Thunder 113 – 114 Lakers (OT) – Match #24

Pour la 3e fois consécutive, le Thunder affronte la même équipe 2 fois de suite. Après les Houston Rockets et les Minnesota Timberwolves, c’est au tour des Los Angeles Lakers de devoir rejouer face à Oklahoma City. Les 2 premières fois, OKC avait réussi à l’emporter après avoir perdu le premier match, est-ce que ce scénario va se répéter, au Staples Center face aux champions en titre…

Cependant, la tâche s’annonce bien plus compliquée cette fois-ci car, premièrement, sans manquer de respect aux Rockets et aux Wolves, les Lakers sont des adversaires bien plus forts. Et deuxièmement, notre futur All Star, Shai Gilgeous-Alexander, est absent, mis au repos à cause d’une douleur au genou. Le Thunder aligne donc une nouvelle fois un 5 de départ inédit : Dort – Diallo – Williams – Bazley – Horford. Après avoir manqué le dernier match, Muscala fait son retour. Jackson et Miller sont également disponibles, pas Maledon, Roby et Hill. Du côté des Lakers, Anthony Davis et Alex Caruso sont toujours absents.

Fil du match

Le début de match est clairement en faveur des visiteurs. Le Thunder met plus d’énergie et de vie que les Lakers et ça se voit directement au score. En l’absence de SGA, tout le monde est concerné, Bazley de loin, Williams à 3pts et au drive, Dort de près tout comme Diallo et Horford à la passe. Bref, ces premières minutes sont idéales, OKC mène 13 à 4.

Toujours aussi agressif, les hommes de Mark Daigneault continuent de faire forte impression, en particulier Kenrich Williams qui enchaine les actions positives. 9 points pour l’ancien Pelican durant les 7 premières minutes avec une efficacité assez remarquable. L’écart atteint même les 10 points malgré les paniers de James et de Schroder, 21 à 11 pour OKC.

Et l’avance grandit pour atteindre un +17 grâce notamment à l’entrée très intéressante de Justin Jackson (5 points consécutifs). L’attaque est vraiment agréable à suivre, le ballon circule bien et l’adresse est au rendez vous (56% FG – 44% à 3pts). Malgré une hausse d’agressivité des Lakers en fin de QT, 2 actions très positives signés Miller (à longue distance) et Diallo (au block sur James) vont permettre au Thunder de conserver un écart inattendu, 37 à 23 à la fin du 1er QT.

Et lorsqu’on pense que les californiens vont se réveiller, ceux sont les vétérans du Thunder qui artillent de loin ! Al Horford puis Darius Miller vont scorer derrière la ligne et vont porter l’écart à 20 points d’avance. Non, vous ne vous trompez pas, le Thunder mène bien 43 à 23 face aux champions en titre (sans SGA).

Mais, en un peu plus de 5 minutes, l’avance du Thunder va fondre quasiment de moitié. Même si avant de sortir, Horford va sanctionner toutes les erreurs défensives de ses adversaires, les Lakers vont retrouver de l’adresse grâce à James (même s’il peine à trouver des solutions face à la défense de Dort qui prend cependant sa 3e faute sur un passage en force), Harrell, Kuzma et Schroder. Le Thunder commence lui à envoyer brique sur brique à l’image de Muscala (0/4 à 3pts). 51-39 pour OKC.

Le temps mort de Daigneault va faire du bien au Thunder et surtout à Kenrich Mulet Williams. Après un excellent 1er QT, notre numéro 34 va se transformer en un ancien célèbre numéro 35 du Thunder pendant quelques minutes, enchaînant les paniers d’un peu partout sur le parquet (17 points pour lui à 8/9 aux tirs). Malheureusement, les Lakers vont réagir et quelle réaction. Les hommes de Frank Vogel vont enchaîner 4 actions à 3pts (Gasol, Matthews à 2 reprises de loin et James avec la faute) et passer d’un écart de -16 à -6 en très peu de temps. Mais, c’était sans compter sur Hamidou Diallo qui va parfaitement finir le deuxième QT avec 4 points consécutifs dans les 5 dernières secondes, concluant une très belle mi-temps individuellement parlant (11p 9r 3a) et collectivement parlant (18 passes décisives pour le Thunder). À la pause, OKC mène 67 à 57.

