Thunder 96 – 118 Spurs – Match #44

Déplacement dans le Texas pour le Thunder pour affronter les Spurs de San Antonio. Après une victoire à domicile en début de saison, OKC a pour but de faire la passe de deux face à un adversaire direct au classement de l’Ouest. Les locaux restent sur une défaite face aux Suns, tandis que le Thunder vient d’essuyer 2 défaites dans le clutch face à des équipes playoffables (Cavs et Mavs).

Coach Daigneault doit composer avec les absences de Favors (lombaires) & Williams (protocole Covid), ainsi que de celles de joueurs envoyés en G-League (Maledon, Poku, Roby) et se décide à remettre Bazley en sortie de banc en alignant un 5 de départ Giddey – SGA – Dort – Wiggins – JRE. En face, Pop peut compter sur tout son effectif hormis Primo et Collins (bientôt de retour sur les parquets) et met en place une composition Murray – White – Keldon Johnson – McDermott – Poeltl.

Fil du match

Le match commence avec un panier de Poeltl près du cercle sur un service de White, mais Wiggins répond sur une passe de Giddey. Les deux équipes sont assez maladroites en ce début de partie, avec un 2-5 au bout de 3 minutes et 2 pertes de balle de chaque côté. Giddey est pas mal en vue dans cette entame en jouant beaucoup de ballons, ce qui éclipse Shai, mais Poeltl est déjà gênant au rebond offensif. Les Spurs arrosent de loin sans succès et le Thunder galère à mettre en place son attaque, avec notamment un Luguentz Dort très maladroit (1/7 au tir sur le quart-temps). San Antonio va par la suite mettre un 8-0 sur des paniers de Keldon, Poeltl et White pour punir l’apathie défensive d’OKC. Wiggins répondra en sortie de temps-mort sur une remise en jeu de Giddey, Dort va enfin mettre un panier, mais Murray commence à réciter son basket en tête de raquette. Le ballon circule mieux côté texan et on ne trouve aucune réponse face à cela, notamment dans notre raquette. En attaque, c’est toujours la galère et Lonnie Walker va salement contrer Bazley qui allait au cercle pour finir ce premier quart-temps, 22-32.

Pour débuter ce second quart-temps, Tre Mann se met en route via un tir de loin. Vassell lui répond mais Mann continue de scorer, 7 points pour lui en peu de temps.

Malheureusement, hormis l’ancien de Florida, personne d’autre n’est d’attaque côté Thunder, avec notamment une entrée catastrophique de Diakite qui fait 3 fautes en 6 minutes. Giddey est en galère au scoring mais apporte le peu de créativité proposé par OKC ce soir (4 passes à la mi-temps). En face, Vassell la joue comme Kawhi, avec de la bonne défense et un très propre 5/6 au tir qui nous font mal, tandis que Murray continue de réciter sa partition, 13 points et 7 passes pour lui. Giddey est bien trop seul pour porter toute l’attaque du Thunder qui sombre, cependant, l’agressivité vers de cercle de Wiggins à son retour sur le parquet fait du bien. Shai commence à se mettre en route, notamment à la passe, Moose apporte 2-3 bonnes choses, mais notre défense se fait maltraiter. Poeltl continue de dominer comme s’il était Rudy Gobert (7 rebonds et 4 contres), tandis que les shooteurs de San Antonio ont réglé la mire (5/10 de loin dans le quart-temps). SGA se met à jouer toutes les dernières possessions d’OKC mais ne rentre quasiment rien et on arrive à la pause avec déjà un écart de 18 points en faveur des Spurs (51-69).

JRE rate un lay-up puis Poeltl dunke en transition, la seconde mi-temps démarre déjà mal. Wiggins continue de faire son match en agressant la raquette des Spurs mais McDermott prend feu de loin. 4/5 de loin en 8 minutes dans cette seconde m-temps pour l’ancien des Pacers qui incendie les filets de l’AT&T Center, bien épaulé par Keldon Johnson et Jakob Poeltl. Dort met quelques tirs pour tenter de maintenir le Thunder à flot, Giddey se bat malgré sa maladresse, mais rien n’y fait, les Spurs sont bien meilleurs ce soir. Murray domine, Vassell est toujours aussi bon en sortie de banc et du côté d’OKC, SGA est complètement à côté de ses pompes en insistant dans la raquette bien protégée de San Antonio, qui a bien compris que Shai fonçait tête baissée vers le cercle sans apporter d’alternative. Diakite fait une entrée correcte dans l’impact physique, le seul qui arrive à fournir une opposition à Poeltl, mais Dejounte (ou Jamal, on ne sait plus) Murray met le couvercle sur la partie. 78-106 à 12 minutes du terme, Mann n’est même pas entré et la déception envers la performance de l’équipe, dont le coach et le franchise player, se fait ressentir.

On part donc sur un garbage time bien dégueulasse pour finir cette nuit de basket. Il est 4h30 du matin et l’envie de dormir se fait pressante, mais les actions de Jerome (que ce soit les ficelles ou les trous faits dans la planche) nous maintiennent éveillés un tant soit peu. Mann est entré, puis est ressorti par Daigneault sans aucune raison, Mark pourquoi ? Le basket proposé par les deux bancs est affreux, et après avoir vomi mon seum dans une bassine, j’ai décidé de rendre ce paragraphe utile malgré l’intérêt zéro au niveau basket. Le saviez-vous ? Oklahoma City est une ville de plus de 600 000 habitants fondée en 1889 et située à seulement 300km de Dallas. Son maire s’appelle David Holt et la ville est jumelée avec … Rio de Janeiro, rien que ça. Tiens, Bazley a scoré et on arrive à la fin de ce match abominable avec une « bonne » nouvelle : OKC a gagné le garbage time, 18-12, quelle purge de basket. On finit donc cette partie avec une lourde défaite 96-118 chez des Spurs bien meilleurs dans tous les domaines.

