Thunder 97 – 115 Suns – Match #34

Nouveau match au sommet pour le Thunder ! Pas du tout au sommet de la ligue mais bien au sommet des contaminations au covid-19. Si les deux équipes sont touchées par le virus, c’est bien OKC qui compte le plus d’absents dans ses rangs. SGA s’est rajouté à la liste des malades au buzzer alors on a bien peur de ce qui va se passer cette nuit.

Concernant les 5 majeurs, Mark Daigneault devra faire sans Gilgeous-Alexander, Giddey, Mann, Krejci, Bazley, Pokusevski, Robinson-Earl, rien que ça. Par conséquent, on démarre avec un 5 qui restera dans l’histoire de la NBA à tout jamais. Il est composé de Jerome – Dort – Wiggins – Watson Jr – Roby. Le coach adverse a dû, lui aussi, faire quelques ajustements en raison des absences d’Ayton et de Crowder notamment. McGee et Johnson les remplacent respectivement dans le 5 majeur. Paul, Booker et Bridges complètent le 5 de Monty Williams.

Fil du match

Le Thunder démarre très bien sa rencontre en jouant intelligemment. Il profite de la présence de Roby qui permet d’écarter le jeu. Si le pivot titulaire du soir n’est pas un shooter élite, McGee est tout de même obligé de sortir un minimum sur lui. L’accès au cercle est donc libéré. Ty Jerome et compagnie en profitent pour aller y faire un tour avec une vraie efficacité. Malheureusement, OKC souffre de l’autre côté du parquet. CP3 initie toutes les attaques et créé des décalages à chaque action. Les joueurs de Phoenix scorent facilement à tour de rôle. Pas de problème non plus lors de la sortie de l’ancien meneur d’Oklahoma City. L’arrivée des remplaçants est bien mieux gérée côté Suns qui en profitent pour prendre une avance de 10 points à la fin du 1er QT. 23-33 Suns.

Cet écart sera vite réduit dans le 2ème QT. L’incapacité des Suns – avec McGee en tête de liste – à protéger l’accès au cercle permet à Wiggins, Maledon, Muscala ou encore Watson Jr de scorer proche du panier. Heureusement, car hormis un 3 points de Watson puis de Muscala, le Thunder ne fait pas preuve d’une bonne adresse extérieure. Seulement, si le Thunder a passé la vitesse supérieure en attaque, c’est aussi le cas de Devin Booker. Avec 23 points en une mi-temps, il permet à son équipe d’avoir 8 points d’avance à la pause. Juste avant cela, on a tout de même eu droit à un joli reverse dunk de Wiggins en contre-attaque. 52-60 Suns.

La deuxième mi-temps démarre sur les mêmes bases que la 1ère. McGee est en grande difficulté en défense. Dort, Jerome et Wiggins en profitent et provoquent même des fautes en plus de scorer. En revanche, certaines choses ne changent jamais. Roby fait du Roby avec deux fautes inutiles en cinq secondes sur McGee. Le pivot du Thunder arrive donc à sa cinquième faute et retourne sur le banc. Ce n’est pas grave puisqu’en dehors de ça tout va bien pour OKC, en atteste ce nouveau dunk de Wiggins. Prendre l’avantage face à l’une des meilleures équipes de la ligue ça ne se fait pas n’importe comment selon Aaron Wiggins. C’est un poster sinon rien.

Jusqu’à la fin du QT, le Thunder arrive à rester au contact des Suns mais finira quatre points derrière. Un buzzer aussi magnifique que peu académique de McGee offre cet avantage à Phoenix. 81-85 Suns.

Dans ce dernier QT, le Thunder est toujours légèrement dominé. Si Jerome, Roby et le plus en plus surprenant Aaron Wiggins parviennent à retrouver un peu d’adresse extérieure, ce n’est pas suffisant pour revenir au score. Puis ce qui devait arriver arriva. Roby fit sa sixème faute en milieu de QT qui forcera l’entrée de Muscala. Cependant, ça n’aidera pas vraiment le Thunder. La plus jeune équipe de la ligue est pressée de revenir et force le jeu, notamment à trois points. Les Suns n’hésitent pas à en profiter pour punir via Devin Booker ou encore Cameron Payne et plier le match. L’écart montera jusqu’à +18 en fin de rencontre. Ce dernier QT est malheureusement raté par le Thunder et gâchera un match plutôt abouti dans l’ensemble malgré toutes les absences. Fin du match : 97-115 Suns.

MVP

Une nouvelle fois, le MVP de la soirée n’a pas été facile à élire. On aurait pu imaginer que ce soit le cas avant le match tant on s’attendait à un blow out. On n’envisageait aucune bonne perf des joueurs du Thunder en raison des absences. Finalement, ce ne fut pas le cas. Ty Jerome a été très bon avec 24 points, 8 rebonds et 3 interceptions qui sont tout simplement trois records en carrière pour lui. Viennent s’ajouter 5 passes décisives à sa ligne statistique. Malheureusement, une adresse défaillante dans les moments importants l’empêche en partie d’être notre MVP du soir.