Au retour des vestiaires, le Thunder fait preuve de maladresse à l’image d’un Luguentz Dort en difficulté avec son tir (0/4 pour lui sur ces quelques minutes). Les Lakers reviennent avec de meilleures intentions et vont nous sanctionner près du cercle principalement avec Gasol, KCP et LeBron. L.A. revient progressivement, OKC ne mène plus que 73-68.

Si Lu Dort, encore lui, n’arrive toujours pas à trouver la cible en attaque, il est irréprochable en défense, s’occupant parfaitement du cas LeBron. Malgré cela et un Horford qui fait du Horford (shoot à mi distance, hook), les Lakers se rapprochent encore plus du Thunder grâce à un shoot de loin de Kuzma. 75-71 pour OKC.

Malgré une fin de quart plutôt correcte de la part du Thunder, une nouvelle fois porté par un étonnant Williams, OKC aura globalement été en galère en attaque sur ces 12 minutes de jeu à l’image de Darius Bazley, très maladroit durant cette période. Alors qu’on avait scoré 37 puis 30 points durant les 2 premiers quarts, les coéquipiers de Diallo en marquent seulement 17 dans cet acte. Le duo Harrell-James s’occupent de l’attaque des Lakers qui ne semblent pas être dans sa meilleure soirée. A l’abord du dernier quart, le Thunder mène 84-80.

En ce début de dernier acte, les défenses prennent le dessus sur les attaques avec des pertes de balle des deux cotés et surtout des tirs manqués car bien contestés. Ceux sont les vétérans qui s’en tirent le mieux avec 4 points à mi distance pour LBJ qui a répondu aux 4 points d’Horford. L’écart reste léger mais toujours en faveur des visiteurs à 8 minutes de la fin (90-86).

Comme souvent quand LeBron se repose sur le banc, Harrell prend les choses en main et ça ne manque pas. Malgré un excellent duo Diallo-Williams, les Lakers vont passer devant pour la première fois du match grâce à l’ancien Clipper d’abord, puis grâce à un 3pts signé Morris et une contre attaque orchestrée par James et terminée par Kuzma. LeBron en rajoute même une couche avec un tir à près de 9 mètres pour donner 4 points d’avance aux californiens à 4 minutes du terme, 98-94 L.A.

Mais le Thunder a de la ressource ! Même si ça devient de plus en compliqué face à cette défense des Lakers qui a élevée son niveau, OKC retrouve des moyens de scorer, d’abord grâce à Dort après une interception de sa part puis grâce à Horford sur un rebond offensif. Oklahoma City égalise à moins de 3 minutes de la fin, 98 partout.

La fin de match est assez tendue, elle se joue sur un rythme lent. Kuzma démarre les hostilités en scorant après rebond offensif, Horford lui répond avec un hook. Après un 2/2 d’Harrell sur la ligne, Dort donne l’avantage à OKC avec un and one à 50’’ de la fin (+1 OKC). Puis, après une enième intervention des arbitres pour révisionner une action, Kyle Kuzma manque un tir complètement ouvert pour donner l’avantage à L.A.. Horford se retrouve sur la ligne pour donner 3 points d’avance au Thunder à 24’’ de la fin, ce qu’il fait. Mais, c’était sans compter sur une réaction du King qui égalise de 8 mètres à 18sec du buzzer. Daigneault décide de ne pas prendre de temps mort, étonnant puisqu’il lui en reste 2 et que SGA n’est pas là… C’est Dort qui prend et manque le tir de la win … Overtime ! Encore une fois : 105-105.

Assez logiquement, le rythme reste ultra lent et contrairement à la prolongation d’il y a 2 jours, le Thunder tient. Dort donne 2 points d’avance aux lancers mais Schroder égalise de la même manière. L’allemand donne l’avantage aux Lakers grâce à un layup mais Bazley égalise à mi distance. Et, après un nouvel échange de panier entre Harrell (en force) et Dort (de belle manière), c’est Matthews qui va mettre LE gros tir du match, à 3pts à 41’’ du buzzer. Temps-mort Daigneault, les Lakers mènent 114-111.

