Westbrook George celebrate

Top 20 Performances Individuelles – 6 : Paul George vs Nets le 05/12/2018

Même si le Thunder reste une jeune franchise, elle a déjà connu un certain nombre de performances impressionnantes en seulement 12 années d’existence. Nous avons donc décidé de réunir ces performances et d’en faire un classement. Pendant 20 jours, découvrez ou redécouvrez une performance qui aura marqué l’histoire du Thunder voire l’histoire de la NBA pour certaines d’entre elles. Aujourd’hui, à la 6ème place, retour sur le match qui a lancé la campagne MVPG, sa performance face aux Nets en Décembre 2018.

On a déjà évoqué deux fois durant ce top 20 cette saison 2018-2019 de Paul George, et nous allons encore l’évoquer aujourd’hui. Il faut bien dire que lors de cette saison PG aura été une arme offensive létale, martyrisant toutes les défenses NBA avec une facilité et une efficacité rarement vu dans l’histoire du Thunder, même lors des grandes heures de Kevin Durant. Lors de cette saison, Paul George terminera avec 28 points, 8 rebonds, 4 assists et 2 interceptions de moyenne, se classant troisième dans la course au MVP, derrière Giannis et Harden.

Si sa blessure au mois de Février l’aura grandement handicapé, il ne faut pas oublier que le début de saison de Paul George n’était pas non plus le meilleur démarrage possible pour le numéro 13. En effet, sans la présence de Westbrook en début de saison, opéré du ménisque puis à cause d’une vilaine entorse à la cheville, Paul George va se retrouver le seul à devoir gérer l’attaque du Thunder, attaque qui ne dispose pas d’armes offensives surpuissantes qui plus est. PG va donc mettre un peu de temps à s’acclimater à ce nouveau rôle, totalement différent de celui qu’il avait la saison précédente.

Cette période d’acclimatation va se traduire dans les stats et surtout les pourcentages au tir de Paul George lors du premier mois de la saison régulière, où il aura souvent tendance à croquer, très souvent avec un manque de réussite flagrant. Mais, au fur et à mesure que la saison va se dérouler, PG va enfin prendre ses marques en tant que boss du Thunder et va vite devenir un calvaire pour les défenseurs adverses. Et ce changement dans la saison de Paul George, le match qui lance véritablement sa campagne de MVP, c’est bien ce match face aux Nets de Brooklyn.

Nous sommes le 5 Décembre 2018 et le Thunder avec un bilan de 15 victoires pour 7 défaites se déplace au Barclays Center pour y affronter les Nets. Les dynamiques des deux équipes sont totalement différentes : après avoir perdu leurs 4 premiers matchs, le Thunder vient d’en remporter 15 des 18 derniers pour se replacer quasiment tout en haut de la conférence Ouest. Les Nets sont quand à eux sur une série de 7 défaites consécutives, une série qu’ils aimeraient bien briser ce soir.

Encore une fois, la première mi-temps du Thunder n’est vraiment pas bonne. Encore une fois, les hommes de Billy Donovan vont prendre un énorme écart dès le début du deuxième quart-temps pour se retrouver derrière de 19 points à la quasi fin du deuxième quart-temps, la faute à une maladresse offensive d’un côté et à l’énorme performance des Nets, notamment du trio Crabbe-Carroll-Dinwiddie, auteur de 36 points à eux trois. A la mi-temps, le Thunder se retrouve mené 62 à 46, et les choses ne vont pas aller en s’améliorant.

Durant le troisième quart-temps, l’écart va encore s’accentuer, notamment à cause d’un Allen Crabbe complètement en feu durant ce match, extrêmement adroit au tir extérieur. Malgré les tentatives de Russell Westbrook ou de Steven Adams de réveiller cette équipe, l’écart est à présent de 86 à 63 en faveur des Nets, alors qu’il reste moins d’une vingtaine de minutes à jouer dans ce match. On se dit alors que les Nets vont tranquillement gérer leur avance et que le Thunder paraît trop loin pour remonter un tel écart, surtout en aussi peu de temps. Mais c’était sans compter sur le quatrième quart-temps de PG.

Lorsque Paul George rentre à nouveau sur le parquet pour ce quatrième quart-temps, le score est de 97 à 80 pour les Nets et il ne reste que 8 minutes et 53 secondes à jouer. C’est alors que Paul George va prendre un énorme coup de chaud. En effet, PG13 va commencer à enchainer les tirs réussis à 3 points, les layups ou les dunks pour permettre à son équipe de marquer des points. De l’autre côté, la défense du Thunder se resserre et les Nets n’arrivent plus à marquer, l’écart diminue donc petit à petit. A 5 minutes de la fin, Westbrook envoie Paul George sur la lune avec un alley-oop absolument monstrueux qui porte le retard du Thunder à seulement 8 points. Paul George est dans une série où il va marquer 18 des 19 points de l’équipe. Et même lorsqu’il manque un tir à 3 points, il parvient à récupérer le rebond offensif pour obtenir un and-one. L’écart entre les deux équipes n’est alors plus que de 2 points.

S’en suit alors une période de deux minutes où les équipes ne vont pas réussir à marquer, Paul George manquant plusieurs occasions de faire passer le Thunder devant et les Nets manquant plusieurs occasions de tuer le match. Tout va alors se jouer dans les dernière secondes. Alors qu’il ne reste que 8 secondes, le Thunder prend temps-mort et Billy Donovan va dessiner un système pour… Paul George, bien évidemment. En sortie de temps-mort, Dennis Schröder fait la passe pour Russell Westbrook, qui attire deux défenseurs, et qui décale sur Paul George, alors quasiment seul à 45 degrés. Le numéro 13 fait un feinte qui va lui permettre de se débarrasser de Spencer Dinwiddie, pose un dribble, et tente sa chance, ficelle. 114-112 Thunder avec 3 secondes à jouer, les Nets ne s’en relèveront pas.

Le Thunder vient de remporter ce match alors qu’une victoire était plus qu’improbable, surtout quand les hommes de Billy Donovan étaient menés de 17 points avec moins de 9 minutes à jouer. Mais grâce à ce Paul George monstrueux, le Thunder vient de remporter ce match.

Les stats de Paul George ? 47 points (record en carrière, à 15/27 au tir, 6/13 à 3 points et 11/14 aux lancers), le tout accompagné de 15 rebonds, de 4 passes et surtout, de 25 points inscrits dans le dernier quart, avec en prime le game-winner à 3 points. Avant ce match, Paul George était considéré comme un joueur qui n’était pas clutch puisqu’il avait un bilan absolument catastrophique quand il s’agissait de tirs pour faire gagner le match ou pour égaliser dans les dernières secondes. Avec cette performance et ce tir au quasi buzzer, PG venait de faire taire toutes les critiques et venait de prouver qu’il était tout-à-fait capable d’être clutch, ce qu’il prouvera à de nombreuses reprises durant cette saison.

Ce match marque aussi le début de l’énorme coup de chaud de Paul George, celui qui ne s’arrêtera qu’avec sa blessure fin du mois de Février. Sans cette performance absolument incroyable, peut-être que Paul George n’aurait pas eu cette confiance dans son shoot qui va lui permettre de réaliser un mois de Décembre, de Janvier et de Février complètement dingue. Ce match, c’est vraiment le match de la naissance de Paul George comme l’un des meilleurs joueurs au monde.

C’est tout pour aujourd’hui et pour cette 6ème place de notre top 20, on se retrouve demain pour une nouvelle performance. A demain !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s