arrivent pas à clôturer le match. Osman leur redonne du scoring, Giddey vit décidément un match galère et même lorsqu’il arrive à trouver un joueur ouvert (par exemple, Dort), celui-ci envoie de la brique à 3 points. Le jeu proposé n’est déjà pas top des deux côtés, mais les arbitres vont aussi s’y mettre, en donnant une faute flagrante 2 à Lu Dort, synonyme d’exclusion, tandis que Love ne prendra rien. On vous laisse juger de la décision du corps arbitral sur ce mauvais geste de Dort (non, les arbitres ont fumé).

OKC doit donc finir ce match sans son meilleur défenseur (sur le papier) et les arbitres se mettent à jouer aux shérifs en sifflant à tort et à travers et en regardant la vidéo à chaque action. La fin de rencontre devient donc hachée, on trépigne devant nos écrans devant tant d’incompétence, mais Jerome ramène le Thunder à 6 points avant de se prendre pour Lillard et d’envoyer une brique à 9m. Garland redonne un peu d’air aux locaux, puis Mobley envoie une dague à 3 points du corner gauche pour redonner 11 points d’avance aux Cavaliers. Shai met un and-one, Wiggins (bon ce soir) finit au cercle et malgré la 5ème faute sifflée pour SGA, le match est toujours disputé même si Cleveland garde toujours au moins 2 possessions d’avance. Garland et Shai se rendent coup pour coup, Kenny Hustle envoie une grosse défense sur le meneur des Cavs mais Shai fait un 0/2 sur la ligne. On en arrive au jeu des lancers avec Garland qui ne tremble pas, SGA score à 2 points puis Osman fait un 1/2 sur la ligne. Sur la dernière possession, SGA trouve JRE ouvert dans le corner … qui envoie un tir sur la tranche, décidément quel match affreux de l’ancien de Villanova. Le Thunder concède donc une courte défaite dans l’Ohio dans une rencontre avec un niveau de jeu assez faible, 87-94.

MVP

Dans un match pas si dingue, il reste important de mentionner les bons apports d’Aaron Wiggins et surtout de Kenrich Williams, pas si loin d’être élu MVP du match selon les pseudos-experts que nous sommes. Cependant, il était impossible de le faire passer devant Shai Gilgeous-Alexander, qui aura maintenu OKC dans le match. 29 points, 9 rebonds, 6 passes et 3 interceptions à 12/23, le canadien a même été efficace de loin (3/7) et malgré un 0/2 aux lancers en fin de match, il a été de loin le meilleur du Thunder sur cette rencontre. Agressif au cercle, capable d’actions d’éclat comme son cross sur Garland, il a surtout très bien réagi à sa mauvaise entame de match durant laquelle il a fait ses 3 pertes de balle. Malgré ses problèmes de fautes (il finit la partie avec 5 fautes), il a aussi été présent en défense et a su se gérer pour contribuer, notamment en 2nde mi-temps durant laquelle il a porté l’équipe.

Débrief

5ème défaite de rang pour OKC au terme d’une prestation insuffisante contrairement à ce que le score serré pourrait laisser penser. Cleveland était clairement prenable ce soir mais trop de manques ont empêché le Thunder d’aller chercher sa 15ème victoire de la saison.

Un secteur intérieur dominé physiquement

On savait que le duel à l’intérieur serait compliqué pour le Thunder cette nuit et ce pour deux raisons : c’est la faiblesse numéro 1 de cette équipe et c’est le point fort sur lequel s’appuie des Cavs performants cette saison. Mark Daigneault avait donc décidé de sortir Wiggins du starting five pour jouer plus grand avec une raquette Darius Bazley – Jeremiah Robinson-Earl. On ne peut pas dire que le plan ait vraiment marché.

En effet, le duo Mobley – Allen finit à 29 points et 30 rebonds à 12/21 en cumulé. Une domination logique face à un JRE trop petit et un Bazley dont l’apport a été insuffisant pour stopper les deux intérieurs malgré ses 6 rebonds dans le premier quart-temps. Isaac Okoro et Lamar Stevens ont d’ailleurs profité de leur puissance pour punir la raquette d’OKC sur des drives et apporter du scoring à des Cavs qui en avaient bien besoin.

