Que retenir de la Summer League ?

Après nous avoir occupé pendant presque deux semaines, la Summer League est désormais terminée ! Fini les hot takes, les enflammades après chaque bonne (ou mauvaise) performance des prospects ! Mais avant de vous laisser tranquillement partir en vacances, il est quand même important de revenir sur ce qu’on a vu au Thunder lors de ces 5 matchs. Car, au-delà des résultats collectifs qui sont assez anecdotiques, les joueurs ont eu l’occasion de se montrer et de potentiellement se créer un meilleur futur en NBA.

Les Rookies

Des top prospects rapidement absents…

Revenons d’abord sur les performances des joueurs les plus attendus de cette Summer League, les rookies. En effet, pour chaque fan, qu’il suive ou non les championnats universitaires ou étrangers, la SL est un premier vrai contact avec les nouveaux prospects obtenus par la franchise, et une première chance de se trouver un nouveau chouchou.

Malheureusement, cela ne s’est pas vraiment passé comme on l’attendait pour OKC, la faute comme souvent à des blessures ou absences. Josh Giddey, le joueur drafté le plus haut par le Thunder depuis James Harden, était destiné à capter toute l’attention de l’Oklahoma pour ses débuts. Choix surprise en 6, peu sont ceux au final qu’ils l’ont réellement vu évoluer en Australie, alors que nombreux sont ceux qui sont intrigués par le joueur.

Si tout avait bien commencer, avec un dunk sur sa première action sous le mailllot bleu, tout s’est arrêté bien rapidement. En 5 petites minutes exactement. Quelques secondes après ses premiers points, la malchance touche le jeune Australien et sa cheville se tord. S’il essaye de passer outre et de jouer malgré la douleur, cela en est trop. Giddey est out, congédié sur le banc. Une place qu’il occupera jusqu’à la fin de la compétition…

Cette absence de Giddey est déjà une grande frustration pour les fans, mais celle-ci ne va faire qu’augmenter, puisque qu’après deux matchs, c’est le deuxième rookie drafté le plus haut, Tre Mann, qui quitte la compétition pour raisons personnelles. Si on ne sait pas la nature exacte de cette absence, on espère que Tre sera de retour sur les terrains dès octobre, en pleine forme. Néanmoins, même si l’échantillon est faible, on peut essayer de tirer quelques conclusions sur les deux matchs joués par Mann, deux matchs que tout oppose ou presque pour lui.

Son premier match ? Probablement l’un de ses pires depuis très longtemps. Mann a vécu un petit calvaire, d’abord physiquement où il semblait dépassé et pas prêt à l’adversité (moyenne) de la Summer League. On l’a senti en grande difficulté pour arriver à se créer ses tirs, pour être positif en attaque. Il finit avec un vilain 3 sur 14, mais malgré tout, quelques actions très spectaculaires mettent un peu de baume au cœur à ses fans. On l’attendait alors au tournant lors de la deuxième rencontre, surtout sans Giddey. La réaction est venue avec une superbe performance all-around (12pts-7ast-6reb). Cette fois, Mann est dans le rythme du match, créé des différences pour lui et ses coéquipiers et montre une partie de sa palette offensive, notamment avec quelques cross dévastateurs. Mais encore une fois, l’adresse le fuit (4 sur 15), et il terminera sa compétition avec un 0 pointé à 3pts…

Au final, s’il ne faut pas déjà s’inquiéter ou non pour Mann, ses débuts sous le maillot d’OKC auront montré plusieurs choses : Tre va avoir besoin d’un petit temps d’adaptation physique, mais le prospect a du caractère, comme le montre sa réaction au deuxième match. Aussi, si son tir sera un facteur essentiel de sa réussite en NBA, il a montré qu’il était capable d’apporter dans d’autres domaines, chose que l’on attendait pas forcément.