Mais c’est surtout l’excellent match d’Aaron Wiggins qui permet à ce dernier d’être notre MVP. Avec 22 points, 8 rebonds, 1 passe décisive, 2 interceptions et un plus que correct 10/19 au tir, Wiggins continue sur sa lancée de matchs tous meilleurs les uns que les autres. Au-delà de la feuille de stats, le 55ème choix de la dernière draft a encore une fois mit une énergie incroyable des deux côtés du terrain. Son contre sur le dunk de Shamet ou ses deux magnifiques dunks en sont de parfaits exemple. Sans cesse, Wiggins a montré une réelle envie d’attaquer le cercle avec agressivité tout en jouant juste, sans jamais forcer. Son adresse extérieure (1/5) est la seule chose que l’on peut lui reprocher mais celle-ci est à l’image du reste de l’équipe. Il a au moins le mérite de ne pas en avoir abusé.

Débrief

Maladresse, absences et un dernier QT raté ont empêché le Thunder de faire mieux qu’une assez large défaite face aux Suns. L’écart est plutôt grand mais le contenu y était en cette nuit de B2B face aux vice-champions NBA.

Des absences mieux gérées que celle des Suns

Même si les Suns ont remporté et indéniablement dominé la rencontre, ils ont été très gênés par les absences d’Ayton et de Crowder en particulier. Habituellement, CP3 se régale à servir Ayton dans la raquette dès qu’il en a l’occasion pour profiter de la domination physique et technique de son intérieur. Crowder est toujours là pour mettre quelques trois points lorsqu’il se fait oublier et apporte un impact défensif considérable. Or, aucun des deux n’a su être remplacé efficacement dans leur rôle. Si McGee et Johnson ont su apporter avec des qualités différentes, on a senti les Suns assez perturbé de ne pas pouvoir compter sur leurs deux titulaires habituels.

Côté Thunder, c’est plutôt l’inverse qui s’est produit, comme souvent sans SGA. Evidemment, avec autant d’absences, OKC a été moins performant qu’au complet. Cependant, les joueurs ont su jouer totalement relâché. Le jeu offensif était bien moins prévisible que lors des autres matchs de la saison. L’excellente et inhabituelle performance de Jerome dans un registre autre que shooter longue distance explique en partie cela. Vient s’ajouter à cela un Wiggins qui montre pleinement son potentiel et un Watson méconnu des autres équipes et on obtient une team imprévisible. Phoenix a eu des difficultés à s’adapter à tout ce mélange même si l’énorme différence de niveau intrinsèque leur a permit de l’emporter.

L’adresse extérieure toujours responsable

On l’écrivait dans le fil du match, les joueurs du Thunder ont très souvent eu la volonté d’attaquer le cercle et de profiter de la mauvaise défense de McGee pour scorer facilement. D’ailleurs, ils ont plutôt bien réussi dans ce registre. Cependant, comme souvent (pour ne pas dire comme toujours) , l’adresse extérieure a été lamentable. Le Thunder a shooté a 20% de loin soit un affreux 7/35. Seuls Muscala et Roby ont eu un peu de réussite mais on parle plus de qualité que de quantité avec un 4/7 à eux deux. Concernant tout le reste de l’équipe, on obtient un 3/28 assez handicapant en vue d’une victoire face à une si grosse équipe. D’autant plus quand celle-ci a un joueur capable de mettre 38 points sans aucune difficulté avec Lu Dort en défense sur lui.

Un dernier QT qui en gâche trois autres

L’adresse extérieure est loin d’être la seule responsable de la défaite du Thunder. Preuve en est le score de 81-85 à l’aube du dernier QT. Pendant toute la rencontre, les joueurs d’Oklahoma City ont manqué d’adresse et ça ne les a pas empêché d’être au contact de la franchise de l’Arizona. En revanche, c’est plutôt l’excès de tentatives de loin dans le dernier acte et la précipitation qui a mis en défaut les joueurs en tunique orange. Impatient, les jeunes du Thunder ont voulu trop bien faire trop vite pour revenir au contact des Suns. Face à une équipe si disciplinée et expérimentée, c’est la pire des choses à faire. Après avoir regardé Ty Jerome et ses coéquipiers échouer de loin ou forcer des drives et des tirs compliqués, Devin Booker, entre autres, n’avait plus qu’a appuyer là où ça fait mal. Avec une bonne exécution, du jeu rapide et de l’adresse, les Suns ont plié le match en à peine quelques minutes face à un Thunder qui s’écroulait de plus en plus à chaque panier encaissé. La mauvaise nouvelle est donc que ce match a été gâché par la précipitation voire un manque d’envie de se battre. Mais il existe aussi une bonne nouvelle. Avec la présence de Shai, on voit rarement l’équipe s’effriter et lâcher aussi facilement. Preuve que le franchise player d’OKC est un véritable leader et pas juste un bon joueur de basket-ball.

En bref

Highlights

Ce premier back-to-back covidé de la saison d’OKC est terminé. Evidemment, avec deux défaites, tout n’aura pas été facile. L’équipe aura tout de même eu le mérite de ne pas prendre de raclée. A présent, on espère que les retours se feront le plus rapidement possible. En attendant, on se retrouve l’année prochaine pour le match face aux Knicks ! Rendez-vous samedi à 2 heures.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s