Preview de la saison

Retour en arrière…

22 victoires pour 50 défaites. Ce fut le bilan du Thunder la saison passée. Un piètre bilan, plus ou moins au niveau des attentes que les fans et journalistes avaient de la franchise. Pourtant, ce bilan ne reflète pas forcément le niveau qu’a eu l’équipe l’an dernier. En effet, la saison du Thunder a été totalement coupée en deux.

D’abord, nous avons pu voir un début de saison très réussi. SGA passait encore un cap et s’affirmait comme le leader de l’équipe en l’absence de Chris Paul. George Hill et Al Horford jouaient les vétérans parfaits. Luguentz Dort devenait plus qu’un défenseur élite en ajoutant à son jeu un bon shoot extérieur. Tandis que les plus jeunes arrivaient chacun à contribuer à leur manière. Cette belle alchimie amena la jeunesse du Thunder à 15 victoires et 21 défaites avant le show de mi-saison. De quoi croire à une place au play-in pour les plus optimistes, ou au contraire, de quoi faire enrager les fans qui espéraient un très bon choix de draft en fin de saison.

La seconde partie de saison soulagea ces derniers. George Hill et Hamidou Diallo, partis un petit peu plus tôt, ne pouvaient plus apporter à l’équipe. SGA, s’étant blessé à la voûte plantaire, n’a pas joué la fin de saison. Horford a été mis au repos afin de laisser de la place à Moses Brown et à Tony Bradley (finalement tous deux partis lors de l’intersaison). Toutes ces absences ont empêché l’équipe d’être compétitive. Rajoutons à cela quelques matchs d’absences de Lu Dort et voilà que le Thunder est incapable de gagner des matchs. La seconde partie de saison se solde par un bilan de 7 victoires et 29 défaites. De quoi obtenir une magnifique 14ème place de la conférence Ouest, synonyme d’espoir en vue de la draft.

Malheureusement, ces espoirs n’auront pas duré longtemps… Avec près d’une chance sur deux d’obtenir le choix des Rockets en 5ème position et plus de 50% de chances d’avoir son propre pick dans le top 5, OKC repart finalement presque les mains vides avec un très décevant choix 6. C’est avec le sentiment d’avoir tanké pour rien ou presque que le Thunder ressort de cette loterie. Cependant, avec du recul, la draft passée et les matchs d’intersaison terminés, on se dit que la franchise de Clay Bennett s’en est plutôt bien sortie.

Les mouvements de l’intersaison

Départs : Al Horford, Moses Brown, Tony Bradley, Svi Mykhailiuk, Charlie Brown, Josh Hall, Jaylen Hoard

Arrivées : Derrick Favors, Josh Giddey (draft), Tre Mann (draft),  Jeremiah Robinson-Earl (draft), Aaron Wiggins (draft), Paul Watson Jr

Après avoir effectué l’été dernier un nombre de transactions record, Sam Presti est resté plutôt calme cette intersaison, s’appuyant surtout sur la draft pour apporter du sang neuf au roster.

Le plus gros dossier de l’intersaison était bien sûr Al Horford. Arrivé il y a un an à OKC, le pivot avait été laissé au repos toute la deuxième partie de saison, et on ne pouvait qu’imaginer un futur trade pour le vétéran. Cela était chose faite dès le début de l’été, puisque le dominicain a été envoyé dans l’une de ses anciennes franchises, Boston, avec Moses Brown et un futur second tour dans ses valises contre Kemba Walker et le pick 16 de la draft 2021. Echanger l’un des pires contrats de la ligue et quelques broutilles contre un premier tour, un échange plutôt satisfaisant pour Presti. Mais que faire de Kemba, qui a lui aussi un contrat bien toxique et qui bouche le poste de meneur ?

La réponse est survenue quelques semaines plus tard, avec un buy out. Walker voulait jouer à New York, le Thunder n’était peut-être pas spécialement pour le garder, et sa valeur lors d’un trade était très basse. Décision logique et inévitable, avec au moins en bénéfice le fait que Walker a abandonné pas mal d’argent sur son contrat.

On s’attendait ensuite à des mouvements importants à la draft, avec peut-être une montée dans le top 4 pour OKC. Que nenni. Le choix 6 est conservé, pour drafter le très jeune et atypique Josh Giddey, le 18 aussi, pour faire venir le fantasque Mann. Au grand malheur de certains, on parie sur des guards au Thunder, mais on parie surtout sur le talent et les skills.

Les seuls trades surviendront sur les autres choix. Le choix 16, récupéré via le trade d’Horford, est envoyé à Houston et deviendra Alperen Sengun. OKC récupère alors deux futurs premiers tours des Pistons et des Wizards. Enfin, Presti se permet un léger trade au second tour, puisqu’il envoie le 34 et le 36 contre le 32, afin d’obtenir probablement son chouchou et en tout cas celui des fans, le besogneux Jeremiah Robinson-Earl, qui vient enfin renforcer la raquette.

