Pelicans 112 – 117 Thunder – Match #32

Déjà le troisième affrontement entre Thunder et Pelicans cette saison (1-1), cette fois au Paycom Center. OKC, dont la série de 3 victoires consécutives fût stoppée à Phoenix vendredi, aura à cœur de prendre sa revanche après avoir perdu il y a 11 jours sur un buzzer beater improbable de Devonte’ Graham. En face, NOLA est en forme et voudra enchaîner une 5ème victoire de suite pour continuer sa remontada dans la course au play-in.

Du côté d’OKC, Darius Bazley et Tre Mann entrent dans le fameux « Health and Safety protocol » et sont les absents de la soirée. Mark Daigneault reconduit le 5 majeur small-ball composé de Giddey – SGA – Dort – Wiggins – JRE. Côté Pelicans, aux habituels Zion, Lewis, Louzada, on ajoute les absences de Alexander-Walker, Marshall et surtout Valanciunas. Willie Green doit aligner un starting five en conséquence avec Graham – Hart – Ingram – Jones – Hernangomez.

Fil du match

Dès le début de match, OKC met une grosse intensité, à l’image de la bonne défense de Dort sur Ingram, puis du drive de Wiggins pour ouvrir le compteur. Le plan de jeu du Thunder est clair : on harcèle les deux meilleurs attaquants adverses (Dort sur Ingram, Wiggins sur Graham) pour les forcer à nous sanctionner avec Hernangomez ou Hart, et on met du rythme en attaque. Cette tactique s’avère totalement payante, puisqu’OKC régale du parking avec Dort, JRE et Wiggins, tandis que l’intensité mise en défense fait perdre bon nombre de ballons aux joueurs de New Orleans. Green prend un temps-mort tandis que le Thunder mène déjà 15-3, le début de match est parfait. De retour sur le terrain, le Thunder remet ça, avec un Luguentz Dort qui fait vivre un véritable enfer à Brandon Ingram tandis que Wiggins continue son bon début de match (7 points à 3/3) en étant trouvé par Giddey sur un cut. Devonte’ Graham stoppe le run de 15-0 d’OKC via un tir à 3 points, mais SGA contre Hernangomez sous le cercle, puis Dort gratte encore un ballon pour aller finir en transition. Giddey régale ses potes en attaque (4 passes), JRE fait un début de match impeccable (7 points et 6 rebonds) et Shai ne force rien (6 points). Mais le MVP de ce premier quart-temps est de loin Luguentz Dort.

Ingram ne peut rien faire face à la défense suffocante qu’il propose (0/3 au tir). Des contestations de tirs jusqu’à provoquer des air-balls, une lecture parfaite des lignes de passe, Dort est au sommet de son art défensivement, en témoignent ses 4 interceptions dans le quart-temps. En face, Hart, puis le duo Temple – Hayes tentent de limiter la casse, on laisse quelques rebonds offensifs de trop au duo Murphy – Hayes, mais les bonnes entrées de Kenrich Williams et Théo Maledon (qui remplace dans la rotation Tre Mann ce soir) permettent à OKC de garder une bonne avance. Sur un tear drop réussi de Ty Jerome, le Thunder repart de ces 12 premières minutes avec un avantage significatif de 14 points (32-18), grâce à une défense impeccable (NOLA est à 7/24) qui entraîne une attaque en réussite.

Le début du second quart-temps commence bien pour le Thunder avec Maledon, Kenny et Jerome qui donnent le ton en attaque. En face, la réponse vient de Josh Hart, solide depuis le début de la partie, mais Maledon continue son bon passage en sortie de banc, malgré quelques difficultés en défense (8 points à 2/3 de loin mais 2 fautes). En plus, on apprend qu’Ingram ne reviendra pas en jeu suite aux séquelles de la Dorture chamber (sérieusement, une douleur au tendon d’achille qui pousse les Pels à ne prendre aucun risque). Malheureusement, la cuite d’anniversaire de Poku et la montée en puissance de Temple permettent à NOLA d’effectuer un rapproché au score. Run de 10-0 sur un tir de loin d’Herbert Jones, le Thunder n’a plus que 5 points d’avance et n’arrive plus à scorer, mais Wiggins revient sur le terrain pour apporter son hustle et quelques points sur des cuts. Le rookie de Maryland et Shai – via de la provocation de lancers – sont précieux pour réenclencher la machine OKC qui se remet à mieux attaquer. Moose plante de loin, puis un euro-step de Dort en transition après un contre de SGA redonnent de l’air au Thunder. 57-49 à la mi-temps, OKC a faibli des deux côtés du terrain mais garde encore un avantage sur son adversaire du soir.

