Timberwolves 106 – 103 Thunder – Match #21

Après deux matchs face aux Rockets, le Thunder entame un back-to-back face aux Timberwolves. Match particulier pour OKC qui a du faire avec de nombreux absents. 8 joueurs sont sur la feuille de match de Mark Daigneault, tout juste suffisant pour débuter la rencontre dans les règles.

Au vu des absences de Shai Gilgeous-Alexander, Théo Maledon, George Hill, Lu Dort, Ty Jerome et des départs en G-League de Pokusevski, Hall et Brown, on retrouve une équipe du Thunder totalement décimée et sans meneur. Daigneault aligne un 5 assez fou composé de Diallo – Bazley – Williams – Roby – Horford. Les Wolves, toujours sans Towns, débutent le match avec Russell – Beazley – Edwards – Okogie – Reid.

Fil du match

8-0 d’entrée, Roby, Horford et surtout Diallo se fichent des absences et scorent dès le début de la rencontre pour permettre au Thunder de prendre les devants. Le début de match est très rythmé avec des défenses moyennes de la part des deux équipes. Des imprécisions des deux côtés empêchent le score d’être très élevé. Les Wolves reviennent tout de suite au score et repassent même devant avant le premier temps mort du match avec un 13-2. 10-13 au total.

Après un début de match très agité, les choses se calment un petit peu. Ce match expérimental nous permet de voir Horford et Diallo à la mène. Muscala, Jackson et Miller entrent. On sent déjà que ce match va être très particulier. En attaque, tout se fait au feeling sans grands systèmes. De l’autre côté, les jeunes essayent de se battre, changent sur les écrans et malgré quelques retards sur les aides, la défense tient le coup. 22-20.

Petit à petit, la défense semble prendre ses marques bien aidé par le faible jeu offensif des Wolves. La fin de QT est très mauvaise pour les deux équipes avec seulement 6 points marqués en plus de 3 minutes. Darius Miller aurait pu nous faire sursauter au buzzer en shootant de sa partie de terrain mais l’anneau nous refusera ce petit plaisir. 23-25 pour Minny, malgré la domination de Diallo et Horford.

Le deuxième QT part sur les mêmes bases que le premier. Les deux équipes courent partout sans chercher à jouer au basket. Rubio passerait presque pour un magicien tant ce qu’il se passe est brouillon. Sans meneur, OKC n’arrive pas à créer, les seuls paniers marqués proviennent d’actions personnelles. Minnesota profite des ballons perdus du Thunder pour scorer facilement en contre-attaque. Un petit écart est fait, 28-35.

Diallo reprend la mène pour le Thunder, c’est le seul joueur à mettre du rythme, en vain… Le manque de meneur se fait cruellement ressentir et c’est difficile d’aligner plusieurs passes ou de faire un pick and roll (promis on exagère très peu). Les Wolves se contentent de mettre leurs doubles pas en contre-attaque, ça suffit pour rester devant. 32-40.

5 points d’affilés de Muscala permettent au Thunder de réduire l’écart. Williams le copie à trois points puis Roby se permet un step-back 3 qui fait ficelle. Rien de logique mais tout va bien pour OKC qui repasse devant. Les pertes de balles excessives empêchent néanmoins OKC de creuser l’écart. 46-45.

Horford et Diallo, totalement en feu sur la fin de première mi-temps, portent le Thunder. Grosses défenses, picks and roll, contre-attaques, tout y est. 55-51 en faveur d’OKC à la pause.

Beasley, très en forme en première mi-temps, met tout de suite les Wolves dans le bain avec 5 points d’entrée. Le retour des vestiaires est plus poussif côté OKC. Après plusieurs possessions sans scorer, Horford stoppe le run de 7-0 des Wolves grâce à un 3 points. Malheureusement, OKC enchaine les erreurs d’inattentions avec des pieds sur les lignes et des ballons perdus bêtement. Minnesota en profite pour repasser devant. 59-61.

On a l’impression de voir la même chose en boucle, Diallo et surtout Horford portent le Thunder en attaque. Beasley, toujours en forme, permet aux Wolves de rester toujours au contact. Les deux équipes passent devant à tour de rôle. Cette fois-ci, c’est le Thunder qui reprend l’avantage grâce à un jeu plus posé en attaque et moins de pertes de balles. 69-68.

Rentrée de Muscala, 3 points de Muscala. Les Wolves attaquent bien la défense approximative du Thunder. Pick and Roll, attaque au cercle et trois points. Les coéquipiers de D-lo (auteur d’un bon passage avec 2 trois points) alternent bien et prennent une petite avance. OKC finit mal le QT en ne proposant aucun jeu en attaque. Personne ne bouge et marquer un panier devient un supplice. Les Wolves enfoncent le Thunder avec un 3 au buzzer. 76-85 à 12 minutes du terme.

Si les joueurs de Mark Daigneault veulent gagner, ils vont devoir compter sur des Wolves très faibles. Heureusement, le retour d’Horford permet de retrouver un jeu offensif correct avec 2 passes décisives pour Muscala puis Miller. Beasley continue de nous punir à 3 points. Miller répond vite avec son deuxième 3 points en 2 minutes, Muscala fait de même et revoilà le Thunder en plein dans le match. 87-90.

Encore une fois, les deux équipes sont très brouillonnes en attaque. Layman inscrit 5 points de suite pour les Wolves. Côté Thunder, Jackson et Roby lui répondent. L’écart ne change pas, seul le temps passe. 92-95 et un peu plus de 5 minutes avant la fin du match.

