Pelicans 113 – 110 Thunder – Match #27

Suite de la série de matchs à domicile pour le Thunder avec la réception au Paycom Center de Pelicans revanchards après la dernière confrontation. Cette rencontre est un Tankico pour certains, nous sommes entre gens civilisés et allons plutôt désigner ce match comme un duel de bas de tableau entre deux équipes de niveaux similaires.

Côté OKC, hormis Vit Krejci qui est en G-League, on note l’absence préjudiciable de Luguentz Dort, qui est remplacé par le rookie Aaron Wiggins dans le starting five, aux côtés du trio classique Giddey – SGA – Bazley auquel on ajoute Derrick Favors. Le pivot vétéran, plus costaud pour défendre Valanciunas, est préféré pour commencer à un JRE moins à son avantage ces derniers temps. Côté visiteurs, Kira Lewis est gravement blessé (fin de saison), Didi Louzada purge sa suspension pour dopage et Zion Williamson cherche toujours à faire fonctionner son corps tout bizarre, ce qui pousse Willie Green à aligner un 5 majeur Graham – Hart – Ingram – Jones – Valanciunas.

Fil du match

Début de match sous le signe de la défense avec des Pelicans qui poussent Shai à envoyer une brique à 3 points en fin de possession mais Wiggins répond en verrouillant l’accès au cercle à Ingram. Le premier panier vient aussi de Wiggins qui cut au cercle, bien servi par Favors et OKC fait preuve d’une belle combativité en récupérant tous les seconds ballons. Malheureusement, Giddey se fait bouger physiquement et la défense de NOLA est solide. Temps-mort Daigneault, le Thunder est mené 6-10 en subissant l’efficacité adverse en transition. De retour sur le parquet, Giddey score à mi-distance puis Shai plante à 3 points : le ballon circule. Aaron Wiggins, décidemment très bon dans cette entame de partie, va même aller chercher un put-back dunk qui fait plaisir aux supporters du Paycom Center. OKC va bien mieux en attaque, Shai rentre un up-and-under délicieux, mais Favors se fait manger par Valanciunas dans la raquette, le lituanien ayant déjà pris 6 rebonds et contenant l’ex-pivot du Jazz à un pauvre 1/5 au tir, malgré de bons spots en tête de raquette comme il aime. Par la suite, JRE remplace le soldat Derrick, Bazley nous fait part de sa schizophrénie basketballistique en enchainant un super cross et une énorme brique à 3 points et Ingram se met doucement en route. En réponse, SGA continue son bon début de rencontre en figeant tout le monde sur un démarrage pour finir tranquillement au cercle. Temps-mort Green, OKC mène 20-18 grâce à son franchise player qui est bien performant. Mais le highlight du quart-temps est sûrement l’entrée de Tre Mann à la place de Wiggins. Interception et hustle défensif, bons choix en attaque pour libérer Kenrich Williams à 3 points, puis un poster énorme sur Temple, le rookie fait le show !

Tre enchaîne avec un 3 points au buzzer pour conclure sa superbe séquence de 2min30. Temple répondra avec un tir de loin et le quart-temps se finit avec un avantage de 4 points (28-24) pour le Thunder. OKC va de mieux en mieux en attaque, les rookies Wiggins et Mann sont bons et SGA est déjà bien en rythme avec 10 points à 4/8.

On débute le second quart-temps sans Giddey et SGA à la création et avec un 5 Jerome – Mann – Williams – JRE – Muscala. Cela se fait ressentir dans l’organisation offensive avec 2 pertes de balle bêtes qui donnent des points faciles en transition pour NOLA, mais eux aussi gaspillent quelques cartouches, à l’image d’une interception facile pour Kenny Hustle. Graham score à 3 points mais Kenny répond de loin sur un bon service de Mann. Jerome va ensuite se muer en pot de colle sur Graham pour le contrer et Mann plante un floater ; temps-mort Pels. Tre et Kenny sont chauds ce soir et font tourner cette attaque moins en rythme d’OKC pour garder 5 points d’avance. Par ailleurs, et ce malgré un gros dunk d’Ingram, le Thunder ferme bien mieux le rebond avec cette raquette Robinson-Earl – Muscala (7 rebonds à eux deux), ce qui pose des problèmes à Valanciunas, moins à son avantage. En attaque, OKC peut compter sur un bon Ty Jerome, un Muscala qui rentre ses tirs et un Kenrich Williams bouillant et juste (8 points, 2 rebonds, 2 passes à 3/4 dont 2/2 de loin). Sur un panier à mi-distance de Moose, Green reprend un temps-mort et le Thunder mène 49-37 en déroulant des deux côtés du terrain dans cette bataille des bancs. Daigneault remet son 5 titulaire et les choses se passent moins bien, malgré une belle iso de Giddey sur Valanciunas. Jonas se sent beaucoup mieux au rebond depuis la sortie de JRE – Muscala et reprend son opération destruction sur Favors, l’attaque d’OKC trouve moins de tirs ouverts et Brandon Ingram porte à bout de bras son équipe à coups de gros shoots. Mi-temps avec « seulement » 6 points d’avance pour OKC (51-45), la faute à un Ingram qui à scoré 10 points dans le second quart-temps.

