Josh Giddey : Le Scouting Report

Au cours d’une Draft 2021 qui aura eu son lot de surprises, le Thunder a utilisé son pick numéro 6 sur un joueur australien : Josh Giddey. Ce choix, qui a déjà donné lieu à beaucoup de débats, de surprises, de déceptions, d’espoirs ou de critiques, peut s’expliquer par une certaine philosophie de Sam Presti à la Draft ces dernières années. Malgré tout, on a beau beaucoup parler du joueur depuis à présent un peu plus de 24h, peu sont ceux qui ont vraiment vu jouer Giddey, et encore moins ceux qui peuvent réellement donner un avis sur le joueur, ses qualités, ses défauts et son potentiel. Loin de moi l’idée de me considérer comme un expert Draft qui détient la vérité sur Giddey, mais après avoir étudié près d’une quinzaine de joueurs cette année pour le site, plus d’autres pour mon plaisir personnel (dont Giddey, donc je ne pars pas de nulle part pour cet article), je vais essayer de vous faire l’analyse la plus honnête et complète possible sur lui. Je ne sais pas si cet article fera changer d’avis les sceptiques, ou au contraire va encore plus emballer les ravis, mais j’espère au moins qu’il permettra d’éclaircir le débat sur ce prospect dont au final, on a peu parlé de son jeu.

Présentation

Petite présentation de Josh Giddey, avant de passer dans le détail. Déjà, un premier point important : c’est un gaucher. Il fait donc partie de l’élite de la population mondiale. Blague à part, il est né le 10 octobre 2002 à Melbourne, en Australie. Même pas encore 19 ans donc. Pour info, c’est le deuxième joueur le plus jeune de toute cette cuvée 2021, deux mois plus vieux que Joshua Primo et 4 jours plus jeune que Jonathan Kuminga. Mais à l’inverse de ce dernier, il possède déjà une vraie base de joueur de basket, ce dont nous parlerons plus tard. Toujours est-il qu’il ne faut pas oublier que c’est un joueur extrêmement jeune, difficile donc de le comparer à d’autres picks de loterie, jusqu’à 4 ans plus vieux que lui (coucou Davion Mitchell).

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il vient d’une famille de sportifs. Son père, Warrick, est un ancien joueur de basket qui a passé de nombreuses années en NBL, la ligue australienne de basket. Sa mère, Kim, est aussi une basketteuse passée par la WNBL, la ligue féminine, dans la même franchise que son mari à Melbourne. Et pour faire la famille complète, la sœur de Josh, Hannah, basketteuse elle aussi (bien évidement), rentre en deuxième année du côté de l’université d’Oral Roberts, fac qui se trouve à… Tulsa, en Oklahoma. Les liens étaient donc déjà tissés avec le Thunder, sans même le savoir. Cette présentation de la famille n’était pas pour se faire passer pour un magazine people mais bien pour montrer que Josh vient d’une famille qui respire le basket, ce qui est toujours un avantage et peut aussi expliquer le très grand sérieux du joueur et son éthique de travail, déjà soulignée par de nombreux insiders et scouts.

De son côté, Josh a rejoint en Mars 2020 les Adelaide 36ers, équipe plus ou moins liée aux 76ers de Phily, comme le nom l’atteste. Mieux, il fait partie du programme NBA’s Next Star, programme de développement comme sait en faire la grande ligue réservée aux joueurs à très gros potentiel. Après une saison 2021 où il aura joué 28 matchs pour une moyenne de 32 minutes jouées (un échantillon quasi équivalent à des freshman NCAA, le côté professionnel en plus), il est donc choisi en 6 par le Thunder.

Côté mensurations, Josh est grand. Si du côté d’Envergure on l’estimait à 2.03, les propos tenus en sortie de Draft sont plus sur un 6’9, donc un joueur à 2.05 ou 2.06. Côté poids, on est aux alentours des 90 kilos, poids dans la moyenne de ce qui se fait pour un PG, pas vraiment pour un SF. En revanche, l’envergure n’est pas bonne. Pas de chiffre précis mais elle est aux alentours de sa taille, soit à 2.04/2.05. On le sait, une envergure quasi nulle voire négative ne favorise pas les joueurs, surtout en défense. Malgré cette tâche, le profil physique de Giddey reste intéressant et atypique, surtout quand on connaît son poste. En effet, Giddey, de par son style de jeu, ressemble plus à un PG sur-élevé qu’à un SF. C’est d’ailleurs dans le registre de meneur qu’il a passé une bonne partie de la saison avec Adelaide. On en reparlera quand on évoquera son fit au sein de l’effectif du Thunder mais d’un simple point vue individuel, jouer PG lui permet de profiter de sa grande taille tout en évitant de pâtir d’un physique trop frêle et d’une petite envergure.

