Thunder 103 – 140 Suns – Match #48

Après une victoire face aux Raptors il y a quelques jours, victoire qui est grandement venu endommager le tank, le Thunder se lance dans un back-to-back périlleux avec un déplacement à Phoenix puis un autre du côté de Portland, à l’autre bout du pays. C’est d’abord face aux coéquipiers de CP3 que les hommes de Mark Daigneault allaient se frotter, et plus globalement c’est face aux coéquipiers de CP3 que les hommes de Mark Daigneault allaient se faire défoncer.

Quasiment aucun changement dans le 5 majeur comparé à la victoire face aux Raptors. Ty Jerome, absent lors de ce dernier match, est de retour mais le 5, composé de Maledon, Svi, Poku, Roby et Brown, reste identique. Du côté des Suns, on a un 5 très solide, capable de tout faire sur un parquet avec le Point God, Devin Booker, Mikal Bridges, Jae Crowder et DeAndre Ayton.

Fil du match

Que dire de ce premier quart ? Honnêtement je pourrais juste écrire ‘’nul’’ pendant plusieurs lignes que vous arriveriez quand même à comprendre à quel point on a été pire que tout durant ces 12 premières minutes. Ca commence, dès le tip-off, par un CP qui envoie DeAndre Ayton dans les airs, action que semble apprécier les Suns et qui démontre une nouvelle fois le QI basket dément de Chris Paul. Du QI basket, c’est bien ce qu’il manque à certains joueurs du Thunder, notamment le duo Roby/Brown. Les deux joueurs ont essayé de faire ce qu’ils pouvaient mais il aurait peut-être été mieux pour tous qu’ils s’abstiennent : des pertes de balle, des lay-ups relativement faciles manqués, aucun impact en défense, bref deux jolis plots. Et comme le reste de l’équipe n’a absolument aucune adresse, comme en atteste le 0/4 de Maledon, on se retrouve avec un Thunder qui shoote à seulement 16,6% sur le premier quart. 13 points seulement marqués, c’est famélique. Et en plus de cela, les Suns sont extrêmement adroits derrière l’arc. Tout ceci a comme conséquence de creuser un écart très important à la fin de ce quart-temps, puisque qu’OKC accuse déjà 30 points de retard (13-43) ! 

On se dit qu’à ce rythme, cette équipe parviendra à être plus ridicule que les Warriors l’ont été face aux Raptors, et pourtant c’est à partir de ce moment que le Thunder va retrouver un semblant d’attaque. En effet, la sortie des deux clowns à l’intérieur au profit de Kenrich Williams et de Tony Bradley va apporter une certaine stabilité à cette équipe, que ce soit défensivement ou offensivement. Mais surtout, le Thunder va commencer à rentrer ses tirs extérieurs, beaucoup de tirs extérieurs : 9 dans le seul second quart-temps, record de franchise égalé. Et ces 9 tirs sont le fait de trois hommes, quasiment les seuls qui auront été bon cette nuit : Kenrich Williams, qui manque cruellement de temps de jeu tellement il est régulier, Poku, qui aura été très bon cette nuit et de plus en plus en confiance, mais surtout de Theo Maledon. C’est durant ce quart-temps que le français va nous envoyer un 4/5 derrière l’arc pour un total de 16 points. Grâce à cette adresse et à un semblant de défense retrouvé par l’équipe, OKC parvient à grignoter une partie de son retard, remportant le quart-temps 37 à 30, ne se retrouvant mené ‘’que’’ de 23 points à la mi-temps, 50 à 73.

Le retour des vestiaires est lui aussi intéressant. On sent que le Thunder va mieux et que Maledon est dans un grand soir : il rentre tout, obligeant les Suns à venir le trapper, ce qui permet à Poku ou d’autres d’avoir plus d’espaces pour marquer. OKC parvient au début de ce quart à revenir à moins de 20 points (64-82), obligeant les Suns à prendre un temps-mort, histoire de calmer toute tentative de come-back. Ce serait un euphémisme de dire que ce TM fut efficace pour les Suns, tant ils ont tout de suite repris le contrôle du match. C’est notamment Devin Booker qui se sera chargé de faire beaucoup de mal à la défense du Thunder, lui qui aura marqué 30 points. Côté OKC, Maledon profite de ce match et du bonus pour battre son record en carrière sur la ligne des lancers et terminer le quart-temps avec 28 points. Cependant, l’écart a grandi et c’est désormais 27 points d’avance que possèdent les Suns (100 à 73).

Le quatrième quart n’a au final que peu d’intérêt : Phoenix va très vite faire repasser l’écart au-delà des 35 points, Maledon va en profiter pour améliorer son career-high avec 33 points, Justin Jackson va se montrer performant dans ce garbage-time et Tony Bradley va tenter des 3pts alors qu’il devrait profiter de ces minutes pour montrer son talent près du panier, pas du grand basket quoi. C’est finalement sur le score de 103 à 140 que s’incline le Thunder. Une bonne petite raclée qui passera relativement inaperçue puisqu’elle reste relativement gentille par rapport à la raclée subie par les Warriors. En tout cas une défaite logique qui permet d’éviter au Thunder de recoller avec les Kings et les Pels au classement.

