Kings 103 – 99 Thunder – Match #66

Après une défaite avec les honneurs face à l’une des meilleures équipe NBA en la personne des Suns lors du précédent match, le Thunder poursuit son home-stand et sa fin de saison avec la réception des Kings de Sacramento. Match très important qui donne le départ de 5 matchs contre seulement 2 équipes : un triple affrontement face à Sacramento entrecoupé d’une double confrontation face aux Warriors. Ces 5 matchs et leurs résultats seront probablement ce qui déterminera le classement final du Thunder à l’issue de la saison.

Beaucoup d’absents des deux côtés. Pour le Thunder, on a les habituels Shai, Horford et Muscala qui sont out auxquels est venu se rajouter Poku pour ce match. Côté Kings, ce n’est pas beaucoup mieux : Fox est en protocole COVID, le pauvre Haliburton a subi une blessure qui vient probablement de mettre fin à sa saison tandis que Barnes est lui aussi laissé au repos. Au final, un match où le Thunder avec un 5 constitué de Maledon, Dort, Roby, Bazley et Brown, pouvait être considéré comme le favori.

Fil du match

Le premier quart-temps, comme le reste du match soyons honnête, n’est pas un modèle de beau basket. Côté Thunder, on trouve une certaine agressivité, notamment près du cercle, mais cette agressivité n’est pas récompensée, la plupart des drives donnant des lay-up contestés voire contrés à de nombreuses reprises, notamment par Holmes. C’est ce même Holmes qui va se régaler dans notre secteur intérieur, à grand coup de putback et de cross sur un Moses Brown qui, même s’il a été actif au rebond offensif, n’a pas livré une bonne performance défensive. On peut néanmoins voir s’illustrer Darius Bazley, qui a débuté le match avec toutes les envies du monde. En effet, le sophomore va prendre 8 tirs sur ce premier quart, et le terminer avec 10 points. Si on ajoute à ça un Dort qui rentre ses tirs et des Kings un peu brouillons en attaque, on obtient un 1er quart où les deux équipes se tiennent. Néanmoins l’arrivée sur le parquet des remplaçants va marquer un coup d’arrêt pour l’attaque du Thunder, déjà pas très glorieuse depuis le début du match. Cela va permettre aux Kings de prendre l’avantage et de mener 25-20 au bout de 12 minutes.

Le second quart-temps est un petit peu mieux en attaque. On y voit notamment un Gabriel Deck très en forme, dans un style encore très européen, à l’inverse de nombreux principes de base de la NBA de 2021, mais aussi un Ty Jerome qui rentre quelques tirs. Mais ce coup de mieux offensif du Thunder coïncide aussi avec un coup de mieux pour l’attaque des Kings : Terrence Davis en profite pour se montrer tout comme Delon Wright. Ce seront au final les dernières minutes du quart-temps et le retour des titulaires qui vont marquer le début du lead pour les Kings. Alors que le score était de 37 à 35 en faveur du Thunder à moins de 5 minutes de la mi-temps, Sacramento va accélérer et coller un 17-6 en l’espace de 3 minutes : une très grande adresse pour eux tandis que le Thunder ne met pas un pied devant l’autre en attaque. OKC parvient néanmoins à sauver les meubles grâce à un 3 de Maledon dans les derniers instants du second quart-temps pour réduire l’écart à 10 points, 46 à 56.

Comme d’habitude, le retour des vestiaires n’est pas positif pour le Thunder, bien au contraire. Jusqu’ici l’attaque du Thunder n’était pas bonne, elle devient complètement amorphe et inexistante durant ce troisième quart : pas de mouvement de balle, des joueurs qui jouent chacun leur tour, une sélection de tirs aléatoire, tout cela donne des possession sans marquer pour OKC tandis que les Kings n’ont qu’à profiter du repli défensif souvent hasardeux des hommes de Mark Daigneault pour marquer. Et comme en plus de cela ils sont adroits derrière l’arc durant ce stretch, cela ne fait qu’augmenter l’écart qui passe à +17 en faveur des Kings à 3 minutes de la fin du quart-temps. Les titulaires n’étant pas vraiment dans leur assiette, Daigneault donne du temps de jeu supplémentaire au banc, et même s’il n’est pas extrêmement adroit non plus, ce banc parvient à réduire petit à petit l’écart, notamment grâce à l’énergie qu’il a, complètement à l’opposé d’un 5 qui semblait subir. Une fin de QT plutôt positive permet au Thunder de n’être qu’à 12 points des Kings (69-81), quand bien même un écart de 17 ou 18 aurait été plus logique vu la physionomie qu’avait pris ce match.

Mais c’est à partir de ce moment que le Thunder va faire peur à ses fans. Alors que jusqu’ici nous étions plutôt confiants sur le fait que OKC allait perdre ce match, notamment parce que, malgré un retour à 8 ou 9 points, le Thunder n’est jamais parvenu à vraiment recoller au score, les hommes de Mark Daigneault vont nous faire une fin de match qui va provoquer quelques sueurs froides à la commu. Le score est alors de 98 à 87 en faveur de Sacramento à moins de 5 minutes de la fin, et c’est à ce moment que le Thunder, comme lors du match face aux Suns, va réaliser un gros come-back. Le principal artisan de ce combe-back sera Bazley, qui va tout faire, à l’énergie, pour essayer de faire revenir son équipe. Et cette attaque se conjugue aussi avec une défense qui n’encaisse plus un panier. Pendant près de 4 minutes les Kings ne vont pas marquer un seul point, et cela permet au Thunder de réduire l’écart, pour finalement se retrouver à -2 avec la balle et encore 81 secondes à jouer. Mais cette occasion va être manquée, la faute à un Delon Wright héroïque qui va piquer la balle des mains de Maledon pour aller inscrire le lay-up ensuite et redonner deux possessions d’avance aux Kings. Mais ce n’est pas encore termine ! Sur l’action suivante Bazley envoie un gros and-one qui remet le Thunder à 1 point. S’en suit une action foirée pour les Kings qui débouche sur une faute offensive, et OKC a la balle pour passer devant : le drive de Bazley est bien défendu par Wright qui lui fait perdre la balle. C’est ce même Wright qui ensuite va marquer le layup pour redonner 3 points d’avance à Sacramento. Il faudra alors un in and out de Roby pour sceller la fin du match. Défaite du Thunder sur le score final de 99 à 103, mais que ce fut stressant.