Maintenant que les présentations sont faites, passons au présent à ce qui nous intéresse vraiment, à savoir le jeu de Josh Giddey.

Son jeu individuel

Avant d’évoquer son jeu collectif, nous allons nous intéresser à son jeu individuel, car si Josh Giddey est avant tout un PG qui crée pour les autres, il n’en est pas moins un joueur intéressant à observer lorsqu’il décide de scorer ou de jouer pour lui-même.

Le premier point : sa finition près du cercle. Giddey, de par son physique, n’est pas un joueur qui va être capable d’enfoncer son adversaire en jouant au poste, ou bien de subir un énorme contact et de terminer avec la faute. Il ne sera pas non plus capable de tout écraser sur son passage avec un énorme dunk. Nan, ici on est plutôt sur un joueur smooth, soft (sans le côté péjoratif lié au terme), qui va plutôt terminer tout en finesse ses drives. En terme de qualité de finition près du cercle, Josh est déjà plutôt bon. Il est capable de finir des deux mains sans trop de différence, de terminer avec un reverse ou bien du mauvais pied. Son manque d’explosivité ne se fait pas trop sentir tant son intelligence de jeu lui permet de voir quelle est le bon move à faire pour marquer près du panier. On a pas les stats exactes de son taux de réussite au cercle, mais je pense qu’il est loin d’être mauvais. En revanche, on peut constater la façon qui lui permet d’aller au panier. En effet, si beaucoup de joueurs vont vers le panier grâce à un premier pas explosif qui met dans le vent son adversaire, ce n’est pas vraiment le cas de Giddey. Ce dernier a plus tendance à se débarrasser de son vis-à-vis avec un push crossover ou un changement de vitesse dans son dribble. Il préfère donc privilégier la technique plutôt que le physique pur, ce qui en dit déjà beaucoup sur le profil du joueur. 

Néanmoins, il ne faut pas s’attendre à ce que Giddey parvienne day one à se créer son propre shoot. En effet, malgré cette séparation qu’il parvient à créer via son dribble, le handle de Josh reste encore largement perfectible. Je n’irai pas jusqu’à dire comme certains que c’est actuellement un défaut chez lui, mais ça reste un domaine dans lequel il peut largement progresser. On sent parfois qu’il subit plus qu’il ne contrôle la balle, notamment lorsqu’il se retrouve dans des situations de 1v1. Il a aussi tendance à manquer parfois d’agressivité quand il part au drive, ce qui cause des pertes de balle qui pourraient être évitées s’il se posait moins de questions et s’il contrôlait mieux la balle. Malgré cela, je pense que Giddey va très rapidement progresser dans ce domaine pour devenir un bon ball-handler. Est-ce qu’il sera le genre à casser des chevilles comme un Tre Mann ? Probablement pas. Est-ce que son dribble lui permettra de créer une séparation pour avoir un tir plus ouvert face aux tous meilleurs défenseurs de la ligue ? Non plus. Est-ce qu’il lui permettra quand même d’avoir des tirs relativement ouverts et des drives faciles ? Oui.

Passons à présent au deuxième niveau de scoring, à savoir le jeu mid-range. J’ai été plutôt élogieux concernant le jeu près du panier de Giddey, je vais aussi l’être concernant son jeu à mi-distance. Encore une fois, NBL oblige, je n’ai pas les stats précises sur son taux de réussite dans ce domaine, mais de ce que j’ai vu, c’est un joueur qui en tente une quantité assez élevée et qui est capable de les rentrer avec régularité. Là aussi, pas réellement de tirs tentés suite à de la création de shot individuel mais surtout sur pick and roll où, avec un écran bien posé, il parvient à sanctionner en sortie de dribble. Ce jeu mid-range, cumulé au shoot extérieur dont on parle tout de suite, sera le swing factor pour lui. S’il parvient à rentrer ce mid-range, il va devenir très difficile pour les équipes de le défendre en drop puisqu’il faudra monter sur lui. Si ce n’est pas le cas, il peut effectivement avoir des difficultés à devenir un scorer régulier et prolifique (à savoir 16 ou 17pts pour moi, vu le style du joueur). En tout cas la base au niveau du mid-range est là et c’est une vraie qualité dans son jeu à l’heure actuelle.