et des seconds tours très précieux

JRE. Imprimez bien ces lettres dans vos têtes et dans vos cœurs de fans du Thunder. Si je devais retirer une satisfaction de cette Summer League, c’est Jeremiah Robinson-Earl. Drafté en 32 par Presti qui avait eu un vrai coup de foudre pour lui, l’ancien joueur de Villanova a montré qu’il pouvait être un steal de la draft, mais a surtout montré tout ce dont pouvait espérer de lui. JRE, c’est d’abord le role player parfait, qui fait le sale boulot pour les autres, même en Summer League. Mais c’est aussi un joueur qui, malgré sa taille relativement faible pour occuper le poste de pivot, a un bon timing au contre et est capable de protéger le cercle. JRE a presque été parfait du début à la fin de cette SL, ne faisant presque aucune erreur. On l’a vu utile, toujours bien placé et efficace sur Pick&Roll, mais aussi sur Pick&Pop, où sa relation avec Maledon est déjà évidente. Il nous a même un peu surpris avec une très bonne gestuelle et un bon pourcentage à 3pts. JRE n’a pas le plafond le plus élevé, n’est pas un joueur qui attire la lumière, mais tout porte à croire qu’il sera indispensable au Thunder dans les prochaines années. Et je ne vois pas comment Daigneault pourrait ne pas le faire jouer la saison prochaine…

Si JRE a parfaitement répondu aux attentes, Aaron Wiggins a été lui un peu plus surprenant. Annoncé comme un joueur avec un profil de 3&D en devenir, Wiggins n’a pas du tout tenu ce rôle avec le Thunder. Le rookie a beaucoup joué balle en main, beaucoup drivé et beaucoup joué de P&R. Et une chose s’est dégagée du pick 55 : des skills. Des compétences d’abord dans la maîtrise de ses appuis. Wiggins n’est pas le joueur le plus athlétique, ni celui qui peut le plus créer de séparation. Mais il sait comment s’arrêter, feinter, se retourner et rester les pieds à terre pour piéger son défenseur. On ajoute à cela un toucher relativement bon, et on a face à nous un joueur qui a su se créer ses propres situations de tirs match après match, en restant plus ou moins efficace et constant. Sur certains passages, on a même vu Aaron prendre le scoring à son compte et marquer sur les 3 niveaux (au cercle, à mi-distance et de loin). Néanmoins, son tir extérieur ne m’a pas convaincu. Je ne suis pas fan de la gestuelle, qui pourrait être plus fluide et aérienne, et il a semblé encore inconstant. Défensivement par contre, Wiggins ne porte pas le numéro 21 pour rien : il a une présence physique, une envie et des capacités de déplacement très intéressantes. On a hâte de le revoir l’année prochaine, lui qui sera une des deux Two-way contract du Thunder.

Les Français

Chauvinisme oblige, je suis obligé d’écrire une partie spécifique à nos deux frenchies, Théo Maledon et Jaylen Hoard.

Abordons d’abord le cas Maledon. Il était très attendu, lui qui a refusé de rejoindre l’équipe de France cet été pour travailler individuellement et plus intensément sur son jeu et son corps. Le premier constat est simple : il n’a pas chômé. Il a été très facile de voir les effets des deux séances de musculation par jour sur Théo, tant il semble avoir pris en épaisseur. Alors, comme on l’a dit dans notre dernier live, si son jeu n’a pas vraiment évolué (et ne changera sûrement jamais) tant le meneur est déjà très complet, son nouvel impact physique lui facilite grandement la vie. On a senti Théo plus incisif sur ses premiers pas, plus solide pour résister au contact sous le cercle, plus dominant physiquement face à son adversaire direct. Un gros point positif. De plus, cela ne semble pas avoir perturbé sa gestuelle et son tir, puisqu’il a été à plusieurs reprises très adroit, prenant parfois feu de loin.

Par contre, Maledon était aussi attendu dans l’attitude. On voulait le voir comme le leader de l’équipe, étant celui avec le plus d’expérience. On voulait le voir dangereux et dominant match après match, qu’il montre une nouvelle agressivité, surtout sans Giddey et Mann. Je suis au final mitigé. Concrètement, Théo a été bon un match sur deux. Un match où il jouait comme le meilleur joueur sur le terrain, où il montrait qu’il n’avait rien à faire en Summer League. Puis un match où on le cherchait tant il se faisait discret parfois, ne prenant pas les choses en main, n’étant plus actif à la création. Théo va devoir gagner en constance la saison prochaine, surtout avec la grosse concurrence à son poste.