La raquette de Cleveland a par ailleurs bien dominé au rebond, avec 13 prises de plus (54-41). Un résultat logique au vu des forces en présence (Diakite en pivot back-up).

Enfin, Cleveland s’est servi de sa supériorité physique pour aller chercher beaucoup trop de lancers. 35 lancers francs provoqués, c’est énorme, et merci à eux d’avoir autant vendangé sur la ligne (51% de réussite), sans cela il n’y aurait pas eu match.

Trop de drive & kick pour des agents de chantier

C’est surtout offensivement qu’OKC a pêché. Si on excepte les exploits individuels de Shai, le Thunder a rencontré de gros problèmes au tir, avec un Josh Giddey 1) moins bon qu’à l’accoutumée et 2) pas aidé par les briques envoyés par ses camarades lorsqu’il arrivait à les trouver.

En somme, le Thunder a tourné à 12/41 à 3 points, un 29% bien trop faible lorsque tu prends la moitié de tes tirs derrière l’arc. Cela s’est traduit dans le jeu par de trop nombreuses séquences de drives avec le ballon qui ressort pour un shooteur qui n’en est pas un. Dort, Giddey et Jerome ont arrosé, tandis que JRE était à côté de la plaque (1/9 au tir !) et que Bazley n’avait rien à faire dans un corner (0/4 de loin, pourquoi Baze prend des tirs de loin ?).

Un bon apport du banc

Même si le 5 majeur (hormis SGA) a été mauvais, OKC est tout de même resté dans le match et ce grâce à son banc. En effet, le Thunder a remporté la bataille des bancs (35-25) en s’appuyant sur les quelques satisfactions de la partie.

Jerome et Diakite n’ont pas été excellents, loin de là, mais la création du premier et l’énergie au rebond du second (8 rebonds pour Mamadi en 15 minutes) leur ont permis d’être utiles malgré un manque de qualité au tir.

Tre Mann et Aaron Wiggins ont eux été efficaces au scoring et leur prestation a notamment permis au Thunder de recoller dans la fin de premier, début de second quart-temps. Wiggins a d’ailleurs beaucoup joué dans le dernier quart-temps suite à l’exclusion (injustifiée) de Dort pour apporter défensivement et son agressivité au cercle a fait du bien. De son côté, Mann n’a joué que 9 minutes pour 6 points à 2/2 de loin, et ses 4 fautes en 1ère mi-temps peuvent expliquer en partie son faible temps de jeu. Cependant, lui donner seulement 2 minutes en seconde mi-temps lorsqu’OKC est en panne d’inspiration en attaque est une erreur de Daigneault selon moi et j’espère le voir plus sur le terrain prochainement.

Pour finir, comment ne pas parler du 6ème homme de cette équipe, Kenrich Williams. Les 24 minutes de Kenny Hustle ont été primordiales et son impact des deux côtés du terrain est précieux. 12 points, 4 rebonds et 2 passes à 5/8 dont 2/4 de loin, l’homme au mulet était partout, dans tous les bons coups et son +/- de +16 symbolise bien le changement positif d’état d’esprit qu’il apporte à cette équipe via son énergie et sa pertinence dans les choix.

L’arbitrage catastrophique

On peut finir sur la prestation des arbitres qui a été affreuse, n’ayons pas peur des mots. Le match n’était déjà pas fameux dans le jeu, le corps arbitral nous a fait vivre une trèèèèèèssss longue fin de match devant nos écrans. 48 fautes sifflées durant la rencontre, des reviews à chaque coup de sifflet dans le dernier quart, des choix douteux à l’image de l’exclusion de Dort, les hommes en gris ont joué au shérif cette nuit alors que ce n’était pas nécessaire. Leurs décisions n’ont pas eu d’impact réel au score, mais c’est juste un ras le bol envers certains arbitres qui veulent être les stars du match qui me pousse à faire ce paragraphe.

En bref

Highlights

Box-score

C’est donc un bilan de 0-4 sur ce road trip d’OKC avec cette nouvelle défaite sur le parquet des Cavaliers. Après le revers de la semaine dernière, le Thunder n’a pas réussi à prendre sa revanche dans une rencontre assez décevante de la part des deux équipes. On est en droit d’attendre mieux de cette équipe d’OKC lors du retour à la maison même si l’affrontement face aux Bulls ce mardi à 2h sera loin d’être évident.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s