Mais évoquons le vrai sujet qui fâche, celui qui fait que certains sont sceptiques concernant le développement du jeu individuel de Giddey : son shoot extérieur. 29/99, c’est l’échantillon de Josh Giddey derrière l’arc cette saison en NBL, ce qui fait 29,3% de réussite. Mais là aussi, c’est à relativiser. Oui Giddey possède une gestuelle peu académique, voire moche pour beaucoup d’observateurs. Je ne parlerai même pas du fait que le pied droit est kick au moment du shoot, ce qui est peu académique à voir mais qui n’est pas en soit un défaut. En revanche, le problème au niveau des pieds, c’est qu’ils sont trop approchés l’un de l’autre au moment de sa prise de tir, ce qui peut avoir une influence négative sur sa réussite. Et là pour le coup il devra vraiment travailler sur son footwork, car un meilleur footwork lui permettra d’améliorer assez sensiblement je pense son pourcentage au tir. Au niveau du haut du corps, c’est surtout le dip qui pose problème. Pour la faire courte le dip c’est le fait de baisser la balle puis de la relever pour entamer sa mécanique de shoot. Le dip est souvent utilisé lors d’un catch and shoot, plus qu’un pull-up, puisque le joueur reçoit la balle. Et il suffit de regarder quelques vidéo de Klay ou de KD pour se rendre compte que le dip est un élément qui favorise le taux de réussite au tir. Or Giddey ne l’utilise pas assez, et c’est en cela pour moi que le tir de Giddey manque de fluidité et de réussite.

Néanmoins, je pense que Giddey ne sera pas un mauvais shooter, encore moins un non-shooter comme on en a vu des dizaines au Thunder. En effet, même si les % ne sont pas fous, même si ceux aux lancers (69%) sont corrects mais pas transcendants, je crois en la capacité de Josh à rentrer ses tirs, tout simplement parce que la plupart des tirs qu’il a rentré sont des tirs où il ne se pose de questions, où il est déjà ‘’set’’, donc en position de catch and shoot, et donc beaucoup plus fluide dans la mécanique. Et je pense que ces situations sont des situations de tir qu’il aura en NBA. Il faudra certes travailler sur la mécanique et le footwork, mais je ne considère pas la tâche comme insurmontable, surtout pour un joueur de 18 ans. Est-ce qu’il sera capable de sanctionner en pull-up ? Probablement pas. Est-ce qu’il sera capable de tourner à plus de 35% en catch and shoot ? Dans un moyen futur je pense que oui, même si le chemin est encore très long. Mais j’ai espoir en son shoot, même si je vois les défauts actuels, parce que je sais qu’il est un très gros bosseur et qu’il progressait match après match cette saison en Australie.

Son jeu collectif

Parlons à présent de sa qualité première, sa création pour les autres. Comme dit il y a quelques jours sur Twitter, Sam Vecenie a établi un classement des meilleurs joueurs dans différents domaines. Et Josh Giddey était considéré comme le deuxième meilleur créateur sur demi-terrain et le quatrième en transition. Pas mal pour un joueur qui n’a même pas 19 ans. D’un point de vue statistiques, Giddey a délivré 7,5 caviars pour les copains cette saison, le tout en ayant un ratio AST/TO de 2,3. Ratio tout-à-fait solide donc et qui aurait l’être encore plus sans les pertes de balle dûes à un manque d’agressivité comme je l’ai dit tout à l’heure. 

