Nuggets 126 – 96 Thunder – Match #34

Après une belle victoire face aux Hawks la nuit précédente, le Thunder enchaîne son deuxième match du back-to-back en affrontant un adversaire de division : les Nuggets de Denver. Les deux premières confrontations s’étaient soldées par une victoire de Denver, il en a été de même cette nuit aussi.

Du côte du Thunder, on a assisté toujours à ce roulement pour la place de titulaire au poste 5. En effet, Horford, absent la veille, est de retour et reprend donc sa place dans le 5 aux côtés de Maledon, Shai, Dort et Bazley. Pas mal d’absents du côté des Nuggets, ce qui donne un 5 remodelé avec Murray, Morris, Barton, Porter Jr. et Jokic.

Fil du match

Il va être très compliqué de faire le résumé du fil du match tant il n’y aura pas eu de match entre les deux équipes. En effet, le Thunder va subir d’entrée une énorme adresse extérieure de la part des joueurs de Denver, notamment le 4/4 de Michael Porter Jr. De son côté, OKC n’arrive pas à trouver de rythme et d’adresse en attaque, fait des mauvais choix et n’est tout simplement pas capable de rivaliser. Résultat : un 24-6 infligé d’entrée et des joueurs qui ne font rien pour réagir, ou qui ne semble pas être en mesure de pouvoir réagir. L’entrée des remplaçants et les 3 temps-mort pris par Daigneault dans le quart-temps n’y changeront rien : les Nuggets prennent le large au bout de 12 minutes avec un score à la fin du premier quart de 38 à 20.

Le second quart-temps est un peu meilleur que le premier. En effet, les remplaçants apportent une énergie supplémentaire par rapport aux titulaires : ça manque toujours de réussite extérieure (qui sera le thème de la soirée) mais ça commence à se mettre à défendre, ça force des pertes de balle et c’est beaucoup plus présent au rebond offensif, à l’image d’un Kenrich Williams très présent dans ce domaine. Malheureusement, aucun come-back ne sera possible, la faute à une adresse folle pour Denver qui empêche OKC de rattraper son écart. Et si les remplaçants avaient plutôt fait le job, ce n’est absoluement pas le cas lorsque les titulaires reviennent. Au final l’écart se creuse encore plus entre les deux équipes à la mi-temps puisque Denver mène 65 à 43.

Après le retour des vestiaires, on pouvait penser que les 68% au tir de Denver et que notre maladresse globale allaient prendre fin. On pouvait seulement le penser, parce que Denver va continuer à nous martyriser, surtout à l’intérieur où on aura tout simplement pas existé. Ce troisième-quart est l’occasion pour certains de se montrer, notamment Bazley qui fait un bon passage, mais aussi de voir que la frustration, notamment chez Shai, est présente mais aussi que la fatigue dûe à l’enchainement des matchs se fait bien ressentir. Au final ce troisième quart n’a pas grand intérêt pour les deux équipes, et Denver ne semble pas vouloir relâcher son effort mais bien le poursuivre, puisqu’ils vont remporter ce quart-temps 34 à 26, augmentant l’écart à 30 points.

Le dernier quart sera 12 minutes de garbage time. Si ces dernières minutes auront tout de même permis à Murray de faire des stats, à Roby de bien noircir aussi sa feuille de match, rien n’avait vraiment d’intérêt. On peut néanmoins souligner le fait que Daigneault a decidé de faire jouer les 5 dernières minutes du match à Maledon et Bazley. Faire jouer les 5 dernières minutes d’un blow-out à des titulaires qui sont dans leur 3ème match en 4 jours, pas sûr que ce soit la meilleure idée de Daigneault cette saison. Néanmoins, après que l’écart ait flirté avec les 40 points durant le quart-temps, il ne sera au final  »que » de 30. Défaite donc du Thunder 96 à 126 dans un match où OKC n’aura jamais pu se battre pour la victoire.