MVP

Sans grosse surprise Darius Bazley est une nouvelle fois le MVP de cette nuit pour le Thunder. Le duel aurait pu se faire avec Deck, excellent pendant l’intégralité du match là où Bazley aura été plus irrégulier. En effet, il aura marqué le début de match par une grosse entame, pleine d’agressivité et de volonté de prendre la balle, de volonté d’aller marquer, que ce soit en drive lancé ou sur des tirs à 3 points. On pensait que les 10 points du premier-quart couplés à sa volonté de prendre beaucoup de tirs allait donner lieu à un nouveau record en carrière mais ce ne fut pas le cas, notamment parce que Bazley aura eu, comme le 5 majeur, un comme de mou sur le reste du match. Dans une attaque bien plus brouillonne, il a recommencé à reperdre des ballons et à s’effacer un peu plus derrière un Dort encore une fois très maladroit en attaque. Et puis arrive les dernières minutes. Comme lors du match face aux Suns, ces dernières minutes démontrent tout le potentiel que possède Bazley, et pourquoi il faut continuer de croire en lui. Il aura fait beaucoup de bonnes choses dans le clutch, notamment une grosse défense, un impact important au rebond offensif mais surtout, une facilité à alterner entre les tirs extérieurs et les drives, réussissant à faire les deux. Et même s’il manque le tir pour nous faire passer devant, il ne faut pas diminuer sa grosse fin de match. Il reste 6 matchs cette saison, on sait que SGA ne reviendra pas, on sait que Dort et Poku peuvent souvent faire des tours à l’infirmerie, à Bazley de continuer comme cela et de prouver qu’il peut être un acteur majeur de la reconstruction à OKC.

Débrief

Un banc largement au-dessus du 5 majeur

Globalement, cette nuit, on aura vu deux Thunder différents : si en attaque les deux versions étaient les mêmes, à savoir extrêmement maladroites, pas capable de jouer ensemble et malmenées par le physique des Kings, dans l’énergie ce fut tout autre. Si du côté du 5 majeur, on a vu une équipe qui aura passé la majeure partie du match à subir sans réellement se battre et chercher à répondre, comme en témoigne le match quasi fantôme de Maledon on un Roby qui ne se sera montré que très sporadiquement, du côté du banc c’était tout autre. Daigneault a une nouvelle fois changé ses rotations sur le banc, redonnant du temps de jeu à Hall et Hoard, qui n’avaient pas joué lors du match face aux Suns et en laissant Kenrich Williams sur le banc tout le match. Cela a donné lieu à des joueurs qui auront essayé tout le match de s’accrocher, c’est d’ailleurs eux qui empêchent que l’écart ne grandisse trop dans le début du quatrième quart pour ensuite permettre aux titulaires de faire ce run. On aura vu un Ty Jerome plus discret qu’à l’habitude, un Svi pas forcément très inspiré mais un excellent match de Deck et une performance tout à fait satisfaisante de la part d’Hoard, tandis que celle de Hall était plus en montagnes russes. Malgré tout, cette résilience et cette énergie qu’a apporté le banc du Thunder a fait plaisir, surtout si on le compare au manque de combativité du 5 majeur. 

Une fin de match qui aurait pu coûter cher

Après une victoire qui s’est décidée dans le clutch alors qu’elle n’était pas prévue face aux Celtics la semaine dernière, après une fin de match qui a bien failli envoyer tout le monde en prolongations face aux Suns lors du match précédent, le Thunder était à très peu de choses de refaire le coup. Alors que la quasi totalité du match a été morne et, soyons honnête, plutôt pénible à suivre tant l’attaque ne parvenait à rien faire, ces 4 dernières minutes auront eu le mérite de donner du piment à ce match. Fort heureusement, ce run de fin de match n’aura au final pas eu de répercussion sur le résultat final du match, mais il faut constater que le Thunder ne laisse pas tomber un match depuis la raclée subie face aux Pacers. Par deux fois, OKC a su dans le clutch verrouiller sa défense et, notamment grâce à Bazley, trouver des solutions en attaque. Alors, il ne faudrait pas trop répéter ce genre de fin de match sur les 6 matchs restants, parce que cela pourrait donner lieu à des victoires, mais il faut constater que dans le clutch et ce à deux reprises, le Thunder a su cadenasser sa défense tout en haussant son niveau en attaque.

En bref

Highlights

Nouvelle défaite pour le Thunder à domicile, cette fois-ci contre des Kings diminués mais qui auront encaissé moins de 100 points. Une fin de match plutôt folle aurait pu tout faire basculer mais le Thunder conserve solidement sa 27ème place au classement, en attendant les matchs d’Orlando, de Cleveland et des Wolves qui jouent tous cette nuit. Prochain match pour le Thunder : vendredi à 4h face aux Warriors et l’homme le plus chaud du système solaire : Stephen Curry.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s