En terme de création je pense que le registre dans lequel il excelle le plus reste le pick and roll. Et pour être très honnête avec vous, même si je ne suis pas le plus grand observateur de la Draft et des prospects, j’ai rarement vu un joueur de 18 ans manier aussi bien les défenses sur pick and roll que ne le fait Josh Giddey. C’est dommage parce que le Thunder n’a pas de pivot mais il est extrêmement fort pour délivrer des passes, il semble tout particulièrement apprécier la passe au-dessus de sa tête, généralement pour un grand mais aussi pour un joueur qui se dirige vers le panier après avoir navigué entre les écrans, voire en kick-out pour un shooter. Il sait parfaitement faire le bon choix au bon moment avec des passes précises et un intérieur va se régaler de ses passes tant il le met dans de bonnes conditions pour finir ou pour jouer au poste. En plus de cela, il sait être patient et utiliser à bon escient les écrans de ses coéquipiers pour servir ses coéquipiers dans des situations idéales, que ce soit à l’intérieur, pour un joueur qui coupe ou pour un shooter ouvert.

En ce qui concerne le jeu en transition, c’est encore une fois très excitant à voir et particulièrement prometteur. Là aussi, Josh est capable de tout faire et se démarquer comme un passeur d’élite. Déjà ses outlets sont magnifiques, un peu à la manière d’un Kevin Love. Il profite de sa grande taille pour avoir un vision d’ensemble du terrain et utilise son QI basket élevé pour savoir exactement quand et qui il doit servir. Les passes sont toujours précises et dans le bon timing. Je pense qu’il a la créativité nécessaire pour être un meneur flashy et il l’a montré avec certaines passes, mais qu’il a pour l’instant tendance à un peu se freiner dans ce domaine. En tout cas, avec une équipe d’OKC qui sera très jeune et qui risque de jouer très vite la saison prochaine, Josh risque de se régaler en transition à la passe, et nous aussi.

Très franchement tout est y est chez Giddey : l’échantillon, la vision, la vista, la précision (qu’elle soit main gauche ou main droite), la vitesse à laquelle il voit le jeu, difficile en fait d’en dire plus tant il domine ce registre dans tous les domaines. Et je n’ai pas peur de dire qu’il sera probablement le meilleur passeur du Thunder la saison prochaine, et qu’il est déjà à l’heure actuelle le meilleur joueur à la passe de l’effectif. Et si en plus de cela vous ajoutez un joueur qui est capable de faire de magnifiques feintes de passe, ce qui lui permet de mettre plusieurs défenseurs dans le vent soit pour finir lui-même, soit pour servir un coéquipier ouvert, vous obtenez un passeur prolifique qui va grandement renforcer ce domaine qui manquait cruellement au Thunder l’année dernière..

Sa défense

Assez parlé de l’attaque, évoquons à présent l’autre côté du terrain, car là aussi : il y a des choses à dire sur lui. J’ai déjà souligné son premier point faible lorsque j’ai présenté le joueur tout à l’heure : son envergure. Si jamais Daigneault décide de le faire défendre des postes 3, Giddey risque de se retrouver fortement désavantagé par cette petite envergure qui va l’empêcher d’être une réelle menace pour les attaquants adverses. Et comme il ne sera pas un monstre physique, il ne pourra pas non plus mettre son corps en avant pour compenser.

En plus de cela, ce qu’on a vu défensivement de Josh Giddey n’est pas très satisfaisant. En effet, il n’a pas vraiment la mobilité latérale pour tenir sur des attaquants adverses, voire même pour simplement les gêner. Je vois donc difficilement Giddey être capable de tenir sur des switchs ou sur des 1v1. Trop souvent il a été vu en train de défendre debout, défaut vu chez beaucoup de rookies scoutés d’ailleurs, et il a parfois manqué d’envie sur certaines séquences.

Autre point que je n’ai pas aimé dans sa défense et sur lequel il doit progresser, c’est sur la navigation entre les écrans. En effet, si Giddey ne peut pas être un défenseur que l’on envoie sur le porteur de balle, il doit être un défenseur collectif, qui compense un manque de talent génétique défensif par son QI basket et son implication, à la manière d’un Kispert par exemple. Mais ce n’est pas le cas pour l’instant, et il va devoir apprendre à mieux gérer la défense sur pick and roll et à mieux close-out sur les joueurs. Tout ça peut se travailler, surtout avec un Luguentz Dort comme copain d’entraînement, mais il lui faudra surtout montrer plus d’envie, car il ne peut se reposer sur ses qualités athlétiques.