Avant de parler free agency et signature, on notera quand même que le front office a réussi à nous surprendre avec un dernier trade intéressant : OKC a envoyé un futur second tour contre Derrick Favors et le premier tour 2024 protégé du Jazz. Le Thunder prend donc en charge le contrat moyen de Favors pour récupérer un autre premier tour, et se renforce à l’intérieur avec un vétéran qui sera un bon mentor pour les jeunes.

Côté signature maintenant, comment ne pas se réjouir de la prolongation au maximum de Shai Gilgeous-Alexander ? Après une saison de niveau All-Star, le leader de la franchise a accepté l’offre de Presti, et, sauf trade, sera à OKC pour le long terme !

Autre surprise : le retour de Mike Muscala dans l’effectif ! On l’avait laissé en pleurs en conférence de presse, reconnaissant envers la franchise, pensant la fin être arrivée. Mais Moose a prolongé pour 2 ans et 7 millions et sera l’un des plus anciens de l’effectif à 30 ans.

Pour finir, on notera les non-resignatures de Tony Bradley et Svi Mykhailiuk, arrivés en cours d’année dernière et qui n’ont apparemment pas prouvé qu’ils pouvaient être des pièces importantes dans le futur. Même décision avec Jaylen Hoard, Charlie Brown Jr et Josh Hall, qui ne sont pas conservés.

Que penser de ces mouvements ? D’abord que Presti a continué de dégraisser son effectif, en se séparant un à un de tous les contrats toxiques qu’il avait pu récupérer. Ensuite, que le Thunder souhaite désormais commencer pleinement sa reconstruction avec une base un peu plus stable, en s’appuyant sur certains jeunes déjà présents (SGA, Dort, voire Poku, Maledon, Bazley…) et certains draftés cette année (Giddey, Mann…). Comme nous en parlerons dans la partie « Objectifs », même dans la reconstruction et le tanking, il est primordial de créer une base de travail.

On peut aussi constater que la politique de draft d’OKC a désormais complétement changé. On va maintenant largement favoriser le QI basket, les skills, la polyvalence plutôt que les qualités athlétiques pures. Un changement important mais nécessaire pour s’adapter au jeu moderne, et à l’envie de Daigneault de jouer un position-less basketball.

Enfin, quand on regarde ces mouvements, on ne sent pas forcément une envie extrême d’être compétitif pour le Thunder. Si SGA est déjà une star et qu’il y a certains joueurs de talent dans l’effectif, OKC n’a pas cherché à vraiment se renforcer cet été, et semble être clairement dans l’optique d’aller chercher un top pick à la prochaine draft. Si on ajoute à cela la possibilité de tanker comme l’année dernière, on peut s’attendre à voir certaines purges la saison prochaine.

L’effectif

Roster final

Le 5 majeur

Contrairement à l’année dernière, le 5 majeur de cette année pousse bien plus au débat, notamment sur un poste, celui de pivot.

Mais commençons d’abord par parler de nos cadres, ceux qui vont porter l’équipe, starter de manière certaine et avoir un temps de jeu conséquent. Bien entendu, Shai Gilgeous-Alexander fait partie de cette catégorie. Le récent détenteur d’un contrat max a prouvé l’année dernière. En effet, alors qu’on l’avait seulement vu évoluer en 2ème voir 3ème ball-handler, aux côtés de Chris Paul et Dennis Schröder, les attentes étaient très hautes pour le canadien. Une première option ?  Un vrai meneur ? On voulait que SGA prenne ses responsabilités et confirme son immense potentiel. C’est chose faite. Comme nous l’avons longuement expliqué, Shai a réalisé une saison monstrueuse, historique même sur certains aspects. S’il lui manque encore quelques énormes cartons, le guard a été d’une efficacité et d’une régularité redoutable au scoring, le tout en étant obligé, action après action, de se créer son propre tir. Les points négatifs ? Sa seulement moitié de saison, à cause d’une blessure à la voute plantaire qui l’a tenu longtemps éloigné des parquets, mais aussi, si on est tatillon, une création pour les autres encore perfectible (bien qu’il n’était pas aidé par ses coéquipiers…). Borderline All-Star l’année dernière, Shai a l’occasion de l’être cette année, et pourra en plus profiter de QI basket et de la création de Giddey à côté de lui pour pleinement assumer son rôle de scoreur.

Le 2ème cadre de l’équipe ? Luguentz Dort sans aucun doute. L’autre canadien de l’effectif continue d’impressionner et de montrer à quel point il était stupide de ne pas le drafter il y a deux ans. Avec Dort, on est désormais arrivés à un stade où on ne parle même plus de sa défense, tant elle est élite soirs après soirs. Lu se charge presque toujours du meilleur joueur adverse, et peut défendre de plus en plus de positions, ou types de joueurs. Avec un peu plus de reconnaissance des médias, il serait déjà dans une All Defensive Team. Mais la saison dernière, on attendait surtout le buffle en attaque, et notamment au tir. Malgré une réussite périodique, Dort a montré qu’il fallait le surveiller derrière l’arc, qu’il ne pouvait plus être laissé complétement seul. Sa prise de confiance et son gain d’adresse doivent se poursuivre cette année, avec en plus une régularité à trouver.