Cela a été bien plus compliqué pour Jaylen Hoard. Le français, qui se bat pour obtenir un contrat l’année prochaine, a été peu en vue lors de cette Summer League. Offensivement, il ne semble toujours pas être une menace extérieure et cela pose problème vu son utilisation, mais il a montré des capacités en drive et sur les coupes. De même, par séquence, il a su sanctionner les choix défensifs adverses en postant son joueur et profitant de son avantage de taille. Néanmoins, même avec une très bonne énergie en défense, cela semble pour le moment insuffisant pour prétendre à une place dans le roster l’année prochaine, et encore plus à une place dans la rotation…

Ils ont marqués des points

Rob Edwards

Un pyromane. Voilà ce qu’a été Edwards sur la Summer League. Parfois absent et maladroit pendant de longues minutes, Edwards a une très bonne faculté à prendre feu et à devenir inarrêtable, comme le montre ses 15pts en 3 minutes sur le dernier match !

Le guard a montré de gros progrès depuis l’année dernière et sa bulle avec le Blue. Physiquement, son épaisseur et sa largeur alliés à sa vitesse font de lui un joueur difficile à arrêter une fois lancé. Quand son shoot extérieur tombe dedans, il est une vraie bonne menace en attaque. Mais pour accéder au niveau supérieur, il doit encore gagner en constance et en appréhension collective. On a pour l’instant affaire à un soliste, qui aura du mal à s’inscrire dans la philosophie de jeu d’OKC…

Josh Hall

Je ne pensais pas mettre le sophomore dans cette catégorie, mais puisqu’il vient de resigner comme Two-way contract avec le Thunder, force est de constater qu’il a convaincu. Quand on voit son dernier match, on peut comprendre ce choix. Ses flashs sont assez impressionnants, alors qu’il reste très jeune et très brut avec des capacités athlétiques et des dimensions physiques très intéressantes. A lui de montrer plus que cela maintenant.

Oscar Da Silva et Emmit Williams

Mention honorable pour ces deux-là ! Méconnu des fans, Oscar Da Silva a été utilisé en back-up de JRE (et aussi avec lui) et a été très propre à chacune de ses entrées ! De l’envie, de l’efficacité et un brin de tir… il n’est pas inintéressant !

Williams a quant à lui été très peu utilisé, et on l’a surtout vu au dernier match. Un match pendant lequel son énergie des deux côtés du terrain à sauter aux yeux des spectateurs, et où il a tout mis !

Ils n’ont pas convaincu

Charlie Brown Jr

Le joueur au nom assez fun est bien connu des fans du Thunder. Malheureusement. Présent en fin d’année dans la rotation, il n’a pas prouvé lors de cette Summer League. Brown n’a rien mis dedans, a commis beaucoup d’erreurs en plus de vouloir souvent se montrer. Si défensivement il a par séquences été plutôt intéressant dans l’intensité et l’agressivité, il sera surtout une pièce maîtresse pour le tanking s’il reste dans l’effectif.

Jalen Lecque

Pièce du trade de Chris Paul à Phoenix, puis envoyé à Indiana puis coupé, Lecque a finalement joué avec le Thunder cet été. Il n’a que très peu eu sa chance, ce qui l’a poussé à être très agressif quand il a été sur le terrain. Difficile d’analyser et d’estimer son niveau, tant on l’a peu vu.

A l’image de la saison dernière, cette Summer League a été assez frustrante pour les fans d’OKC, qui n’ont pas pu voir à l’œuvre leur nouveau top prospect. Mais quelques satisfactions sont à garder en tête, notamment JRE qui a déjà un wagon entier de fans. Maintenant, on ne reverra ce beau petit monde (ou pas) qu’en octobre ! Alors d’ici là, bonne trêve NBA et profitez de vos nuits !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s