Mais OKC ne lâche jamais, à l’image de Luguentz Dort (6pts durant l’overtime), encore une fois au layup à 30’’ du terme (114-113 L.A.). Grâce à une énième excellente défense de notre pitbull canadien préféré sur LeBron James, le Thunder va même avoir une chance de l’emporter avec 4 secondes à jouer … mais c’est raté, d’abord à cause d’une mauvaise prise de temps mort de la part du coach rookie qui le prend alors que Bazley a déjà posé un dribble après son rebond, ce qui ne permet pas d’avancer le ballon et, ensuite, à cause d’une bonne défense de LBJ qui empêche les joueurs d’OKC de tenter leur chance … Fin du match : Défaite du Thunder, d’un petit point, 114 à 113.

Encore une fois, on aura montré de belles choses, encore une fois, on emmène en prolongations cette équipe des Lakers mais encore une fois, il nous manque quelque chose pour l’emporter, sûrement un peu de talent et d’expérience. Notre bilan est désormais de 10 victoires et 14 défaites.

MVP

Si Kenrich Williams a été impressionnant, surtout pendant 3 quart temps, battant pour l’occasion son record en carrière avec 24 points, on a choisi de récompenser la régularité et l’omniprésence d’Al Horford. On reviendra un peu plus tard sur la performance de notre mulet préféré mais attardons nous sur celle du vétéran dominicain. En l’absence de Shai Gilgeous-Alexander, Al Horford était attendu logiquement comme le leader de l’équipe et il a répondu présent. 25 points (11/18 FG), 8 rebonds, 8 assists, 4 interceptions et 1 contre, tout ça en même pas 34 minutes de jeu, l’ancien pivot des Sixers a retrouvé pour un temps son niveau de All Star. Un peu en difficulté à longue distance (1/4 de loin), il a surtout fait la différence dans la raquette (après rebond offensif ou grâce à son hook qu’il aime tant) ou à mi-distance (grâce à un pull-up qu’il maîtrise très bien). Bref, que ce soit Gasol ou Harrell, il aura fait souffrir son adversaire direct et aurait pu donner la victoire à son équipe, ce qui aurait été mérité tant sa performance aura été irréprochable.

Débrief

Un 5 de départ inédit mais étonnant

Pour la 3e fois, on devait faire sans notre meilleur joueur (SGA) et pour la énième fois, un starting five inédit était proposé par Mark Daigneault, ce qui a pu nous faire voir certaines choses intéressantes voire surprenantes et d’autres décevantes.

Pour commencer par le positif, on va parler de Kenrich Williams ! Comme on a pu le dire dans la rubrique MVP, Kenrich Hustle a failli être le meilleur joueur du Thunder hier tant sa performance a été incroyable. Durant 3 quart temps, il a joué comme un véritable All Star, prenant que de bonnes décisions, attaquant le cercle quand il le fallait et tirant avec confiance et réussite quand la défense des Lakers lui laissait un peu trop de place. Le numéro 34 termine le match avec 24 points (nouveau record en carrière) avec des pourcentages aux tirs quasi parfaits (11/14 FG – 2/3 à 3pts), auxquels on peut ajouter 6 rebonds, 2 passes décisives et 3 interceptions. Une performance assez complète pour la surprise de ce début de saison (qui en est de moins en moins une plus la saison avance).

Deux autres joueurs ont réussi de belles performances en plus de Williams et d’Horford, dont on a déjà parlé plus tôt, c’est Hamidou Diallo et Luguentz Dort. Le premier est resté fidèle à ce qu’il sait faire et il sait faire de plus en plus de choses. Attaquer le cercle devient quelque chose d’assez facile pour lui, capter des rebonds au dessus des pivots aussi mais il ajoute à ça de la défense, des choix plus judicieux en attaque et un peu de création. Il finit la rencontre avec un gros double double (15 points et 13 rebonds) et 5 assists. Encore un bon match pour l’ancien vainqueur du concours de dunk. Le second a mis un peu plus de temps a avoir de l’impact des 2 côtés du terrain. S’il a été impressionnant en défense face au King durant tout le match et malgré ses 3 fautes rapides prises lors du 2e QT (cette dernière défense !), il a été discret puis très maladroit (0/5 à 3pts) en attaque pendant une grande partie du match. Cependant, son clutch a été un modèle du genre… Durant les 10 dernières minutes (5 dernières minutes du 4e quart et 5 minutes de l’OT), Dort score 11 points, tous marqués à la suite d’une attaque de cercle agressive, soit directement, soit en obtenant une faute voire les 2 en même temps à l’image de son and one dans la dernière minute du temps réglementaire. Le sophomore termine la partie avec 17 points, 5 rebonds, 4 assists et 2 interceptions.