Il est maintenant temps de parler de notre rookie le plus intéressant (et de loin), Josh Giddey. Oui, l’australien est presque déjà un leader de l’effectif, puisqu’il va sans aucun doute starter et avoir un temps de jeu important pour un joueur de son âge. Mais il sera aussi un leader de par son rôle. En quelques matchs de pré-saison, on a déjà l’impression que Giddey peut gérer l’attaque tout seul, avec une maestria sur Pick&Roll et à la passe que l’on ne voit presque jamais chez un joueur de 19 ans. Si cet aspect du jeu de Giddey semble parfaitement se transposer en NBA, il faudra quand même qu’il prouve qu’il peut être un shooteur efficient, et que son physique d’ailier lui permet de tenir des postes 3 voir 4 défensivement. Auparavant décrié, ce choix du Thunder semble déjà satisfaire bien plus de fans… La hype est là, il faut maintenant la justifier pour notre nouveau chouchou.

Le poste 4 risque ensuite d’être occupé par un autre joueur de troisième année, Darius Bazley. Bazley, c’est une vraie énigme au sein de cet effectif. Enigme car on a du mal à situer le potentiel de Baze. Certains (de moins en moins) l’imaginent en ball-handler capable de tout faire sur le terrain, d’autres comme un joueur qui ne confirmera jamais offensivement, ou encore comme un joueur qui deviendra spécialiste de la défense ou un futur poste 5… Dans tous les cas, il a été une des grosses déceptions de l’année dernière. Il n’a réussi à s’exprimer dans le collectif offensif, a semblé sans confiance et sans rythme sur de nombreuses rencontres, avant de parfois signer de très belles performances, notamment en fin de saison. Cette saison ressemble grandement à une dernière chance pour Bazley.

Enfin, le poste 5, dont la rotation est très difficile à prévoir. Véritable chantier l’année dernière, OKC n’a toujours pas trouvé son pivot du futur, ou au moins celui qui peut accompagner les autres prospects. Alors que nos avis diffèrent au sein de la rédaction, nous avons choisi de mettre Roby en tant que titulaire. D’abord parce qu’il semble particulièrement apprécié par le coaching staff. Ensuite parce qu’il s’inscrit très bien dans la logique position-less de coach Daigneault en attaque. Enfin parce qu’il a, par passages, prouvé l’année dernière. Défensivement, Roby n’était pas prêt pour la NBA l’année dernière, qu’il soit utilisé en 4 ou 5. Il va d’ailleurs devoir rapidement progresser s’il veut avoir une longue carrière dans la ligue. Offensivement, Roby est un peu plus intéressant : il a un brin de shoot, peut parfois remonter la balle après un rebond, driver… mais le QI basket reste encore trop limité. Roby aura en tout cas le temps de jeu pour essayer de devenir une des surprises de la saison.

Le banc

Avec l’énorme turnover qui s’est opéré pendant toute la saison dernière, dur de trouver de la stabilité, encore plus sur le banc. Là aussi, il est assez difficile d’imaginer les rotations de Mark Daigneault, bien que certains éléments semblent quand même se dégager, malgré plusieurs postes où la concurrence va faire rage.

D’abord sur les postes de guards, où les minutes vont valoir cher. Titulaire l’année dernière, Théo Maledon semble avoir la préférence du staff pour l’instant, et sera probablement la première rotation à la mène. Théo a montré sur la première moitié de saison qu’il pouvait être un bon complément à SGA, et pourrait être intéressant à côté du canadien et de Giddey. Mais sa deuxième moitié de saison plus discrète et où il ne s’est pas affirmé pourrait lui porter préjudice. Théo va devoir forcer un peu sa personnalité pour s’exprimer et tirer la couverture à lui, s’il ne veut pas tomber dans la rotation.

Par contre, s’il y en a un qui n’a pas froid aux yeux et peur de s’exprimer sur le terrain, c’est Tre Mann. Drafté en 18ème position, le guard a montré à la fac qu’il avait des qualités de dribble et de shoot, notamment en pull-up, qui peuvent faire de lui un joueur dangereux en NBA, un joueur qui peut mettre des cartons. Mais pour devenir un grand joueur, ou au moins avoir une bonne place dans la rotation, Tre va devoir s’inscrire dans le collectif et prouver qu’il peut défendre. Si Giddey a beaucoup attiré la lumière pour l’instant, gardez un œil sur lui…

Le grand perdant d’une rotation avec Mann et Maledon pourrait être Ty Jerome. Obtenu l’année dernière dans le trade de CP3, Jerome a pourtant réalisé une très bonne fin de saison, réussissant à s’exprimer dans un effectif très pauvre. Ty a un vrai tir extérieur, une arme qu’il sait utiliser et qui lui donne de bons arguments pour prétendre à des minutes soirs après soirs. Daigneault va-t-il réussir à lui trouver un petit rôle ?