Petit passage à vide d’OKC au pire moment du match. Horford étant toujours sur le banc, aucun jeu collectif n’est produit. Diallo et Muscala sont contraints de forcer et les Wolves marquent 2 paniers faciles. 93-99

Le Thunder ne renonce pas et Bazley score de loin en sortie de TM. En défense, Jackson intercepte et Bazley finit le travail. OKC revient à 1 point. 98-99.

La fin de match est assez mal gérée de la part des 2 équipes. Baze force, Rubio et Russell ratent à mi-distance. Au final, après 2 points de Williams puis un rebond offensif important de l’homme au mulet, Horford égalise à une possession de la fin. 103-103.

Interception miracle du Thunder ! Rubio offre la balle de match à Diallo qui va forcer au double pas puis rater. Deuxième chance pour D’Angelo Russell, assassine le Thunder à 2 secondes de la fin avec un gros shoot à 3 points. Victoire des Timberwolves 106-103.

Malgré son effectif très limité, le Thunder se sera battu et n’aura pas été loin de battre cette très faible équipe des Wolves.

MVP

En l’absence de nombreux cadres, Al Horford s’est comporté comme un véritable patron. Omniprésent dans tous les secteurs du jeu, le pivot termine la rencontre avec 26 points, 7 rebonds, 8 passes, 2 interceptions, 3 contres, 10/19 au tir dont 3/6 de loin et un +/- exceptionnel de +20. A titre de comparaison, le deuxième meilleur +/- de l’équipe est celui de Roby à +3. Pendant toute la rencontre, Horford a été le leader offensif du Thunder. Totalement indispensable à l’équipe, l’ancien des 76ers a facilité le jeu de tout le monde et il faisait presque oublier l’absence de meneur lorsqu’il était sur le terrain. Son seul défaut aura été de n’avoir joué que 29 minutes. Avec plus de temps de jeu, Horford aurait certainement permis à l’équipe de l’emporter tant il bonifiait le niveau de ses coéquipiers. Sa présence rendait le jeu beaucoup plus propre, plus organisé et créait des espaces à ses partenaires. On espère maintenant que le dominicain réitérera ce genre de performance lorsque l’équipe sera au complet.

Débrief

L’absence des meneurs

On s’en doutait dès l’annonce du 5 majeur. Les absences de Maledon, Hill, SGA et même de Dort ont fait mal au Thunder. Diallo, Bazley et Horford notamment ont du assumer ce rôle de meneur qui ne leur est pas du tout prédestiné. Avec ce manque de guards, les joueurs d’OKC ont été incapables de créer du mouvement, de poser le jeu ou encore d’attaquer correctement sur Pick &Roll. 12 ballons perdus en première mi-temps, rien que ça. Heureusement, le bon match de Diallo en dynamiseur d’attaque et d’Horford en tant que gestionnaire ont permis au Thunder d’être plus que correct au final. Ce n’était pourtant pas gagné au vu des joueurs alignés sur le parquet. OKC termine la rencontre avec énormément de shoots forcés et seulement 46% au tir. Sans meneur, le jeu n’y était pas mais l’envie n’a pas disparu car les joueurs se sont battus à 8 jusqu’à la dernière seconde. Même face à une faible équipe des Wolves, rester dans le match jusqu’à la fin n’était pas simple et le mérite revient aux joueurs présents sur le terrain. Ce match prouve encore une fois la très bonne culture prôné par l’organisation du Thunder. Même avec de nombreux coups durs, l’équipe reste toujours dans le coup.

Les rotations de Daigneault

Parfois critiqué pour son coaching très stéréotypé, Daigneault a été contraint à faire tourner très régulièrement son effectif. Les joueurs n’ont jamais eu le temps de se fatiguer malgré un gros temps de jeu pour tout le monde (seul Miller a joué moins de 20 minutes). D’ailleurs, tous les joueurs ont été au niveau avec leurs armes. Si on peut regretter le manque de meneur, on ne peut pas reprocher aux joueurs présents sur le terrain de ne pas avoir été formé à ce poste. Lorsqu’Horford était sur le banc, le Thunder était en grande difficulté. Le fait que Daigneault le fasse sortir souvent mais pour peu de temps a été un réel point positif pour OKC, les Wolves n’ont jamais pu créer d’écart conséquent.

Plus de minutes pour les joueurs de fond de banc

Forcément, avec 8 joueurs disponibles, tout le monde allait avoir sa chance. Horford et Diallo ont été très bons et dominants, malgré un clutch mal gérée par le dernier. Muscala a fait du Muscala en sortie de banc, avec une bonne adresse et de la combativité en défense, malgré ses difficultés, tout comme Kenrich Williams, qui se montre toujours utile sur le terrain. Mais on peut aussi mentionner la performance de Roby, toujours très intéressant, et celle de Darius Miller, qui retrouve de grosses minutes pour la première fois après une longue période de blessure, et qui semble ne pas avoir perdu son tir. Bazley, en double-double hier, a peut-être au contraire un peu dessus. Encore une fois un peu maladroit, on en attendait plus de lui en l’absence de plusieurs cadres.

En bref

Highlights

Pour débuter ce back-to-back face aux Wolves, le Thunder devait faire sans ses meilleurs joueurs. Malheureusement, l’équipe n’a pas pu s’imposer mais les jeunes, entourés d’Horford, ont su montrer de belles choses sans meneur pour diriger l’attaque. Ils auront l’occasion de faire mieux dès demain, même lieu, même heure, même adversaire. Toutefois, il va sans doute falloir faire à nouveau sans meneur car il y a peu de chances de revoir les absents dès demain.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s