Si le starting five a montré de très belles choses dans la globalité, il y en a un qui est passé à côté. En effet, Darius Bazley a complètement raté son match (en tout cas en attaque) avec des choix douteux et une importante maladresse. Bizarrement, le sophomore a bien débuté le match (5 points rapides dont un 3pts), ce qui aurait dû le mettre en confiance pour la suite du match mais, au contraire, il a semblé perdu et pas à l’aise dans cette configuration sans Shai. Baze conclut la partie avec 9 points à 4/15 aux tirs et 1/4 à 3pts accompagné de 7 rebonds. On ne veut pas lui tomber dessus mais on attendait mieux de sa part, surtout après ses dernières prestations encourageantes.

Une défense et un jeu collectif au rendez-vous

Comme au match précédent, la défense du Thunder a montré de très belles aptitudes pour limiter une attaque orchestrée par un maître dans la matière, LeBron James. Encore une fois, on aura souffert près du cercle, Harrell étant trop physique pour notre secteur intérieur mais, mis à part ça, on aura répondu présent. Comment ne pas commencer par Luguentz Dort quand on parle de défense ? On a déjà parlé de lui avant mais il a encore prouvé qu’il était dans la course à une place dans une All Defensive Team en fin de saison tant sa prestation face au meilleur joueur de la planète fut excellente. Mais il ne fut pas le seul … Diallo, Bazley, Williams, Miller et Jackson, tous les joueurs qui ont principalement défendu sur des joueurs extérieurs ont fait le travail et ont limité l’impact de ces derniers et la production des californiens. Seulement 105 points ont été inscrits par les Lakers (114 avec la prolongation) avec un pourcentage de 29% à 3pts pour ces derniers. Il y a encore des failles mais l’engagement et l’énergie de cette défense fait plaisir à voir et redevient efficace, c’est positif pour la suite.

En l’absence de Shai Gilgeous-Alexander, de George Hill et de Théo Maledon, on devait faire une nouvelle fois sans véritable meneur de jeu et, si on pouvait craindre à des difficultés au niveau de la création, on a vite été rassuré par ce qu’on a vu. En effet, Daigneault à choisi d’utiliser encore plus ses pivots en tête de raquette pour organiser l’attaque et pour éviter que le ballon reste trop longtemps dans les mains d’un même joueur, ce qui fut une réussite. Au final, le Thunder a réalisé 32 passes décisives pour 47 tirs marqués avec notamment 8 assists pour Horford et 7 assists pour Muscala qui valident bien la stratégie mise en place par le coach d’OKC.

Si près mais si c’est loin …

2 matchs de suite face aux Lakers et 2 scénarii quasi identiques… On s’accroche, on mène, on domine mais dès que les moments importants et cruciaux approchent, notre niveau de jeu baisse, notre niveau de concentration également et ça fait la différence. Hier, après un excellent début de match, OKC a compté jusqu’à 20 points d’avance et a scoré pas moins de 67 points en première mi-temps, ce qui est remarquable face à l’une des meilleures défense NBA. Mais la seconde mi-temps fut une autre histoire. Les hommes de Daigneault ont eu du mal à tenir la distance, explosant souvent au contact proche du cercle. En plus de ça, l’adresse de loin a considérablement baissé dans le 2e acte, ce qui a permis aux Lakers de revenir petit à petit dans le match, sans s’inquiéter outre mesure. Finalement, le match se joue en prolongations, à un point près mais on n’a pas non plus l’impression que le Thunder a eu les capacités de remporter cette rencontre tant notre manque de talents et d’expérience nous fait défauts dans les moments chauds.

En bref

Highlights

Privé de Shai Gilgeous-Alexander, le Thunder a encore une fois fait forte impression. Très loin de la raclée qu’on pouvait prévoir avant le match, OKC a fait preuve de ténacité et de détermination mais sans être récompensé. Ce sera peut être pour le prochain match face aux Denver Nuggets, dans la nuit de vendredi à samedi à 3h.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s