Sur les ailes, la concurrence est bien plus faible, mais un homme cristallise beaucoup d’attentes : Aleksej Pokusevski. Le Serbe va avoir de nombreuses minutes en sortie de banc, sera sûrement le 6ème homme, et aura surtout des ballons en attaque pour s’exprimer. En espérant qu’il les utilise bien et que son intersaison lui ait servi.

Derrière Poku, Kenrich Williams mérite d’être sur le terrain. S’il est certes figure de vieux parmi les gamins de l’effectif, Kenrich est le role player parfait : défense, adresse extérieure, combativité et intensité, et même quelques flashs sur 1v1. Sa présence sur le terrain pourra permettre de stabiliser un peu la bench unit, mais aussi d’augmenter sa valeur si on imagine un potentiel trade…

A l’intérieur, faute de réel choix, la concurrence est forte. Si on considère que Roby est le titulaire, Derrick Favors sortira du banc, et jouera le rôle de cadre. Comme on a pu le voir sur la pré-saison, il sait être efficace, faire les sacrifices en défense et aide grandement dans le collectif. Lui aussi, sa présence sur le terrain pourrait motiver un futur trade.

Enfin, Jeremiah Robinson-Earl aura (et doit avoir) des minutes. Drafté au second tour cette année, JRE a un profil toujours utile dans un effectif. Besogneux, rebondeur, bon poseur d’écran, il sait faire le travail de l’ombre. Mais il a par flashs aussi montré qu’il pouvait écarter le jeu en prenant des tirs extérieurs ou en jouant des Pick&Pop. De quoi en faire cette saison, et dans le futur, un très bon role player.

En marge de cette rotation, certains joueurs pourraient avoir leur chance de manière plus  sporadique. On pense notamment à Gabriel Deck, arrivé l’année dernière avec une grosse expérience internationale, et qui a lui aussi les armes pour être un bon complément à côté de joueurs dominants, ou à Aaron Wiggins, le dernier rookie de l’effectif, qui a été très intéressant en Summer League et en pré-saison, dans un profil bien plus complet qu’un simple 3&D.

Le joueur à suivre

Pierre : Aleksej Pokusevski

« Qu’est ce qu’il peut y avoir de plus hypant cette année à OKC que la saison 2 de Pokumon, notre chouchou à tous ? Pokusevski, c’était le plus jeune joueur de la saison dernière, et sûrement la plus grande énigme à l’aube de la saison. Peu de monde pouvait prévoir ce qu’allait faire Poku de ses 2m15, de son corps squelettique et de son jeu de guard.  Quel rôle en NBA ? Quel niveau ? Va-t-il tenir physiquement ?… Et bien, nous n’avons toujours pas de vraies réponses. Le serbe a réalisé une saison à deux vitesses : d’abord des premiers matchs où il semblait perdu sur le terrain, dépassé physiquement et simplement pas au niveau. Puis, après un passage dans la G-League bubble, c’est un joueur différent que l’on a vu. Un joueur plus à l’aise, plus prêt, plus adroit aussi, avec des flashs qui font rêver. Après une vraie intersaison à OKC, basée sur un programme chargé en entrainement, en musculation et surtout en nourriture, Poku doit s’affirmer cette année. L’axe sur lequel je l’attends le plus ? La constance. Soir après soir, Poku doit être régulier, que cela soit en termes d’adresse et d’apports. Il va avoir les ballons, il va avoir le temps de jeu, il va avoir les tirs, à lui de montrer qu’il peut être une pièce majeure du futur d’OKC. La Poku Experience ne fait que commencer, pour notre plus grand plaisir et surtout pour animer nos nuits »

Constant : Josh Giddey

« Comment je ne pouvais pas choisir Josh Giddey ? Avec son physique de surfeur, sa jeunesse, son côté passeur first et son potentiel à tout casser, l’australien a absolument tout pour être un de mes chouchous dans la Ligue. Déjà fan du profil au moment de sa Draft, il m’a fait que croire encore plus en lui après les 4 matchs de presaison, notamment le dernier face à Denver où il aurait montré par séquence qu’il était déjà le meilleur joueur sur le parquet, un vrai général capable de servir ses copains dans les meilleures conditions, même si eux vont rater leurs tirs. Mes espoirs envers Giddey sont hauts, très très hauts, et c’est pour cela que je vais le suivre tout particulièrement cette saison. Comment va t-il se comporter face à de bons défenseurs, aux côtés de Shai ou bien en devant gérant la seconde unit, quid de son tir, quid de sa défense, de son comportement dans des fins de matchs serrées etc etc. Je pense qu’on peut dire sans trop se mouiller que Giddey sera le plus jeune joueur à réaliser un triple-double tant il semble plus que capable de le réaliser. Dans tous les cas, je veux voir beaucoup de temps de jeu pour lui. Tout ne sera évidemment pas parfait mais tant pis, laissons-le faire des erreurs pour progresser vitesse grand V. Je pense aussi qu’on le sous-estime beaucoup trop dans la course au ROY à une All-Rookie 1st Team, car je pense vraiment que peu de rookies bénéficieront d’un contexte aussi bon pour performer, hormis peut-être la palanquée de rookies à Houston, Cade et le duo Suggs/Wagner à Orlando. En tout cas, hâte de voir les premiers highlights de Giddey être posté sur les réseaux, pour mettre le joueur et la franchise en valeur.