Néanmoins, est-ce que je pense que Josh Giddey sera un défenseur lower-average en NBA ? Non, car ce que j’ai vu défensivement quand il était motivé me laisse espérer qu’il pourra, comme son shoot, progresser via son éthique de travail. Car oui, tout n’est pas négatif chez Josh Giddey en défense. L’effort n’était pas top certes, mais l’awareness en revanche l’était et il semble toujours prêt à réagir et à s’adapter à ce que va faire l’attaque adverse. J’ai plutôt bien aimé la façon dont il venait en aide défendre le joueur qui roulait, où il a montré encore une fois son intelligence et qu’il n’était pas si négatif que ça en défense collective. Une intelligence qui se traduit par le 1,1 steal par match en NBL. Alors oui bon intercepteur ne veut pas dire bon défenseur, mais ça montre quand même qu’il est actif, bien positionné et intelligent pour savoir quand piquer la balle des mains de l’attaquant adverse. 

Difficile donc de savoir quel poste il pourra réellement défendre à l’avenir, puisqu’il manquera de vitesse latérale pour tenir face aux purs 1 et il manquera de physique pour défendre face aux 3. Est-ce qu’il sera le joueur que l’on enverra en mission défensive sur le meilleur attaquant adverse ? Sûrement pas. Malgré cela, je pense que, grâce à son intelligence, il sera un bon défenseur collectif, en deuxième rideau, prêt à venir au bon moment en aide ou à faire une interception. Je suis presque à dire que sur switch et face à des joueurs moins talentueux en attaque il pourra tenir mais ça reste encore très long avant de voir ça chez lui. Mais je vois plus Giddey devenir un défenseur correct qu’un mauvais défenseur ciblé par les coachs adverses. Le chemin sera long là aussi mais le comportement du joueur et encore une fois l’éthique de travail du Thunder et de Josh me laisse penser qu’il le peut.

Son fit avec le Thunder

Même si le fit n’est probablement pas rentré en compte dans la tête de Sam Presti au moment de choisir Giddey, il est tout de même intéressant (même si plutôt subjectif) d’essayer de voir comment Giddey va évoluer avec les autres jeunes du Thunder. Et je trouve qu’en terme de fit, on pouvait difficilement faire mieux, en tout cas offensivement. En effet, le Thunder version 2020-2021 était une équipe qui manquait de rotation à l’aile et surtout, surtout, de playmaking. Ce n’est pas pour rien que 85% des paniers inscrits par SGA étaient unassisted et ce n’est pas non plus pour rien qu’il était le meilleur passeur du Thunder alors qu’il n’est pas un créateur d’élite pour les autres. Josh Giddey vient résoudre ces deux problèmes. Déjà au niveau du poste, je pense que même s’il doit et sera utilisé en tant que PG, Daigneault n’hésitera pas à l’utiliser parfois au poste 3, encore plus quand on voit l’embouteillage au poste 1 et 2, même en cas de trade de Kemba. Giddey viendra donc apporter ce playmaking en 3, comme a pu parfois le faire un Poku cette saison. C’est d’ailleurs avec ce dernier que j’ai le plus de doutes concernant le fit. Si je ne doute pas que les deux joueurs sont très intelligents et qu’ils sauront cohabiter ensemble sur le parquet, les limitations défensives des deux et leur profil similaires (même si pas la même taille et envergure) me fait me poser des questions sur une potentielle association, par exemple avec un Giddey en 3 et un Poku en 4.

En revanche, je trouve que l’association avec Dort, avec Bazley, avec JRE ou avec Mann est excellente. Excellente parce qu’elle évitera à Bazley ou à Dort de devoir créer balle en main, chose qu’ils devaient faire l’année dernière. Dans cette situation, Dort va grandement bénéficier des talents à la passe de Giddey pour avoir des paniers faciles via des cuts ou des tirs encore plus ouverts à 3pts. Même chose pour Bazley, qui pour moi doit plus devenir un joueur off-ball qu’un réel ball-handler. Concernant JRE et Mann, là aussi le fit me semble excellent. Tout simplement parce que Jeremiah Robinson-Earl est un excellent joueur au poste, doté d’un bon footwork, et que Giddey sait servir les intérieurs dans les meilleures conditions, et que Mann n’aura pas besoin de créer (chose dans laquelle il n’est pas à son aise) pour se concentrer sur le scoring (où là il excelle).

