Oklahoma City Thunder at New York Knick

Thunder 101 – 89 Knicks – Match #8

Après une victoire qui s’est décidée dans le clutch face aux Pelicans, le Thunder entame un double programme new-yorkais en se déplacant dans la plus belle salle du monde, le Madison Square Garden, pour y affronter les Knicks.

Cette équipe de New-York, emmenée par Tom Thibodeau et portée par Julius Randle, est une équipe dont il faut plus que se méfier. Les joueurs de la Big Apple étaient sur une série de 3 victoires consécutives, les 3 face à des équipes à plus de 50% de victoire. Un match qui ne s’annonçait donc pas évident pour le Thunder.

En ce qui concerne le 5 majeur Mark Daigneault est resté sur le même 5 qu’à l’habitude : Hill-SGA-Dort-Bazley-Horford. A noter le retour de Pokusevski après avoir passé le protocole commotion.

Fil du match

Il est impossible d’évoquer le début de match sans mentionner l’attaque absolument catastrophique du Thunder. De par un manque d’envie, un manque de mouvement en attaque, une bonne défense de New-York ainsi qu’un manque d’adresse extérieure, le Thunder va éprouver énormément de difficultés à marquer. Seul Al Horford va réussir à trouver la mire pour OKC. Heureusement, les Knicks ne sont pas beaucoup plus adroits et il n’y a que 17-8 pour New-York après 9 minutes de jeu, pour au final un score de 24 à 15 à la fin du 1er quart-temps.

C’est à ce moment que les choses vont se décanter quelque peu pour le Thunder. Mark Daigneault va très vite faire rentrer ses remplaçants, et ces derniers vont commencer à trouver leur rythme en attaque. Ce rythme est notamment dû à un très bon passage de Diallo, premier joueur agressif pour OKC. De plus, ce banc privilégie les drives au tir extérieur, ce qui donne des points plus faciles et permet de revenir dans le match, tandis que 5 points consécutifs de Kenrich Williams donnent le lead au Thunder.

Les Knicks reprennent une petite marge d’avance (33-28) avant le retour des titulaires. Le passage du 5 majeur en fin de première mi-temps est cependant bien meilleur que celui proposé en début de match. Horford continue de marquer à 3pts ou à mi-distance et la défense commence à devenir plus sérieuse. Grâce à 8 points consécutifs d’Horford et un 3 de Shai, le Thunder prend les devants avant que Mitchell Robinson égalise juste avant la mi-temps, 42 partout. Les stats pour le Thunder sont atroces (35% au tir) mais celles des Knicks ne sont guère meilleures (34%), les deux équipes montrant un visage offensif bien pâle.

La seconde mi-temps débute totalement différement de la première. En effet, les deux équipes parviennent à trouver un peu de rythme et les tirs semblent commencer à rentrer. On voit notamment un Shai plus entreprenant ainsi qu’un Bazley qui parvient à marquer deux paniers rapides. Malgré cette amélioration en attaque, le Thunder ne parvient pas encore à faire un écart et le match est un échange de lead entre les deux équipes. Mais le vrai duel de ce 3ème quart, c’est celui qui oppose Shai Gilgeous-Alexander et Julius Randle. Les deux joueurs, plutôt discrets en première mi-temps, vont commencer à prendre le jeu à leur compte : l’arrière du Thunder va inscrire 12 points à 6/7 au tir tandis que l’ailier fort des Knicks va en inscrire 11.

Cette fin de quart-temps va être le moment où le Thunder va réussir à faire un écart. Après avoir été mené 56 à 54 à 4 minutes et 35 secondes de la fin du quart, OKC va infliger un 16-4 aux Knicks en l’espace de 3 minutes, encore une fois sous l’impulsion du banc qui aura été très bon, comme lors du match face aux Pelicans. Le run aurait pu être encore plus grand mais une dernière possession dans le quart-temps mal gérée qui aura comme conséquence un 3 au buzzer d’Austin Rivers réduit l’écart à 6 points (69-63 Thunder), alors qu’il ne reste que 12 minutes à jouer.