Morgan : Shai Gilgeous-Alexander

« Mon joueur à suivre est LE joueur à suivre du Thunder puisque c’est le patron de la franchise, Shai Gilgeous Alexander ! Le canadien qui va commencer sa 3e saison avec Oklahoma City va devoir prouver qu’il peut être un All Star toutes les saisons et surtout, qu’il peut faire gagner son équipe sur toute une année. Son développement qu’on a pu voir en début de saison dernière que ce soit au niveau du leadership ou offensivement doit être son plancher pour la suite de sa carrière. Pourra-t-il être aussi fort dans le money time ? Pourra-t-il être aussi adroit à longue distance que la saison dernière ? Voici les questions qu’on peut logiquement se poser à l’entame de cette nouvelle saison et après une blessure qui l’aura ecarté des terrains pendant de longs mois… Malgré ces interrogations suite à sa blessure et une pré-saison en demi-teinte, je reste optimiste le concernant. Je veux le voir confirmer ce qu’il a montré l’année dernière et pourquoi pas faire encore mieux … »

Samson : Luguentz Dort

« Je n’ai pas fait dans l’originalité en choisissant mon chouchou de l’équipe. Effectivement, Voir Lu Dort sur un terrain de basket me comble de bonheur. Toutefois, Si j’ai choisi le futur Defensive Player of the Year de la NBA en tant que joueur à suivre, ce n’est pas uniquement pour mon admiration envers lui. Le canadien est le joueur que je suivrais avec le plus d’attention car il me surprend d’années en années. Après des débuts en NBA ou je lui souhaitais de faire une belle petite carrière en tant que spécialiste défensif, j’ai vite compris qu’il ne se limiterait pas à un rôle à la Andre Roberson. Capable maintenant de shooter, d’attaquer le cercle avec détermination ou encore de faire des coupes intelligentes lorsqu’il n’a pas le ballon, Dort me fait de plus en plus croire qu’il n’a pas de limite. Si j’attends simplement de lui qu’il améliore la régularité de son shoot et son intelligence défensive lorsqu’il ne défend pas sur le porteur de balle, je sais d’ores et déjà qu’il fera bien plus que ça. J’essaye de faire en sorte que sa progression fulgurante n’élève pas trop mes attentes. Cependant, même si je n’exige pas une saison à 20 points de moyenne et proche des 40% à 3 points pour être satisfait, je ne serai pas le plus surpris des fans de NBA s’il s’en approche. A termes, je l’imagine capable d’avoir un niveau de All-Star tout en étant le meilleur défenseur de la ligue. Pour y arriver, le chemin s’annonce périlleux dans une ligue ou la concurrence est rude. Le numéro 5 du Thunder doit continuer à prouver que sa progression est infinie et produire une nouvelle saison supérieure aux attentes. »

Lucas : Aaron Wiggins

« Mon joueur à suivre pour cette saison va peut-être en surprendre certains, persuadés qu’il n’aura pas beaucoup de temps de jeu cette année avec le Thunder pour montrer de quoi il est capable et je le pense aussi. Vous l’aurez peut-être deviné, mon joueur à suivre cette année est Aaron Wiggins, notre dernier choix de draft en 55ème position. J’avais à peine entendu parler de lui avant sa draft, et comme d’habitude je suis allé me renseigner sur les rookies draftés par le Thunder que je ne connaissais pas. J’ai alors découvert un poste 2/3 d’1,98m très technique et à l’aise balle en main qui sait scorer et qui a tout pour devenir au moins un vrai bon 3&D avec son envergure plus que correcte de 2,08m et sa rigueur défensive très intéressante. Durant la Summer League, il a joué avec une énorme confiance en lui et a montré de vrais flashs notamment au scoring sur le peu de minutes qu’il avait. Il risque de jouer une grande partie de la saison avec l’équipe G-League du Thunder, le Blue. Il aura alors tout le loisir de montrer son talent avec sûrement beaucoup de temps de jeu. Je pense très sincèrement qu’il peut s’imposer comme un des meilleurs joueurs en G-League en scorant beaucoup et pourquoi pas gagner des minutes avec le Thunder au fil de l’année et c’est ce que je lui souhaite. Lu Dort 2.0 ?