MVP

La performance d’OKC a été mauvaise ce soir mais nous avons trouvé un MVP à élire, oui oui. Mann a été bon en 1ère mi-temps mais trop peu utilisé par Daigneault tandis que Muscala a mis quelques tirs, comme d’habitude. Mais c’est Aaron Wiggins qui est sorti du lot pour pondre une performance intéressante malgré la débâcle collective. 19 points, 8 rebonds à 8/11 au tir, seul son 1/4 de loin peut faire grimacer, mais Wiggins a su se rendre utile. Son agressivité vers le cercle a fait du bien et il est un des seuls à avoir apporté de la constance dans sa prestation, des deux côtés du terrain.

Débrief

3ème défaite de rang pour le Thunder dans un non-match de la part des hommes de Mark Daigneault. OKC n’a pas existé et il n’y a quasiment rien à retirer de positif de cette performance clairement insuffisante.

Une attaque verrouillée

Offensivement, OKC est dans les moins bonnes équipes de la ligue et ce match n’a pas fait exception. Le Thunder a produit une mauvaise prestation offensive. En effet, les Spurs ont ciblé le problème numéro 1 : Shai Gilgeous-Alexander. Celui-ci a subi un traitement particulier de la part des joueurs de Pop qui lui ont constamment fermé l’accès au cercle, grâce à notamment une très bonne partie de Poeltl. Shai n’a trouvé aucune solution pour scorer autrement qu’en attaquant tête baissée et finit à seulement 13 points à 5/21, des stats rédhibitoires pour OKC tant l’équipe a besoin du scoring de son franchise player pour exister.

Au-delà du match raté de Shai, c’est aussi le problème d’adresse d’OKC qui a fait surface. Les Spurs le savaient bien et ont donc poussé OKC a devoir sanctionner de loin pour espérer remporter ce match. Le Thunder a shooté à 8/31 de loin, un 26% au tir du parking bien insuffisant pour produire offensivement.

Une défense à la rue

San Antonio a aussi mis 118 points dans un match où le Thunder n’a pas assez opposé de résistance. En premier lieu, il faut féliciter Dejounte Murray pour son match très complet. 23 points, 10 rebonds et 14 passes à 11/20 au tir, le meneur texan a été le meilleur joueur de la partie et a apporté toute sa panoplie pour faire tourner efficacement l’attaque de son équipe.

Mais autour de lui, tout le monde a pu contribuer face à l’apathie défensive des joueurs de Mark Daigneault. Que ce soit les shooteurs (15/40 à 3 points), via Vassell, Keldon et McDermott, ou à l’intérieur avec White, Poeltl et Eubanks, San Antonio a sanctionné OKC de toutes les manières possibles pour se rendre la vie facile. Les Spurs ont shooté à 49% au tir et n’ont perdu que 9 ballons, signe d’une attaque propre et bien huilée.

Jakob Poeltl

Je trouve important de faire un point sur celui qui aura été le problème numéro 1 d’OKC par sa présence : Jakob Poeltl. Même si Dejounte Murray a bien été le meilleur joueur de la partie, Poeltl a focalisé toutes les difficultés du Thunder dans cette rencontre, de part le manque d’opposition fiable à lui mettre.

En attaque, l’autrichien a été très propre. 13 points à 6/9, 3 rebonds offensifs, il a dominé physiquement face à une équipe d’OKC en manque de joueurs intérieurs d’envergure, surtout en l’absence de Favors. JRE s’est fait malmener physiquement et seul un court passage de Diakite dans le 3ème quart a été intéressant, même si le match était déjà quasiment fini à ce moment-là.

Mais Poeltl a surtout été la base défensive des Spurs sur cette partie. En somme, face à un Thunder en délicatesse de loin, sa protection de cercle (4 contres) a empêché Shai et les autres d’être productifs comme dit précédemment. Des deux côtés du terrain, Poeltl a été fondamental dans la victoire sans accroc des Spurs sur leur parquet.

Le coaching de Daigneault

Pour finir, on peut aussi taper sur Mark Daigneault, dont les choix n’ont pas été les plus judicieux. Alors certes, le problème Poeltl était difficile à régler avec les forces en présence et je ne vais pas le lui imputer plus qu’aux joueurs. Cependant, certains choix de rotation sont discutables.

Pourquoi Dort a joué quasiment tout le premier quart-temps alors que son entame de match était catastrophique (1/7 au tir) ? Pourquoi 18 minutes de Diakite pourtant pas dingue globalement ? Pourquoi Shai a eu autant de munitions dans un aussi mauvais match de sa part ? Et surtout, pourquoi Tre Mann, un des meilleurs joueurs en première mi-temps, n’a pas joué du 3ème quart-temps et ne se retrouve qu’à 15 minutes au final, en comptant le garbage time ? Autant de choix douteux de la part du coach d’OKC qui a aussi sa part de responsabilités dans la débâcle du Thunder en terres texanes.

En bref

Highlights

Box-score

30ème défaite de la saison pour un OKC assez pauvre, qui n’a pas existé sur le parquet des Spurs. Une prestation décevante, qui n’est pas dans la continuité des matchs récents, plutôt intéressants et serrés. On espère retrouver ce Thunder accrocheur dès la prochaine rencontre, samedi à 1h face aux Hornets.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s