Le Thunder doit rester vigileant sur ce 4ème quart. En effet, sur les 3 victoires consécutives des new-yorkais, deux se sont faites grâce à un gros run dans le clutch de la part des hommes de Thibodeau. Pourtant, ce n’est pas le cas ce soir. Le banc tient bon, encore une fois. La défense du Thunder commence à devenir vraiment bonne et les Knicks ont de plus de plus de mal à trouver des bons tirs. En attaque, ce n’est pas brillant mais OKC parvient à faire juste ce qu’il faut pour marquer de précieux points : parfois c’est un drive de Diallo, parfois deux lancers de Roby ou un 3 de Pokusevski.

Lorsqu’une majeure partie du 5 majeur rentre sur le parquet à 7 minutes 30 de la fin du match, le Thunder mène 80 à 73. C’est alors que les hommes de Mark Daigneault vont réussir à plier le match. Grâce à un Diallo qui a pu terminer le match avec les titulaires et à un Shai en total contrôle, le Thunder prend 13 points d’avance à 3 minutes et 48 secondes de la fin du match. Les Knicks ne parviendront jamais à rattraper ce retard et le Thunder va tranquillement gérer la fin de match pour s’imposer 101 à 89 après une performance loin d’être idéale mais plutôt sérieuse.

MVP

Il pouvait y avoir débat sur le MVP de ce match. En effet, Hamidou Diallo a réalisé une très grosse performance. C’est lui qui aura été le premier à sonner la révolte en première mi-temps, étant le premier à être réellement agressif et énérgique. De plus, sa seconde mi-temps aura été bonne, assez bonne d’ailleurs pour lui permettre de terminer le match à la place de Bazley. On peut même dire qu’il aura été le joueur le plus régulier côté OKC. Mais malgré tout, le réel MVP de ce match reste Shai Gilgeous-Alexander. Après une première mi-temps où il aura été beaucoup trop timide, pas assez agressif et en manque d’envie (comme le reste du 5 majeur), il aura su réagir en seconde mi-temps, où il aura été beaucoup plus dans la pénétration, la création pour les autres et l’agression de la défense new-yorkaise. Néanmoins, le point le plus flagrant sur ce match de Shai et celui qu’il faut mentionner, c’est son contrôle du jeu. Il y a eu beaucoup de débats durant l’intersaison sur la réelle capacité de Shai à évoluer au poste 1, à être plus qu’un simple scoreur. Est-ce qu’en se retrouvant option numéro 1, il va parvenir à cumuler le scoring et la création pour les autres ? On peut dire en voyant ce début de saison qu’il en est totalement capable, et cela a été flagrant cette nuit. Durant toute la seconde mi-temps, Shai aura été parfait : pas un mauvais choix en attaque, une excellente gestion du tempo et appliqué en défense. Encore une fois, comme il l’a déjà fait à de nombreuses reprises cette saison, SGA est capable d’être excellent pendant toute une mi-temps comme il est capable d’être dans le dur durant d’autres. S’il parvient à être moins irrégulier d’une mi-temps à l’autre, il peut devenir très très fort. A noter aussi que c’est son 5ème match de la saison avec minimum 7 assists et 20 points, performance qu’il n’avait réalisé que deux fois durant ses deux premières saisons.

Débrief

Lirrégularité offensive et défensive

Le Thunder aura montré un double visage durant ce match : une première mi-temps plutôt catastrophique, où l’attaque et la défense n’étaient pas bonnes, où l’envie n’était pas là et où le plan de jeu offensif et défensif de Daigneault ne semblait pas fonctionner. On aura vu de trop nombreuses fois des séquences où un tir était pris sans aucun mouvement de ballon au préalable, sans aucun réel système mis en place. Le Thunder n’a même pas essayé de remédier à ce problème en essayant de jouer plus vite, s’obstinant à de l’attaque demi-terrain plutôt lente. Et en défense, on aura aussi vu à de trop nombreuses reprises des brèches laissées grandes ouvertes aux joueurs des Knicks. Le secteur intérieur s’est fait marcher dessus en début de partie et les joueurs de New-York étaient souvent ouverts mais avec peu de réussite, ce qui a évité un trop gros écart.