Sam Presti a été clair en conférence de présaison, cette année va servir à repérer les joueurs qui vont s’inscrire dans le temps dans le projet d’OKC et ceux qui n’en feront pas partie, Wiggins n’a donc rien à perdre et pourrait surprendre beaucoup de monde durant cette saison du Thunder qui nous réserve de nombreuses surprises. »

Tom : Darius Bazley

« Le joueur que je surveillerais avec attention cette saison sera un joueur qui joue gros : Darius Bazley. Troisième saison en NBA pour le pick 23 de la draft 2019, ce qui veut dire qu’il sera éligible à une extension de contrat à la fin de cette campagne 2021-2022. Il a donc tout intérêt à sortir une grosse saison, sachant qu’il aura pas mal d’opportunités avec une place de titulaire assurée et des ballons à exploiter. Après une saison rookie en sortie de banc dans un environnement compétitif, il a eu sa chance en tant que titulaire en saison sophomore (55 matchs à 31 minutes de moyenne), avec des résultats plutôt moyens. Il a certes fait de bonnes stats (14 points et 7 rebonds), est capable de monter assez haut sur certains matchs (un record à 26 points notamment), mais il manque cruellement de régularité, que ce soit dans le comportement (sa période d’absence de la saison dernière ne serait pas due qu’à une blessure) mais surtout au niveau des pourcentages au tir, qui étaient catastrophiques (à peine 40% au tir, 29% à 3 points pour plus de 5 tentatives par match, un pauvre 70% aux lancers francs). Bazley a donc de gros progrès à faire, et j’attends de lui plus de consistance dans ses matchs. Sans forcément dire qu’il doit augmenter sa progression numérique, mais que son 14-7 de moyenne soit avec des pourcentages plus propres et que son implication en défense augmente, lui qui a toutes les qualités athlétiques pour contribuer efficacement de ce côté du terrain. A Darius de prouver cette saison qu’il a le niveau d’un starter en NBA et qu’il représente une pièce importante dans la reconstruction d’OKC. »

Les objectifs

Développement et… tanking

Soyons honnêtes… Nous serions déçus qu’OKC n’ait pas un choix top 5 voir top 3 à la prochaine draft. Après le loupé de l’année dernière, le Thunder doit réussir à ramener un des prospects les plus côtés la saison prochaine. Et pour cela, rien n’est plus efficace que de perdre des matchs et de tanker pour avoir le maximum de chances à la loterie. Alors oui, on est en droit d’espérer des défaites, de parfois se satisfaire si des joueurs sont laissés au repos, et il faut clairement s’attendre à ce que la franchise use de certaines stratégies afin de ne pas être trop compétitif.

Néanmoins, au milieu de cet objectif de défaites, il ne faut pas s’éloigner du principal objectif d’une reconstruction, développer les jeunes. Même sans avoir eu de choix tout en haut de la draft, OKC a déjà plusieurs prospects très intéressants à développer, a déjà une future star, un défenseur élite… Le Thunder ne part pas de rien, et doit maximiser le développement et la valeur de ces jeunes prospects.

Faire des choix

Qui sera dans la future très bonne équipe du Thunder ? Bien malin celui qui arrivera à répondre correctement à cette question dès maintenant. Pourtant, le Front Office et le staff vont devoir petit à petit faire des choix dans le roster. Comme lors de cette intersaison, plusieurs joueurs ont des contrats non garantis au fil des années, certains seront susceptibles d’être prolongés (Bazley…)… Et pour pouvoir au mieux statuer sur le devenir des joueurs, il faut les mettre en situation de s’exprimer et de jouer avec leurs forces, a contrario de la deuxième partie de la saison dernière.

Repères et stabilité

C’est ce qui a le plus manqué à OKC l’année dernière pour moi. Pour sa première saison à la tête de l’équipe, Daigneault a eu fort à faire, tant il n’a jamais eu un effectif stable et de la continuité. On ne l’a que trop dit, mais la saison du Thunder a été à deux vitesses, et avec deux rosters ou presque. Commencer l’année avec SGA et Horford puis la finir avec Moses Brown et Josh Hall, ce n’est pas vraiment la même chose. Daigneault a dû s’adapter, bricoler. Nous n’avons pas pu voir un vrai système défensif collectif, le jeu offensif a dû grandement changer à la mi-saison…

Pour réussir sa reconstruction, et ce dès cette année, il me paraît primordial de trouver une certaine base collective et des connexions plus fortes entre les joueurs. Comment savoir si Giddey ou Shai par exemple sont complémentaires s’ils ne jouent que 20 matchs ensemble, sans repère ? On a aussi vu qu’une demi-saison full tanking n’apportait pas grand chose pour les joueurs et ne donnait pas grand chose sur le terrain. Même sans être compétitif, OKC a les moyens de créer un début de projet intéressant.

Le calendrier

Cette année, pas de calendrier en deux parties, la situation sanitaire s’étant plutôt améliorée. D’ailleurs, quel plaisir cela va être de retrouver les fans du Thunder dans le désormais Paycom Center !