MVP

Il n’est pas très difficile de choisir le MVP de ce match. Déjà parce que seulement 3 voire 4 auront été bon sur ce match, et puis aussi parce que la performance de Théo Maledon fut éclatante. En difficulté dans le premier quart avec un 0/4 et des pertes de balle, il aura su très bien réagir en réalisant un second puis un troisième de haute qualité. Son adresse extérieure était présente ce soir, comme elle l’est de plus en plus souvent au cours de la saison. Il a tenté des tirs difficiles qui sont rentrés, notamment des floaters qui n’étaient pas évidents. Les Suns auront d’abord tenté de mettre Chris Paul en défense sur lui, en vain, puis Jae Crowder, encore une fois en vain. Il aura fallu une trappe quasi systématique pour voir Maledon un peu plus en difficulté. Mais son match reste malgré tout très solide : 33 points, 5 rebonds et 3 assists, à 10/18 au tir et 5/7 à 3pts. Nouveau record en carrière pour lui donc, le deuxième rookie de l’histoire du Thunder à marquer autant de points sur un match. A seulement 19 ans, Théo Maledon montre qu’il possède des qualités qui feront de lui un role player très utile dans les années à venir. Probablement pas une option offensive primaire sur qui on peut se reposer, mais un rôle comme celui de son ancien coéquipier : George Hill. Et aujourd’hui, il est extrêmement utile d’avoir un joueur du calibre de George Hill dans son équipe. 

Débrief

Des jeunes qui se montrent

Sur ce match, on peut voir une sorte de scission entre les jeunes du Thunder : on a d’un côté ceux qui performent régulièrement, qui vont probablement avoir une place dans l’effectif en plus du temps de jeu l’année prochaine, et puis ceux qui feraient mieux de réagir très rapidement. Du côté des bons joueurs, on a déjà évoqué l’excellent match de Maledon, mais il faut aussi évoquer celui de Poku. Lui qui, hormis son aspect défensif, était quasiment négatif dans tous les aspects du jeu en début de saison, se transforme petit à petit en un vrai joueur NBA. Il l’a encore prouvé cette nuit avec une performance collective et individuelle de qualité. Lui qui ne rentrait rien en début de saison semble trouver un petit peu d’adresse depuis le retour du break, comme ce fût le cas cette nuit. Il va aussi plus souvent sur la ligne, preuve d’une agressivité qui se développe chez lui. Il a aussi pas mal participé à la création et aura montré ce côté all-around qu’on lui donne depuis sa draft. Le troisième bon joueur de ce match fût Kenrich Williams. Il est clairement moins jeune que les deux autres mais il est encore une fois excellent. Toujours un bon impact en sortie de banc, toujours de l’adresse, toujours bien placé au rebond offensif, il fait un bien fou à cette équipe du Thunder. C’est d’ailleurs à se demander pourquoi Daigneault ne le fait pas plus jouer, voire starter. Mais toujours est-il que ces 3 joueurs multiplient les bonnes performances et vont très probablement être des joueurs à surveiller lors des futures saisons.

Et d’autres qui se montrent aussi… mais pour le pire

Si Maledon, Poku et Kenrich enchaînent les bonnes performances, il y en deux qui eux ne sont pas dans le même registre. Je leur ai déjà tapé dessus durant l’article mais je m’apprête à leur retaper dessus. Pourquoi ? Parce qu’ils sont titulaires et que beaucoup sont là pour les défendre. Ces deux jeunes sont donc Roby et Brown. Déjà cette raquette n’arriverait pas à défendre sur moi, alors que je suis à peu près aussi bon au basket qu’Andre Roberson l’est aux lancers-francs. Mais s’ils compensaient cette mauvaise défense par une bonne attaque, cela m’irait. Mais le problème c’est que les deux ne sont pas capables d’attaquer correctement depuis quelques matchs. Roby devient catastrophique, il ne sait que foncer tout droit, n’est jamais dans le bon tempo, ne délivre jamais la bonne passe au bon moment, il est affreux. Du côté de Moses Brown, bizarrement, depuis sa signature de contrat, il est redevenu un non-joueur de basket, n’ayant plus du tout le même impact qu’avant. Et encore une fois, les deux sont titulaires, alors qu’une raquette Kenrich/Bradley serait beaucoup plus complémentaire et intéressante à voir évoluer. Toujours est-il que les deux ont intérêt à vite se remettre à jouer convenablement, sous peine de potentiellement perdre leur place dans la rotation.

En bref

Highlights

Victoire très autoritaire des Suns dans un match où le Thunder n’aura existé qu’une quinzaine de minutes. On retiendra surtout la grosse perf du duo Poku/Maledon et on fermera les yeux sur le reste. De toute façon, pas le temps de se poser puisque le Thunder se déplace à Portand cette nuit à 4h pour y retrouver le vieux copain Damian Lillard.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s