MVP

Difficile d’élire un MVP tant la performance offensive globale aura été plutôt très très laborieuse. Pour une fois, la première depuis longtemps, Shai ne fait pas un grand match, bien défendu par Barton et qui semblait être frustré. Le MVP au final se joue entre deux joueurs : Isaiah Roby, qui s’illustre souvent dans les blow-out, et enfin Darius Bazley. C’est ce dernier qui a été choisi pour ce titre de MVP. Non pas que sa performance soit extraordinaire (il a notamment le pire +/- de toute l’équipe avec un -33), mais les deux derniers matchs de Bazley sont plutôt rassurants quand on voit ce qu’il a été capable de faire plus tôt. En effet, Bazley semblait être en très grande difficulté lors des derniers matchs, quasi fantomique lors de celui face aux Spurs, et on pouvait raisonnablement se demander si Bazley ne traversait pas une période très compliquée, que ce soit dans son jeu mais aussi mentalement. Ce back-to-back aura plutôt eu tendance à rassurer. Face aux Hawks et sans Horford, il aura su prendre les bonnes décisions en attaque et ne pas trop forcer. Cette nuit, il aura été quasiment le seul à surnager dans cette attaque médiocre du Thunder. Profitant quand même de la matchup plus que favorable défensivement avec MPJ, on a vu un Bazley plutôt agressif, qui fait encore des erreurs dans sa sélection de tirs mais qui a su se démarquer, notamment sur pick and roll, pour être trouvé sous le panier, souvent seul ou en tout cas relativement libre. Son tir extérieur a été de la partie cette nuit (3/8), chose extrêmement rare cette saison. Au final, sa rentrée durant le quatrième quart lui aura permis de faire ses stats et de terminer avec 22 points, son season-high et à seulement 1 point de son career-high. On ne sait pas si Bazley sera capable de poursuivre sur cette lancée tant le joueur est irrégulier cette saison, mais ce B2B aura eu au moins comme effet de rassurer le joueur et les fans sur son niveau actuel.

Débrief

Une fatigue qui s’est faite ressentir

Deuxième match d’un back-to-back, troisième match en 4 jours mais surtout un 16ème match sur le mois de Février pour le Thunder. Ce mois de Février était, on le savait, très compliqué pour la franchise de l’Oklahoma tant les matchs s’enchaînaient à une vitesse folle contre de gros adversaires. Et même si on peut dire que le mois a été relativement bien géré par OKC, on a bien ressenti une fatigue globale dans le match de cette nuit. Shai et Dort auront effectivement paru être les plus fatigués et leur temps de jeu a été relativement ménagé, surtout celui de Dort. Cette fatigue peut aussi expliquer en partie notre maladresse globale : difficile de rentrer des tirs extérieurs quand les joueurs n’ont pas l’énergie suffisante. Au final, ce sont les joueurs du banc qui ont montré le plus d’énergie, et notamment Jerome qui en était qu’à son deuxième match avec le groupe. Avant d’aborder un calendrier nettement moins complexe que celui déjà joué, le Thunder va profiter de 3 jours consécutifs sans match, le plus gros stretch de toute la saison. Puis après cela seulement 2 matchs avant le All-Star Break, c’est donc le moment idéal pour que toute l’équipe puisse recharger les batteries et revenir ressourcée après ce passage compliqué.

La défense aux abonnées absentes

Il a déjà été question de la défense intérieure lors de l’article sur la victoire face aux Hawks, il en est encore question lors de cette défaite. Pourtant, avec le retour d’Horford, on pouvait penser que la défense d’OKC serait plus en place, et bien ce ne fut pas le cas. Si l’attaque a vraiment été mauvaise, c’est bel et bien la défense qui nous plombe dès le début de match et qui aura rendu impossible toute tentative de come-back. En effet, difficile de remonter un écart déjà conséquent quand vous laissez tirer l’équipe adverse à 68%. Sur les douze premières minutes, le Thunder n’aura pas bien défendu, voire pas défendu du tout : ça ne contestait que moyennement les tirs à 3pts, ça ne se battait pas vraiment pour éviter les écrans de Jokic, ça faisait des mauvaises rotations sur les pick and roll, rien de joli quoi. Si la défense extérieure s’est améliorée par la suite, celle à l’intérieur est restée très inquiétante : Jokic aura posé un triple-double sans se fouler et les guards de Denver n’auront eu aucun mal à se trouver des lignes de pénétration relativement simples pour aller terminer au cercle. Cela peut aussi être mis sur le compte de la fatigue collective, néanmoins ce genre de performance défensive peut amener à un peu de frustration, car ce sont des domaines dans lesquels le Thunder est en souffrance depuis le début de saison et qui ne semble pas être en mesure de ne plus être des faiblesses.

En bref

Highlights

Un back-to-back ainsi qu’un home stand qui se termine par une cinglante défaite du Thunder face aux Nuggets, dans un match où la fatigue et où la différence de niveau aura été évidente. OKC se retrouve donc avec un bilan de 14-20, bilan assez représentatif de sa saison à quelques jours du break. Mais avant ce dernier, il y a encore deux matchs à jouer, dont un déplacement dans le Texas pour y affronter Doncic, ce sera Jeudi à 2h30.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s