Nous avions analysé le calendrier et mentionné les dates à retenir dans un précédent article, disponible en cliquant ici. On notera quand même que les premières semaines devraient être assez compliquées pour OKC, avec un calendrier assez brutal pour commencer.

On vous rappelle aussi que TOUS les matchs seront à suivre avec nous en live tweet sur notre compte @WeAreThunder_fr. De plus, le lendemain de chaque match, nous publierons une infographie recap et un article débrief sur notre site web et tous nos réseaux sociaux !

Pronostics

Pierre : 22-60, 14ème

« Même nombre de victoires que l’année dernière, malgré 10 matchs de plus. D’abord, le Thunder va gagner des matchs : l’équipe jouera toujours à fond, OKC est une bonne organisation, l’équipe n’est pas plus faible que l’année dernière (tous les jeunes ont un an de plus) et Shai est là. Mais plusieurs éléments poussent au pessimisme : un début de saison très compliquée, une jeunesse qui pourrait faire défauts dans certains matchs serrés, et du tanking, qui pourrait pousser le coach et le Front Office à économiser certains joueurs… Enfin, si l’objectif doit être pour moi d’être le mieux classé possible à la lotterie, il ne faut pas oublier un dernier point : le retour du public. D’abord, parce que le public d’OKC a toujours été très présent, et va pousser les jeunes pousses à tout donner. Ensuite, parce que la franchise pourra un peu moins se permettre d’offrir des matchs comme ceux de la fin de saison dernière devant 20 000 personnes ayant payés leur place… Au final, certains éléments me poussent à être un peu plus optimiste que les médias basket généraux, même si mon pronostic est le plus faible au sein de l’équipe. »

Constant : 30-52, 13ème

« Je serais sûrement le plus optimiste de l’équipe et peut-être même de la fanbase, mais je compense le pessimisme ambiant de certains qui nous prédisent 18, 15, voire même 13 victoires. Le Thunder la saison passée à remporté 22 matchs, dans une saison où Shai n’a joué que 35 matchs, où le joueur qui a joué le plus de minutes de toute la saison était un rookie du 2nd tour, avec une saison globalement horrible de Bazley ainsi que de Poku. Cette année, le Thunder va avoir une année d’expérience supplémentaire, un rookie top 6 de la cuvée et qui semble bien plus NBA ready que ce qu’on avait prévu, avec pour seule perte un Al Horford qui avait joué moins de 30 matchs la saison dernière. Rajoutons à cela qu’OKC ne jouera pas 72 mais 82 matchs cette saison, que Shai va jouer (sans blessure bien évidemment) au minimum 15 matchs de plus. Beaucoup de mal donc à voir le Thunder gagner moins DE matchs que la saison dernière. 30W est sûrement excessif, je pense qu’on sera entre les 24 et les 28W, mais pas en-dessous. Orlando sera probablement la pire équipe en terme de bilan et je trouve que les Spurs sont encore moins bien équipés que nous. Reste l’inconnu Rockets, qui sont pour moi surhypés alors qu’ils souffrent quasi des mêmes problèmes que nous, à deux trois vétérans près. Donc oui, aux alentours des 30W pour le Thunder mais jamais de la vie en dessous de 20. »

Morgan : 28-54, 12ème

« Je nous vois faire une meilleure saison que la dernière saison pour plusieurs raisons. La première, c’est que tous nos jeunes ont pris un an d’expérience et même si la saison dernière n’était sûrement pas la meilleure à ce niveau là, elle va servir quoi qu’il arrive à mon avis. La 2e est que je crois en notre trio SGA-Dort-Giddey. Gilgeous Alexander doit prouver que sa demi saison 2020-2021 n’est pas son plafond et qu’il peut le faire sur une saison complète, pourquoi pas en encore mieux et être un All Star en puissance. Luguentz Dort n’a fait que progresser depuis son arrivée en NBA donc je ne vois pas comment ça ne pourrait pas continuer. En plus de ça, il reste un coéquipier idéal et un défenseur de plus en plus respecté donc il sera utile et performant, ça ne fait aucun doute. Et enfin, Josh Giddey, notre pick 6 de la dernière draft. Vu ce qu’on a vu de lui en pré-saison, ça n’augure que du bon. De l’intelligence, de la création, du QI Basket, bref de quoi se régaler. Malgré tout ce positif, la conférence Ouest reste ultra compétitive et relevée, je nous vois terminer dans le dernier tiers. Je suis quand même plus optimiste que la saison dernière et je nous vois avec 28 victoires et une 12ème place. »