Mais le vrai point excitant, c’est l’association avec Shai Gilgeous-Alexander. Je l’ai répété toute l’année, le vrai poste de Shai est un 2 scorer qui peut créer quand il le faut, mais pas un poste 1. Et quand on parlait de James Boukinght, je n’étais pas fan car je n’aimais pas un back-court avec deux scorers primaires qui ne sont pas des passeurs first. Avec Giddey, c’est tout l’inverse. Défensivement je trouve que la triplette Giddey en 1, Shai en 2 et Dort en 3 pas déconnante, avec un défenseur élite, un bon défenseur et un qui peut rapidement devenir average. Et offensivement, voir Giddey et SGA en même temps sur le parquet me laisse imaginer le potentiel offensif des deux, l’un créateur et l’autre dans un pur rôle de scorer, quasiment débarrassé de toutes les tâches de création.

Drafter Giddey, c’était s’assurer un excellent coéquipier qui va rendre tout facile pour les autres, point que Sam Presti a largement souligné dans sa conf de presse post-Draft. Et comme en terme de mentalité (humilité, gros bosseur) Giddey colle aussi avec le Thunder, on ne peut que se dire qu’il coche toutes les cases pour parfaitement s’insérer dans l’effectif et dans la franchise.

Que penser de cette décision de le drafter en 6 ?

La principale réaction à ce choix 6 du côté des fans d’OKC a été la surprise. En effet, quasiment rien ne laisser penser que Josh Giddey allait être un joueur du Thunder tant tout semblait indiquer que Bouknight allait être le choix de Presti à partir du moment où monter n’était plus possible. De son côté, Josh était un quasi lock en 10 chez les Grizzlies pour tous les insiders qui suivent la Draft de très près. Mais encore une fois, Presti a montré qu’il ne faut pas écouter les médias, ou alors que les franchises s’amusent à lancer beaucoup d’écrans de fumées lors des derniers jours avant la fameuse cérémonie. Je pense que le choix de Giddey n’est pas illogique, il est même si évident que j’ai du mal à croire que nous tous qui suivons le Thunder n’y ont pas pensé : Il est jeune, avec un profil atypique, un gros potentiel, intelligent et provient d’un cursus hors NCAA (lui pour le coup a joué avec des pros, comme Green et Kuminga). 

Je pense que la déception suite à sa sélection vient pas tant du fait que l’on considère que le joueur est mauvais mais plutôt du fait que nous étions tous préparés à voir autre chose, et que forcément, lorsque quelque chose attendu depuis des semaines ne se passe pas prévu, c’est la déception qui prime en premier. Mais au final, avec le recul et hormis quelques sceptiques, ce choix est plutôt bien accueilli par les fans du Thunder, qui commencent à voir en Giddey ce que voit Presti.

La question s’est posée de savoir si Giddey en 6 était trop haut. En effet, il était plutôt prévu en toute fin de top 10, même avant le trade de Memphis, soit-disant pour le récupérer. Cette place non prévue dans les mocks est aussi ce qui a participé à énerver certains fans, mais on peut se poser la question de si c’était vraiment un si gros reach que ça. Pourquoi ? Parce que certains articles sortent et il a été dit que les Warriors étaient très très intéressés à l’idée de le prendre en 7. Là aussi, les GM ont caché leur jeu et au final notre déception porte pas tant sur le joueur que sur l’idée qu’on s’était faite du classement de ce Draft 2021, en lisant différentes mocks ou en écoutant différents journalistes.

Au final est-ce que le choix Josh Giddey en 6 est un pari ? Oui, très clairement. Probablement le plus gros pari de Sam Presti depuis Russell Westbrook en 2008, parti en 4 alors qu’il était prévu fin de top 10. Est-ce que c’est un reach ? Finalement pas tant que ça quand on lit ce qui se dit sur lui. Dans tous les cas, j’espère, à défaut de vous avoir convaincu, que le profil de Josh Giddey est désormais plus clair pour vous. De nôtre côté, on est très impatient de le voir en action et de voir comment il va se développer chez nous, parce que le joueur est quand même assez fun à regarder jouer. Premier élément de réponse très vite avec la Summer League de Vegas, qui débutera le 8 août prochain, et où il a déjà été annoncé que Giddey sera présent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s