Le 5 majeur est de retour pour débuter la seconde mi-temps et les Pels cherchent tout de suite Valanciunas au poste pour chercher des lancers. NOLA va globalement agresser la raquette d’OKC et ça marche pour eux car le Thunder est indiscipliné et commet beaucoup de fautes. Vu que de l’autre côté nos tirs ne rentrent pas, New Orleans reprend le lead 51-55 et Daigneault doit prendre temps-mort car les Pelicans sont sur un run de 10-0. Giddey va ensuite débloquer le compteur des locaux via un floater, Graham répond à 3 points mais Giddey fait du bien en remettant un floater ligne de fond. SGA s’y met lui aussi en scorant en tête de raquette mais un and-one d’Ingram permet à NOLA de garder son avance. Notre raquette est fournisseur officiel de lancers francs, avec déjà 9 lancers provoqués et le bonus pour les Pelicans en à peine 6 minutes de jeu. Cependant, tout n’est pas à jeter dans notre défense car les tirs ne rentrent pas des deux côtés et lorsque SGA et Giddey continue d’alimenter notre box-score (20 points à 8/18 en cumulé) malgré un gros manque de mouvement de balle, OKC reste au contact. 65-69 sur un tir du parking d’Alexander-Walker, temps-mort Daigneault et les joueurs de banc comme Kenny Hustle, Mann ou JRE vont directement apporter. Le rebond est mieux verrouillé, Shai continue d’apprendre le basket aux défenseurs adverses, mais surtout Tre Mann (encore lui tiens) va aspirer l’âme de Satoransky pour enflammer le Paycom Center.

Pendant que le guard tchèque tente de retrouver son chemin, SGA va dunker au cercle ; OKC égalise 71-71. La défense est en place, fait moins de fautes et le ballon circule mieux en attaque, à l’image d’un panier de Giddey trouvé seul sous le cercle. Sur la dernière possession, Kenrich Williams envoie un tir casse-croûte à 3 points mais Maledon (entré il y a 30 secondes) récupère le rebond, puis Kenny re-déclenche dans le corner : cette fois c’est ficelle. Il reste donc 12 minutes dans cette rencontre et le Thunder mène 78-75 malgré beaucoup de lancers provoqués par les adversaires (26 contre 5).

Dernier quart-temps de cette partie serrée et Valanciunas se régale dans notre raquette. Le tall-ball JRE-Moose ne fonctionne plus et le lituanien nous massacre à l’intérieur (7 points et 6 rebonds). Malgré un tir du parking de Moose, OKC débute mal et le temps-mort est rapidement pris par Daigneault : 81-85, on manque de création offensive lorsque Giddey et Shai sont sur le banc et la leçon de Jonas continue. De retour sur le terrain, Moose va chercher par 2 fois un 3/3 sur la ligne, ce qui nous remet bien malgré un 3 points de Graham. Moose y va même de son put-back et Valanciunas fait un écran mobile sur Kenrich Williams, le Thunder est devant (89-88). Giddey va scorer au cercle, Kenny se bat en défense mais se fait contrer en transition par Herbert Jones, le match est disputé mais les arbitres viennent un peu gâcher la fête avec des coups de sifflet toutes les 2 secondes. Mann est exclu pour une 6ème faute invisible (pourtant challengée par Daigneault), nos lancers obtenus sont aussi discutables et ce quart-temps dure une éternité. NAW score au cercle, puis SGA et Ingram prennent leurs responsabilités de franchise player en allant eux aussi chercher des points sur la ligne. Bazley se bat au rebond offensif et permet à Williams de scorer de loin, mais Ingram est très fort, avec soit du scoring, soit des bons décalages créés pour ses coéquipiers. OKC va reprendre un temps-mort sur un 3 points ouvert de Hart : 100-100. Le pick&roll Giddey – Bazley nous permet de marquer, mais Ingram score 6 points de suite, que ce soit en attaquant le cercle ou sur du move à mi-distance. A moins d’une minute de la fin, le match semble nous échapper avec un retard de 4 points (102-106), mais Shai plante un tir de loin avec la planche qui redonne espoir à OKC. Ingram répond encore (ça fait beaucoup là, non ?) à mi-distance, il en est à 10 points à 4/5 dans ce dernier quart-temps de haut niveau. SGA et Ingram vont par la suite faire 2/2 sur la ligne et à 4.5s de la fin, la remise en jeu est pour un Thunder à 3 points de retard (107-110). La fin de match est complètement folle.