De retour des vestiaires, le Thunder peut directement compter sur un Wiggins agressif et un SGA solide à la finition. Mais c’est NOLA qui frappe en premier avec un 8-0 initié, encore une fois, par Hart (11 points à 4/4). L’arrière des Pels sort une grosse performance pour pallier l’absence d’Ingram pour le reste de la rencontre, mais OKC maintient l’écart collectivement. Euro-step de Dort, Giddey pour servir JRE, puis Wiggins, le Thunder a beau mal défendre depuis le second quart-temps, l’avantage est conservé grâce à une belle efficacité offensive. SGA régale en attaque, tandis que Maledon continue de se montrer en apportant sa pierre à l’édifice. Cependant, l’écart ne se creuse pas, la faute à un manque d’intensité mis en défense. On ne voit pas du beau basket, avec deux équipes qui se contentent de courir et tirer, sans resserrer le jeu et défendre convenablement, ce qui avantagerait pourtant OKC avec un joueur du calibre de SGA sur demi-terrain. Jaxson Hayes nous sanctionne donc dans la raquette (8 points) tandis que Shai nous maintient devant avec son talent individuel. 13 points à 5/9 et 3 passes, on peut remercier le canadien pour nous permettre de mener 89-81 à l’entame du dernier quart-temps.

Giddey mène donc les joueurs de banc pour entamer la dernière période de cette partie et l’australien est dans la continuité de son match : très bon à la distribution mais en galère au scoring. Toujours pas de points pour lui et hormis Kenny Hustle, personne ne peut empêcher NOLA de revenir au contact. 3 points de Graham, dunk d’Hernangomez, les Pelicans prennent l’avantage et ont complété leur come-back qui paraissait quasiment impossible en voyant l’entame de match. On craint que le Thunder ait gâché une belle occasion, mais c’est sans compter sur la résilience de cette équipe (et du retour de certains titulaires sur le terrain). Kenny de loin, puis Lu Dort et Wiggins sur la ligne redonnent à OKC l’avantage au tableau d’affichage. En face, Jones, Hart et Temple tentent de limiter les dégâts mais OKC se remet à bien jouer. Robinson-Earl derrière l’arc, SGA sur un step-back à 3 points puis JRE encore lui qui défend tous les postes (super match de l’ancien de Villanova d’ailleurs), le Thunder a repris la main et un shoot de loin d’Aaron Wiggins redonne 8 points d’avance aux locaux. Hart continue encore et encore de maintenir son équipe dans le coup (29 points et 10 rebonds au final) mais Giddey sert Wiggins en alley-oop. L’australien valide par la suite son double-double rebonds-passes, toujours sans avoir scoré et SGA sanctionne à mi-distance. Temple plante un and-one qui redonne du poil de la bête aux visiteurs mais à 5 points d’écart, OKC va assurer.

Une sortie de balle parfaite pour contrer la pression tout-terrain mise en place en face, Dort n’a plus qu’à dunker pour faire la différence (+7). NOLA ne lâchera toujours pas, Graham score de loin mais suite à un 1/2 sur la ligne de SGA, OKC s’impose 117-112, dans un match globalement dominé mais qui aurait pu être fini bien plus tôt.

MVP

SGA aurait pu être le MVP de la rencontre, tant son impact a été fondamental dans la victoire du Thunder. Mais il fallait forcément mettre en avant Aaron Wiggins pour cette distinction. Le two-way contract drafté l’été dernier en fin de second tour (55ème) a justifié sa titularisation avec un match impressionnant : 24 points et 6 rebonds à 8/10 au tir dont 2/4 de loin. Son 6/8 aux lancers illustre bien son agressivité vers le cercle tout au long de la partie, mais Wiggins n’a pas contribué uniquement via des drives. Il a été fondamental dans la belle performance offensive du Thunder via ses bons choix, sa propreté au tir (il est toujours à 100% à 2 points cette saison !) et sa clutchitude. Il a aussi été précieux défensivement grâce à son activité et nous a livré une prestation très complète qu’on espère récompensée très bientôt avec un contrat garanti.

Débrief

OKC remporte donc son second match en 3 confrontations face à NOLA, à la suite d’une belle performance mais d’un manque de promptitude pour finir le boulot.

Un énorme premier quart-temps

Sur le début de saison, on avait tendance à reprocher au Thunder de mettre du temps à rentrer dans ses matchs. C’est un problème qui est de mieux en mieux géré au fur et à mesure que la campagne 2021-22 avance, mais l’entame de match de cette nuit était quasi-parfaite.

En effet, tout le monde était dans le coup d’entrée et tout d’abord défensivement. 18 points encaissés, 7/24 dont 3/14 de loin pour les Pelicans, OKC a imposé une défense collective étouffante à ses adversaires du soir, sous la houlette d’un Luguentz Dort complètement possédé dans sa match-up face à Brandon Ingram. Si vous voulez voir ce qu’est de la défense élite, je vous conseille de regarder le premier quart-temps de Lu en replay, tant tout était bon de sa part, que ce soit pour contester les tirs (0/3 d’Ingram) ou pour couper les lignes de passes. SGA et JRE ont d’ailleurs fait un travail remarquable sur les switchs et les aides, tandis que Wiggins mettait une grosse intensité pour défendre Graham, qui n’a presque pas existé dans le début de match.