Samson : 26-56, 13ème

« Selon moi, le Thunder sera un peu trop juste pour être compétitif mais sera aussi trop fort pour être parmi les pires équipes de la ligue. Comme on a pu le voir l’an dernier, les jeunes d’OKC, emmenés par SGA, sont déjà trop performants pour se retrouver dans les bas-fonds de la NBA lorsqu’ils sont au complet. Seulement voilà… Seront-ils au complet toute la saison ? La réponse est évidemment non. Aucune équipe n’est épargnée par les blessures ou les mauvaises surprises et l’équipe coaché par Mark Daigneault ne dérogera pas à la règle. La marge de manœuvre pour voir la franchise de l’Oklahoma à la lutte pour le play-in est absolument inexistante. Il faudrait un alignement des astres pour voir des matchs à enjeux au Paycom Center cette saison, hormis si l’on considère qu’un Thunder-Magic en vue du first pick est un match à enjeux. Malheureusement, quelques matchs manqués par SGA et Dort suffiront pour voir OKC loin du play-in. Quoi qu’il en soit, j’ose espérer que le Thunder ne fera pas dans la demi-mesure et évitera le ventre mou. Malheureusement, je n’en suis pas convaincu et je vois OKC terminer autours de la 13ème place de l’Ouest. »

Lucas : 24-58, 14ème

« C’est assez compliqué de jauger la prochaine saison du Thunder et de prédire leur bilan de l’année. Comme répété plusieurs fois, l’objectif principal de la franchise est de tester le plus de choses possible: les 5 majeur, les rotations et même l’effectif en lui-même; et non pas de gagner. On peut alors s’attendre à tout cette année. Sachant qu’on est en pleine reconstruction et quand on connaît l’amour du Thunder (et le mien aussi) pour la draft, on peut se douter que l’objectif devrait aussi être de bien se placer pour la loterie. Je pense donc qu’OKC va jouer une grande partie de la saison sans forcément faire attention au classement, en se concentrant principalement sur le développement des jeunes joueurs et sur l’expérimentation pour préparer les prochaines saisons et tankera peut-être sur les derniers matchs de la saison si besoin. L’objectif n’est pas du tout d’être compétitif cette année ou même l’année prochaine, c’est un projet sur le long terme et la franchise risque de vouloir mettre toutes les chances de son côté en essayant de se placer au mieux pour la draft 2022. Draft remplie de beaucoup de très bons prospects notamment sur les postes intérieurs avec Holmgrem et Banchero pour ne citer qu’eux, qui pourraient venir combler notre cruel manque de menace intérieure défensivement comme offensivement. Vous l’aurez bien compris, j’attends avec grande impatience cette saison 2021-2022 du Thunder et je vais aussi suivre avec une énorme attention les prospects pour la draft 2022 en espérant qu’OKC puisse avoir un des premiers choix. Alors oui, je nous vois bien terminer simplement devant les Spurs avec 24W »

Tom : 22-60, 15ème

« De manière assez logique, je place OKC dans le bas de la conférence Ouest. Les résultats de cette saison ne sont pas la priorité et cette campagne servira en premier lieu pour expérimenter et jauger les joueurs présents pour déterminer sur qui axer la reconstruction de la franchise à moyen-long terme. SGA est la pierre angulaire de ce nouveau cycle, Dort y a sûrement aussi sa place bien au chaud, mais Daigneault et le reste de l’effectif auront l’occasion de se montrer dans une saison régulière sans véritable enjeu pour le Thunder. Le coach a d’ailleurs montré de bonnes choses sur sa saison rookie, avec un bon mouvement de balle et une identité collective qui se construit, ce qui augure de bonnes soirées pour les geeks de basket que nous sommes, mais je nous vois même finir derrière les Rockets et les Spurs qui sont nos concurrents dans la course au tanking dans cette conférence. En effet, malgré la présence d’un joueur calibre All-Star chez nous, ce qui n’est pas le cas des autres équipes citées, le manque de certitudes sur les joueurs à développer ainsi que de vétérans pour guider ces jeunes (seulement Kenny Hustle, Derrick Favors et Mike Muscala) me font penser que Houston et San Antonio gagneront un peu plus que nous. Si on ajoute à cela la mésaventure de la loterie 2021 qui doit encore faire cogiter Sam Presti (imaginez Cade Cunningham dans l’Oklahoma …), l’objectif sera clairement la draft 2022, avec des profils très prometteurs que l’on détaillera au fur et à mesure de l’avancement de la saison. Le pire bilan de la conférence Ouest donc, mais pas le pire bilan de la ligue car il reste quand même le Magic. »

Pour aller plus loin

Pour retrouver une analyse encore plus complète de la saison à venir, deux podcasts à ne pas manquer :

  • Notre podcast preview de la saison
  • Notre live Twitch FAQ de début de saison

Retrouvez tout au long de l’année un podcast ou un live chaque semaine ! Abonnez-vous à nos comptes sur les plateformes d’écoute, à notre chaîne Youtube et à notre chaîne Twitch pour ne louper aucun épisode et avoir un suivi complet de la franchise !

Tanking, Tanking, Tanking ! Après une saison à deux vitesses, le Thunder va très probablement passer la deuxième pour viser un très haut pick à la prochaine draft. On s’attend à des défaites donc, mais pas que… Le développement des jeunes, la montée en puissance des cadres et la création d’une nouvelle identité : on a hâte !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s