Thunder 114 – 112 Rockets – Match #42

Avec une magnifique série de 19 défaites de suite, il est temps pour les Rockets de gagner et le Thunder est l’équipe la mieux placée pour les aider à accomplir cet exploit. On rappelle une nouvelle fois que le Thunder possède le tour de draft des Rockets seulement si celui-ci n’est pas top 4. Une défaite pour sortir Houston de la galère serait donc la bienvenue.

Comme d’habitude depuis le All-Star break, OKC doit faire avec de nombreuses absences. Maledon, Dort, Poku, Roby et Brown débutent donc la rencontre. De l’autre côté, Stephen Silas aligne un 5 composé de Wall, Oladipo, House, Tate et Wood.

Fil du match

Sans surprise, le match débute avec beaucoup de déchets de la part des deux équipes. Les absences côté Thunder se font directement ressentir, notamment à la création sur demi-terrain. Les deux équipes manquent aussi d’adresse et les paniers marqués le sont souvent en transition. Luguentz Dort et Isaiah Roby prennent les choses en mains pour OKC, John Wall et Christian Wood le font pour les Rockets. Les quatre joueurs ratent beaucoup mais sont importants pour leur équipe dans ce début de match. Le Thunder profite de l’entrée de son banc pour faire un premier petit écart avant la fin du QT. A noter les premiers points de Svi Mykhailiuk sous ses nouvelles couleurs ! 29-22 après 12 minutes.

Le Thunder entame bien mieux le second QT que le 1er. Toute la second unit participe au jeu offensif et profite bien de la faible défense des Rockets pour scorer. Les joueurs ne cherchent pas à jouer compliqué et ça paye. Houston reste au contact grâce à une adresse retrouvée à 3 points, qui perdurera jusqu’à la mi-temps. Le retour des titulaires n’arrange pas les affaires du Thunder puisque, comme au premier QT, les joueurs de l’Oklahoma ont du mal, en particulier à la création sur demi-terrain. Mi-temps : 66-62, avec deux équipes plutôt adroites pour le moment.

Bien emmené par un bon Christian Wood, les Rockets repassent devant le Thunder assez vite dans le 3ème QT. Côté Thunder, les shoots ne rentrent toujours pas et la création est toujours aussi mauvaise lorsque le 5 majeur est sur le terrain. Cela permet à Moses Brown de dominer au rebond offensif. Malheureusement, le but du basket-ball est de mettre le ballon dans le panier, pas de prendre des rebonds. Deux trois points de Poku remettent les joueurs sur les bons rails. Roby, dont on a encore peu parlé, continue d’être bon et porte le Thunder avec Dort en attaque. Ils permettent au Thunder de reprendre l’avantage en fin de QT. La second unit entre donc dans de bonnes conditions et garde facilement cette légère avance jusqu’au buzzer. 90-85, et un dernier QT serré qui s’annonce.

Houston démarre le dernier acte en défendant en zone. Très bon coaching de Silas puisqu’OKC manque toujours d’adresse et surtout de création. Les joueurs du Thunder ne trouvent pas la solution et n’arrivent pas à créer des décalages intéressants. Pourtant, la zone ne durera que 3 minutes. Les défenses se resserrent en mettant, au moins, de l’intensité. Wall, Oladipo et Wood font mal au Thunder à tour de rôle. Dans une fin de match très serrée, c’est finalement le collectif d’OKC qui va l’emporter. Dans le clutch, on a pu voir Maledon scorer, Roby mettre des lancers, mais surtout Dort contrer violemment Wall à moins de 10 secondes de la fin du match ! Malgré beaucoup de déchets, OKC l’emporte et enfonce donc encore plus les Rockets qui sont maintenant à 20 défaites de suite.

MVP

Dans ce match aussi serré que médiocre, Luguentz Dort est, assez incontestablement, notre MVP de la rencontre. 23 points, 3 rebonds, 3 passes, 1 interception et surtout 1 contre ultra clutch sur John Wall dans les dernières secondes du match. En plus de cette très belle ligne statistique et de son contre clutch, Dort a pleinement assumé un rôle de leader offensif en l’absence de Shai Gilgeous-Alexander. Comme d’habitude, le canadien a mit énormément d’intensité dans ses drives et ses finitions. Il a été aussi un des seuls à créer balle en main pour le Thunder. On peut tout de même lui reprocher une adresse extérieure assez moyenne (3/10), mais celle-ci s’explique par l’augmentation de ses responsabilités en raison des différentes absences, et de la création surtout pour lui-même. Lu Dort a aussi été moins extraordinaire que d’habitude en défense sur les guards adverses (47 points pour le duo Wall/Oladipo) . Cependant, comme dit précédemment, il a su être bon quand il le fallait avec son contre en fin de match.

Débrief

Un 5 de départ qui n’a pas fonctionné

Comme souvent depuis le All-Star break, Daigneault a dû faire avec des absences et a aligné un 5 très original. Malheureusement, celui-ci n’a pas réellement fonctionné. Maledon et Dort, les deux seuls guards du 5 et seuls porteurs de balle, étaient chargés de s’occuper de la création. Si Dort a été capable de créer pour lui, les deux joueurs ont eu du mal à créer pour les autres, mettre en place des systèmes et provoquer des mouvements. Cela s’explique par de talent globalement de l’effectif, mais aussi par le manque de spacing avec aucun réel shooteur sur le terrain.

En plus de ces problèmes offensifs, les joueurs du 5 majeur ont été aussi en difficulté de l’autre côté du terrain. 112 points encaissés au total face à une des moins bonnes équipes de la ligue, dont 92 venant du quatuor Wall, Oladipo, House, Wood. Malgré la victoire, les joueurs ont semblé moins déterminés. Cette tendance semble exister depuis le All-Star break et s’explique sûrement par les nombreuses absences et une possible envie de tanker de la part des dirigeants.

Un apport du banc différent du 5 majeur

Contrairement au 5 de départ, les joueurs du banc se sont montrés beaucoup plus impliqués des deux côtés du terrain. Le ballon circulait mieux et les joueurs de la rotation ont mis plus d’intensité défensive. Jackson et Mykhailiuk ont été adroit et très importants au scoring (15 points chacun), Williams a apporté son énergie débordante des deux côtés du terrain et son profil complet dans tous les secteurs de jeu. Quant à Ty Jerome, il a été important balle en main bien qu’il ait été maladroit au tir (1/6). Jerome (+10), Williams (+9) et Mykhailiuk (+2) sont d’ailleurs les trois meilleurs joueurs de l’équipe au ratio +/-. Le banc du Thunder a aussi fortement limité celui des Rockets puisqu’il n’a inscrit que 12 points durant toute la rencontre.

En bref

Highlights

Le Thunder s’est donc imposé dans ce match très important en vu de la draft. Les hommes de Mark Daigneault n’ont pas forcément fait la meilleure affaire dans l’optique de la loterie mais chaque victoire est bonne à prendre, d’autant plus lorsque le match est serré. Prochain rendez-vous dès ce soir en back-to-back face aux Wolves, un autre concurrent au premiers picks de draft.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s