Ce qui découle de cette excellente défense est donc une attaque en forme. 32 points marqués qui venaient en majorité de bons choix en transition. Pas besoin de chercher des espaces sur demi-terrain quand vous pouvez prendre de vitesse la défense adverse grâce à une interception et OKC s’est régalé sur des cuts et du shoot (Wiggins, JRE notamment). 11/21 dont 4/10 de loin, ces stats symbolisent bien la réussite du Thunder de ce côté du terrain.

Une défense, surtout intérieure, qui s’est délitée

Cependant, par la suite, OKC s’est fait rejoindre malgré une attaque toujours productive (48% au tir dont 36% de loin). Cela est principalement dû à du relâchement en défense, qui a permis à des joueurs comme Hart ou Temple de s’exprimer (51 points à 19/34 en cumulé) pour faire recoller NOLA.

On pourrait cibler certains joueurs pour justifier ce manque de production défensive, mais le fait est que c’est collectivement que le Thunder s’est relâché. Plus de 30 points encaissés sur chacun des 3 derniers quart-temps de la partie face à pourtant une attaque des Pels privée de Valanciunas et Ingram, ce n’est pas dans les habitudes du Thunder de vouloir baser son succès sur de l’attaque à outrance, ce qui a permis aux visiteurs de conserver un espoir de prendre le match malgré un écart de niveau certain entre les deux équipes.

Ce manque d’implication s’est majoritairement matérialisé dans la protection du cercle. En effet, NOLA a shooté à un faible 24% de loin (10/41), en ayant pas mal de tirs contestés, tandis que les Hart, Temple, Hayes, Hernangomez ont sanctionné la passivité d’OKC en scorant près du cercle. L’absence de Bazley s’est faite ressentir, lui qui apporte de la dissuasion et une efficacité redoutable au contre depuis plusieurs rencontres maintenant.

Un apport mitigé du banc

Pour finir, on va parler de l’impact du supporting cast en sortie de banc. En effet, on a déjà assez parlé de Wiggins et SGA et les autres membres du 5 majeur ont apporté leur pierre à l’édifice de différentes manières (JRE très bon globalement, Giddey en difficulté au scoring mais bon dans la distribution, Dort maladroit au tir mais énorme en défense). Mais en l’absence de Bazley et Mann (Health and Safety protocol), on avait hâte de voir qui du banc allait donner de l’air au Thunder lorsque les titulaires allaient se reposer.

Du côté des déceptions, on a le malheureusement habituel Pokusevski. Un impact quasi-nul des deux côtés du terrain, le serbe n’arrive pas à se trouver un rôle dans la rotation actuellement. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’il n’est pas rentré de la seconde mi-temps. Favors a aussi été en difficulté, que ce soit en protection de cercle ou dans son utilité en attaque. Son +/- de -10 en 12 minutes reflète bien ses difficultés, surtout défensivement en étant constamment écarté du cercle. Enfin, Ty Jerome a été maladroit (2/8 dont 1/5 de loin) et peu impactant défensivement, même s’il a au moins participé à l’allant offensif d’OKC (3 passes).

Chez les satisfactions, on retrouve les deux classiques Muscala et Williams. En effet, Moose a comme d’habitude scoré en peu de minutes (5 points à 2/2 en 9 minutes) et été actif au rebond (4 prises), ainsi que pas trop mal en défense. Kenny Hustle est quant à lui toujours aussi complet et précieux dans son apport (10 points et 5 rebonds à 4/7 dont 2/3 de loin). Mais la bonne surprise vient du frenchie Theo Maledon. On a certes pas eu de réelle alternative à l’absence de Bazley (d’où le point précédent sur la défense intérieure), mais celle de Mann a été plutôt bien palliée par la performance de Theo. 12 points à 3/5 dont 2/3 de loin, il a un peu galéré en défense mais a contribué au scoring d’OKC en ayant un temps de jeu important et mérité (20 minutes). Les plus chauvins auront déjà entonné la Marseillaise, on se contentera de notre côté de l’encourager à faire de même pour retrouver une place plus régulière dans la rotation, lui qui aura encore la possibilité de s’exprimer sur les prochains matchs avec l’absence de Tre Mann.

En bref

Highlights

Box-score

C’est donc une 4ème victoire en 5 rencontres pour OKC qui joue décidément bien en ce moment. On a assisté à une prestation offensive aboutie dans un match qui aurait pu être gagné bien plus tôt, mais dans lequel un rookie du second tour est sorti du lot, comme quoi la formation à OKC se porte bien. On espère que Daigneault et son staff n’auront pas trop de protocoles Covid à gérer et on se retrouve mercredi à 4h du matin dans un déplacement en Californie pour affronter les Sacramento Kings.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s