Giddey la met à Shai qui envoie un tir casse-croûte qui rentre, puis Graham envoie un tir de Pluton pour climatiser le Paycom Center. 110-113, la fin de rencontre est WTF et ce sont les Pelicans qui repartent avec la victoire grâce à un très bon Brandon Ingram (34 points) et un Jonas Valanciunas dominant dans la raquette (19 points, 16 rebonds).

MVP

Malgré le gros dernier quart-temps de Muscala et les bons apports de Kenny Hustle et Tre Mann, le meilleur joueur de la rencontre est incontestable : Shai Gilgeous-Alexander. En l’absence de Dort, le canadien a pris ses responsabilités, avec une grosse prestation offensive, en témoigne ses 33 points à 10/25. Il a shooté efficacement de loin (4/8), a beaucoup provoqué (9/9 aux lancers) et a failli arracher la prolongation sur un tir venu d’ailleurs, à un Devonte’ Graham près. Son duel à distance avec Brandon Ingram a rythmé la partie et il confirme qu’il est bien un joueur de calibre All-Star dans cette ligue.

Débrief

Troisième défaite de rang pour OKC dans une rencontre disputée face à un adversaire de son niveau. Un scénario cruel pour le Thunder duquel plusieurs choses sont à retirer.

Giddey et SGA indispensables en attaque

Cette nuit, la prestation offensive d’OKC a été globalement bonne. Cependant, les moments durant lesquels Giddey & SGA étaient sur le banc ont fait mal de ce côté du terrain, pour des raisons diverses.

Pour commencer, Giddey apporte de la création pour les autres et du mouvement de balle. Il est le premier playmaker de cette équipe et recherche constamment le coéquipier ouvert ou le bon décalage pour servir ses gars dans les meilleures dispositions possibles. Ce soir, avec 7 passes et une seule perte de balle, il a fait sa part du boulot de ce côté du terrain (parce que la défense, bon) et la circulation de balle devenait beaucoup plus difficile dès lors qu’il sortait du terrain.

Pour ce qui est de Shai, sa simple présence attire les défenseurs à lui. Avec 33 points, il a constamment apporté le danger et son talent offensif permet à une attaque d’exister, que ce soit en mettant des gros tirs, mais aussi en libérant des espaces pour les autres. Lorsqu’il est sorti, OKC a manqué de ce talent pour continuer de produire offensivement.

Certains joueurs comme Kenrich Williams ou Tre Mann ont été bons lors des absences des 2 guards titulaires. Mais leurs productions respectives ne suffisent pas à compenser celles de Giddey et SGA et l’erreur de Daigneault a peut-être été de ne pas garder constamment un des deux sur le parquet pour faire tourner l’attaque.

Le tall-ball payant face à Valanciunas

Mark Daigneault a choisi de faire starter Favors au poste 5, un choix compréhensible au vu de son profil physique, plus adapté pour contrer l’apport de Valanciunas, et des difficultés récentes de Jeremiah Robinson-Earl. Cependant, l’ex-pivot du Jazz a souffert des 2 côtés du terrain (1/7 au tir et dominé au rebond) et le Thunder a dû trouver une alternative.

Celle-ci a été trouvée avec le duo JRE-Muscala qui jouait ensemble en sortie de banc. Leur taille et la science du rebond de JRE a permis de fermer l’accès au cercle aux drives et d’opposer un vrai combat à Valanciunas, beaucoup plus bousculé. Mais le spacing apporté, surtout par Muscala, permettait aussi au Thunder de faire sortir Valanciunas de la raquette en défense et de créer un accès au cercle plus facile pour les autres joueurs.

Un manque de discipline

Les tirs sont rentrés des deux côtés, les trous d’air offensifs ont eu lieu durant les mêmes périodes des deux côtés et pourtant, NOLA a fait la différence. Certes, sans le shoot miraculeux de Graham, SGA envoie le match en prolongations, mais ce n’est pas la seule solution.

Les Pelicans ont surtout obtenus beaucoup plus de lancers (36 contre 19). Malgré une certaine maladresse sur la ligne (24/36), ils ont pû obtenir des points faciles qui ont notamment fait la différence en seconde mi-temps. C’est un point sur lequel travailler pour OKC pour ne pas permettre aux équipes adverses de rester dans le match sur des erreurs individuelles.

En bref

Highlights

Le Thunder aligne donc une troisième défaite consécutive malgré une bonne prestation, la faute à un nombre trop importants de lancers concédés et un Brandon Ingram en mode All-Star. On attend tout de même le retour de Dort, indispensable dans cette équipe, et on relativise en voyant la performance de Mann et les apports toujours bons et réguliers du duo de vétérans Kenny – Moose en sortie de banc. OKC aura à cœur de gagner dans la nuit de samedi à dimanche, en accueillant les Clippers au Paycom Center à 2h du matin heure française.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s