Mais les choses ont évolué au retour des vestiaires : un peu plus de rythme d’entrée, une attaque qui s’obstinait moins à shooter à 3pts, un meilleur mouvement de balle… tout ceci fait que la seconde mi-temps offensive du Thunder est bien meilleure que la première, comme en témoigne les 32 points inscrits dans le dernier quart. De l’autre côté du terrain, la pause aura aussi fait beaucoup de bien. Les intérieurs d’OKC sont plutôt bien parvenus à contenir Randle, Dort a fait un excellent travail sur R.J Barrett tandis que les shooteurs auront eu beaucoup moins d’espaces pour shooter. On sait que le Thunder est et sera probablement l’une des pires attaques de NBA cette saison. Néanmoins, il y a une différence entre être la pire attaque parce que les tirs ne rentrent pas alors qu’ils sont pris en étant ouvert et être la pire attaque parce qu’il n’y a aucun mouvement de balle, aucune création. Et aussi jeune cet effectif qu’il soit, Daigneault doit instaurer ce principe de faire bouger la balle, et d’éviter au maximum cette bouillie vue en première mi-temps. En revanche, elle ne sera probablement pas la pire défense, même si l’effectif semble peu fourni en talent individuel défensif, ce qui est déjà une bonne chose, en particulier pour les jeunes.

L’impact du banc

On ne peut pas débrifer ce match sans encore une fois souligner l’impact du banc. Alors qu’il est peut-être le plus jeune et le plus faible en terme de niveau de jeu, le banc du Thunder est loin d’être un point négatif cette saison. Au contraire, hormis quelques matchs où il aura vraiment été faible et aura impacté négativement le match, les remplaçants sont globalement très bons et nous auront aidé à gagner quelques matchs ou bien à prolonger le suspens. On a déjà évoqué le gros match de Diallo mais de manière plus globale c’est tout le banc qui aura porté le Thunder. Lorsque Muscala, Maledon, Diallo et Pokusevski rentrent sur le parquet dans le premier quart, l’attaque est atroce et OKC traîne des pieds. Ce banc, probablement dans une volontée de se montrer, a été beaucoup plus entreprenant en attaque et concerné en défense. Quand Diallo ne marquait pas, c’était Maledon qui rentrait un jumper à mi-distance, ou bien c’était Pokusevski ou Muscala qui rentrait un 3, ou Roby qui allait chercher des lancers, le tout en combinant à cela une défense collective qui continue de surprendre mais qui tient toujours aussi bien la route. Et au final, une partie du run pendant le 3ème quart se fait avec Shai comme seul titulaire sur le parquet et 4 joueurs du banc à ses côtés. On parle beaucoup du 5 majeur mais au final, le banc est très important dans cette équipe : sur certains matchs, il peut littéralement plomber cette équipe, sur d’autres, comme celui-ci, il peut lui permettre d’avoir un électrochoc et de se remettre dans le droit chemin. L’envie de dire que ces bons passages du banc ne dureront pas toute la saison, surtout si les vétérans sont échangés, mais force est de constater que sur 8 matchs, l’apport du banc à OKC est loin d’être honteux.

En bref

Highlights

Back-to-back win pour le Thunder après ce match face aux Knicks, une victoire qui permet aux joueurs de l’Oklahoma de retrouver les 50% de victoires et surtout de porter leur bilan à l’extérieur de 4 victoires pour une seule défaite. Les joueurs de Mark Daigneault auront encore un dernier match à l’extérieur à jouer (à minuit dans la nuit de Dimanche à Lundi face aux Nets) avant de rentrer à la Chesapeake.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s